Israël: à quand un retour aux frontières de 1967 ?

Pour ceux qui ne parlent pas anglais voici la traduction de l’interview du capitaine et pilote de Tsahal, Yonotan Shapira (en anglais) à la BBC, le 6 janvier 2009 sur l’urgence d’un cessez-le-feu IMMEDIAT à Gaza.
YouTube

Pour ceux qui ne parlent pas anglais voici la traduction de l’interview du capitaine et pilote de Tsahal, Yonotan Shapira (en anglais) à la BBC, le 6 janvier 2009 sur l’urgence d’un cessez-le-feu IMMEDIAT à Gaza.Le refuznik israélien a donné cette interview à la BBC, alors que le conseil de sécurité de l’Onu, le 4 janvier 2009, se quittait sans accord sur un cessez-le-feu immédiat, permanent et respecté (par les deux parties). Son analogie avec « l’esclave » Obama n’est pas de mon goût, mais il a raison : il faut rendre les territoires occupés depuis 1967, y compris Jérusalem Est. Et négocier, avec sur la table, le « plan de paix saoudien » de mars 2002. Espérons que le programme de Barack Obama annoncé ce dimanche 11 janvier 2009, mais non encore dévoilé, sera à la hauteur de ces espérances.

 

 

Yonotan Shapira: « Je serai triste de constater que Barack Obama entre à la Maison blanche et continue de se comporter comme un esclave et pas comme un dirigeant, dans ce cas rien ne changera. S’il continue de jouer au golf et se comporte comme un esclave, forcé par l’AIPAC (Amrican Israel Public Affairs Committee) ou tout autre groupe d’intérêt ou de lobbyistes à Washington et s’il continue de se taire sur l’horrible crime qui se déroule dans mon pays en ce moment, il n’y aura aucun changement dans le monde.
Vos déclarations vous valent d’être accusé de traîtrise qu’en pensez-vous ?
J’ai risqué ma vie de nombreuses années, en tant que capitaine des forces aériennes israéliennes. J’ai organisé des opérations de sauvetage pendant de nombreuses années. J’ai travaillé avec les victimes israéliennes du terrorisme. J’ai vu de près la souffrance du peuple israélien, ainsi que du peuple palestinien. Personne ne peut me qualifier ainsi que les milliers d’autres israéliens contre l’occupation de traîtres.
Au contraire, nous sommes des patriotes. Nous voulons que notre peuple continue d’exister et nous voulons mettre fin aux décisions autodestructives de nos dirigeants qui mettent en danger notre futur à tous.
En tant qu’ancien pilote en mission de sauvetage, ceci est la plus importante mission de sauvetage que j’ai entrepris pour sauver des vies. Que ce soient des israéliens, des palestiniens, des juifs, des musulmans, des chrétiens. Nous savons tous que la situation au Moyen-Orient peut affecter le monde entier.
Cela peut être aussi facile que ça. N’oubliez pas que le conflit peut escalader en guerre mondiale. N’oublions pas qu’il existe des forces arabes au Moyen-orient, la tension entre l’Iran et les Etats-Unis.
Nous sommes en grand danger. Et si les gens veulent m’aider en tant qu’israélien mais aussi en tant que juif, il faut faire pression sur le gouvernement israélien pour qu’il y ait un cessez le feu immédiat.
Nous devons être contraints de nous asseoir et de négocier avec la Hamas. Il n’y a pas d’alternative que de négocier tout de suite avec le Hamas et le monde arabe. N’oubliez pas qu’il existe une initiative arabe où les états arabes proposent la paix et la normalisation des relations avec l’Etat d’Israel, si l’on revient aux frontières d’avant la guerre des six jours de 1967. Il en va de mon intérêt en tant qu’israélien. Et mon gouvernement a ignoré cette demande pendant de nombreuses années. Voilà ma demande.
Yonotan Shapira, ancien pilote de l’armée israélienne, BBC, 6 janvier 2009

 

 

Texte du "plan de paix arabe" sur le site du parlement européen.

 

Carte d'Israël et des territoires occupés depuis 1967

© Documentation française

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.