Maison du Peuple de Saint-Nazaire
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 janv. 2019

La Maison du Peuple de Saint-Nazaire répond à l'appel de Commercy

Les gilets jaunes de la Maison du Peuple de Saint-Nazaire répondent à l'appel de Commercy, pour une Assemblée des assemblées le 26 janvier.

Maison du Peuple de Saint-Nazaire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La Maison du Peuple de Saint-Nazaire répond à l'appel de Commercy © Maison du Peuple Saint-Nazaire

Depuis le 17 novembre dernier, les Gilets Jaunes ont investis les ronds-points et manifestent dans les rues afin de faire entendre leur voix. Partout en France, les mobilisations continuent et prennent des formes variées. Contrairement à ce qu'imaginaient l'Etat et bon nombre de médias, le mouvement ne s'essouffle pas, bien au contraire !

Le président Macron continue à mépriser le peuple, de part ses décisions et ses paroles, comme jamais vu auparavant. Au-delà de ce mépris et des injustices criantes que cet Etat maintient et accentue, une oppression considérable s'exerce sur notre intégrité physique lors des manifestations, sur les ronds-points et ailleurs, pour tenter de faire taire ce mouvement de révolte. Les forces de l'ordre de ce pays sont devenus les « forces du désordre », créant un climat volontairement anxiogène lors de chaque mobilisation des gilets jaunes. Aujourd'hui nous ne comptons plus le nombre de blessés, et nous déplorons celui des morts.

Nous ne pouvons plus rester sans réponse face à un régime nous privant de nos droits les plus élémentaires : celui de vivre dignement sans craindre le lendemain, et celui d'exprimer notre mécontentement face à un système qui ne nous convient plus, et ce, dans un pays censé être celui des « droits de l'Homme ».

À Saint-Nazaire et ses alentours ( Saint-Brévin, Donges, Trignac....), des gilets jaunes sont actifs depuis le début du mouvement. Des ronds-points ont été et sont encore occupés, jour après jour, nuit après nuit. Nous occupons également depuis le 24 novembre un bâtiment que nous avons renommé la Maison du Peuple. Ici, des gens vivent, s'organisent, s'entraident, apprennent à faire ensemble, et redonnent sens aux mots fraternité, solidarité et démocratie.

Nos manières de nous mobiliser sont nombreuses et les blocages de points économiques stratégiques, dont notamment la raffinerie TOTAL de Donges, ont fait passer le message clair que nous sommes nous-mêmes en mesure d'exercer un pouvoir non-négligeable sur le système économique.

Mais ces mobilisations ne sont pas sans conséquences. À Saint-Nazaire, comme dans beaucoup d'autres villes, la répression judiciaire s'ajoute aux violences policières qui a fait des blessés graves à Nantes, dont deux membres de la Maison du Peuple. De plus, cinq de nos gilets jaunes sont actuellement sous procédure judiciaire suite à la manifestation du 5 janvier dernier. L'un d'entre eux a déjà été lourdement condamné et les 4 autres sont en attente d'un procès qui se déroulera dans les prochaines semaines.

Pour les soutenir, nous venons d'ailleurs de lancer un appel à solidarité, grâce à une cagnotte, afin de récolter des fonds qui couvriront leurs frais judiciaires.

Les difficultés financières sont aussi un moyen pour l'Etat de réduire le mouvement des Gilets Jaunes au silence, mais grâce à la solidarité et au soutien de toutes et tous, nous ferons tout pour qu'il n'en soit rien, et nous vous en remercions d'avance.

Pour continuer à nous mobiliser et à tenir bon face à la répression, il nous faut réunir nos forces : « seul, on va plus vite, ensemble, on va plus loin ! ».

L'appel d'une « assemblée des assemblées » les 26 et 27 janvier prochains, envoyé par des gilets jaunes de Commercy va parfaitement dans ce sens et nous, la Maison du Peuple de Saint-Nazaire, répondons présents !

Montrons que les Gilets Jaunes sont de plus en plus organisés, de moins en moins vulnérables, de plus en plus solidaires et déterminés !!

Dans ce système où les valeurs sont inversées, où « l'économie n'est plus au service de l'homme mais où l'homme est au service de l'économie », à nous d'inverser cette tendance aujourd'hui bien ancrée, et qui empêche une trop grande majorité d'entre nous de vivre dignement, sans s'inquiéter du lendemain.

Nous remercions donc les gilets jaunes de Commercy pour cette initiative et encourageons un maximum de Gilets Jaunes à nous rejoindre.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des titres de séjour suspendus aux « principes de la République » 
Le ministre de l’intérieur veut priver de titre de séjour les personnes étrangères qui manifestent un « rejet des principes de la République ». Cette mesure, déjà intégrée à la loi « séparatisme » de 2021 mais déclarée inconstitutionnelle, resurgit dans le texte qui doit être examiné d’ici la fin de l’année. 
par Camille Polloni
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — États-Unis
L’auteur britannique Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie était hospitalisé vendredi après avoir été poignardé, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Conjoncture
Le nouveau plein emploi n’est pas le paradis des travailleurs
De l’emploi, mais des revenus en berne et une activité au ralenti. La situation est complexe. Pour essayer de la comprendre, Mediapart propose une série de deux articles. Aujourd’hui : pourquoi le nouveau plein emploi ne renforce pas la position des salariés.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
« Les Crimes du futur » de David Cronenberg : faut-il digérer l'avenir ?
Voici mes réflexions sur le dernier film de David Cronenberg dont l'ambition anthropologique prend des allures introspectives. Le cinéaste rejoint ici la démarche de Friedrich Nietzsche qui confesse, dans sa "généalogie de la morale", une part de cécité : "Nous, chercheurs de la connaissance, nous sommes pour nous-mêmes des inconnus, pour la bonne raison que nous ne nous sommes jamais cherchés…"
par marianneacqua
Billet de blog
DragRace France : une autre télévision est possible ?
Ce billet, co-écrit avec Mathis Aubert Brielle, est une critique politique de l'émission DragRace France. Il présente la façon dont cette émission s'approprie les codes de la téléréalité pour s'éloigner du genre en matière de contenu et de vision du monde promue.
par Antoine SallesPapou
Billet de blog
« As Bestas » (2022) de Rodrigo Sorogoyen
Au-delà de l’histoire singulière qui se trouve ici livrée, le réalisateur espagnol permet une nouvelle fois de mesurer combien « perseverare » est, non pas « diabolicum », comme l’affirme le dicton, mais « humanissimum ». Et combien cette « persévérance » est grande, car digne de l’obstination des « bêtes », et élevant l’Homme au rang des Titans.
par Acanthe
Billet de blog
33e Festival de Fameck - Mounia Meddour, Présidente du jury et l'Algérie, pays invité
L’édition 2022 du Festival du Film Arabe de Fameck - Val de Fensch (qui se tiendra du 6 au 16 octobre) proposera sur onze jours une programmation de 30 films. La manifestation mettra à l’honneur l’Algérie comme pays invité. Le jury longs-métrages du festival sera présidé par la cinéaste Mounia Meddour.
par Festival du Film Arabe de Fameck