Massacre de Thiaroye ("Le camp de Thiaroye" : film d'Ousmane Sembène, 1988)

 Ousmane Sembène, le grand réalisateur sénégalais, a consacré un film magnifique sur le massacre du camp de Thiaroye. Les combattant africains de la 2ème guerre mondiale, tout juste après la guerre, avait été embarqués manu militari et parqués dans un camp, à Thiaroye, une petite ville au Sud de Dakar...

Le camp de Thiaroye Ousmane Sembene 1988 CD1 © kadougui souniou
 
Ousmane Sembène, le grand réalisateur sénégalais, a consacré un film magnifique sur le massacre du camp de Thiaroye. Les combattant africains de la 2ème guerre mondiale, tout juste après la guerre, avait été embarqués manu militari et parqués dans un camp, à Thiaroye, une petite ville au Sud de Dakar... Il y avait des miradors, des gardes armés, une discipline de fer, quasiment rien à bouffer... Les anciens valeureux combattants ("tirailleurs sénégalais", notamment) qui avaient combattu EN PREMIERES LIGNES sur tous les fronts, qui avaient été souvent déportés, internés, se retrouvaient donc DANS UN CAMP ! SANS AUCUN DROIT ! Parqués par l'armée française. Les Blancs étaient les gardes (avec toutes les insultes, toute les humiliations racistes habituelles) et les Noirs étaient les prisonniers... Il y eu des mouvements de révoltes, matés violemment (tortures, mises au cachot...) Puis une révolte, avec réclamation de PENSIONS DE GUERRE, pour toutes ces années de combats POUR LA FRANCE... Les chefs du camp ont louvoyé avec beaucoup d'hypocrisie, laissant espérer le paiement d'une pension de guerre pour chacun de ces valeureux combattants se retrouvant prisonnier dans ce camp de Thiaroye. Mais en pleine nuit, le 1er décembre 1944, l'armée française s'est mise à BOMBARDER le CAMP ! Le MASSACRE a duré plusieurs jours ! Les blessés réfugiés dans les parages ont été rattrapés et fusillés d'une balle dans la nuque. L'armée française a obligé les rares survivants à enterrer leurs camarades, à l'aube, sans aucun office religieux, sans aucun hommage. Il est INADMISSIBLE que la France ne reconnaisse pas le crime dont elle s'est rendue coupable en massacrant le camp de Thiaroye, où elle avait injustement emprisonné les héros de la 2ème guerre mondiale. Ceux-ci ont été assassinés uniquement parce qu'ils réclamaient une pension...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.