LA RÉPRESSION JUDICIAIRE FRAPPE LES GILETS JAUNES DE SAINT-NAZAIRE

5 personnes ont été interpellées le 16 janvier à leur domicile ou sur leur lieu de travail, suite à une enquête concernant la manifestation des gilets jaunes du samedi 5 janvier à Saint-Nazaire. Une cagnotte de solidarité a été ouverte pour couvrir leur frais juridiques. C'est en montrant une solidarité sans failles parmi nous que nous gagnerons ! Participez si vous le pouvez !

À Saint-Nazaire, la répression judiciaire s'ajoute aux violence violences policières... Mercredi 16 janvier, tôt le matin, 4 personnes sont interpelées. Certaines le seront chez elles a proximité de leurs enfants, d'autres en plein travail devant leurs collègues. Une 5ème personnes se rendra d'elle-même au commissariat le lendemain car elle n'était pas chez elle lors de la venue des forces de l'ordre... signe de l'esprit citoyen qui anime encore notre mouvement.

Ces interpellations font suite à une enquête concernant la manifestation du samedi 5 janvier à Saint-Nazaire. Lors de cette manifestation elle-même, la police avait déjà procédé à 5 interpellations. Pour 2 d'entre elles au moins, un sexagénaire et un quadragénaire, celles-ci déboucheront sur de la prison ferme. Mais cela ne suffit pas à un pouvoir qui cherche à anesthésier, par la terreur policière et juridique, la contestation d'un ordre social au service des plus riches et puissants.

Cette manifestation départementale était elle-même organisée en écho aux violences policières, qui auront fait 2 blessés graves à Nantes (originaires de Saint-Nazaire et des environs) suite à des tirs de flashball, des tirs effectués alors que les victimes tournaient le dos aux forces de l'ordre...

photo-cagnotte

Pour le seul des cinq interpelés qui acceptera la comparution immédiate, la sentence sera extrêmement lourde : 2 ans d'emprisonnement dont 6 mois de sursis, une sanction qui apparaît totalement disproportionnée au regard des faits reprochés (dégradations d'une banque et feu de poubelles).

Pour les autres les audiences sont reportées à brève échéance, le 7 février pour l'un, et le 14 février pour les 3 autres, ce qui laisse peu de temps pour constituer une défense. D'ici là nous nous devons d'organiser la solidarité autour d'eux et leurs proches ! Car contrairement aux Cahuzac, Woerth ou Balkany, ceux-là ne bénéficieront d'aucun soutien en haut lieu ! Ils et elles ne pourront compter que sur notre nombre et notre détermination à les soutenir.
Pour couvrir les frais juridiques, nous ouvrons une cagnotte en ligne. Celle-ci est hébergée sur le site Paypal car c'est un site qui ne prélève aucune commission. Cette cagnotte est gérée par un groupe « Légal Team » constitué à la Maison du Peuple. Celui-ci rendra compte de son utilisation lors des AG. L'objectif est simple : couvrir l'ensemble des frais juridiques pour les interpelés.

A chacun d'y contribuer selon ses moyens, mais d'y contribuer si il ou elle le peut. Avançons ensemble et ne laissons personne sur le bas côté. Gilets jaunes, à votre solidarité : https://paypal.me/pools/c/8bvK4EM46e

Pour ceux ou celles qui le préfèrent, des dons peuvent être fait en main propre en vous rendant à la Maison du Peuple et en demandant de contacter la Legal Team.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.