Le carrefour du vendredi 13

Jusqu'ici, pas d'insurrections en France puisqu'on ne mourrait pas assez de faim. Mais chaque catastrophe est une impasse qui ouvre à une mutation. Alors nous y sommes, car désormais "même ici" les gens meurent, de peur comme tout court. 

Il est rassurant de voir que la lutte acharnée contre l'obscurantisme est lancée, car la brèche est ouverte et donc la place est à saisir. Oui, merci aux journalistes qui expliquent, aux mouvements pacifistes, aux blogueurs intelligents et aux lanceurs de solutions, de vraies solutions. 

Continuer à vivre bien sûr, mais commençons à ne plus tolérer ceux qui ont fabriqué ce monstre. Pour cela il faudra refaire notre constitution comme certains le répètent depuis déjà bien longtemps. Il est intolérable que nos politiciens soient en mesure de prendre des décisions militaires à nos risques et périls et contre notre volonté.

Bien sûr, nous n'avons plus le choix, il va falloir surveiller les frontières et enfin oser virer les provocateurs d'idées extrêmistes et dangereuses, irrespectueuses avec la liberté et la tolérance de chacun. Bien sûr il va falloir que la brigade anti-terroriste soit entièrement déployée en ce sens plutôt que pour surveiller les anti-corridas, et bien sûr il devient de bon ton de relier les informations entre les pays. 

Mais il faut voir aussi qu'en Corée du Nord personne ne va intervenir pour sauver les populations. Pourquoi? Parce qu'il n'y a pas d'intérêts, pas de pétrole par exemple. Il faut je crois s'avouer qu'il y a deux problèmes essentiels: dans le monde il y a des personnes qui périssent tous les jours de la même façon qu'à Paris vendredi dernier, souvent dans une détresse et une terreur permanentes et parfois depuis des années, sans que nous nous sentions réellement concernés, et d'autre part, nos pays sont à l'origine du grand commerce des armes dont les fins ne font que justifier ses moyens. 

Il est temps de constater que nous faisons tous partie du même monde, et qu'à chaque fois qu'il y a une attaque armée, où qu'elle soit, il y a des innocents qui périssent. Et aussi force serait de s'assurer qu'on a bien pris soin de soi pour être en mesure de prendre soin des autres, et visiblement l'ennemi intérieur est en effet passé inaperçu derrière les intérêts internationaux. 

Protégeons-nous des propagandes meurtrières et intolérantes en tout genre en les condamnant fermement, développons la nourriture de l'âme auprès de tous, à savoir la culture et le goût de la vie, du rire, de l'amour, et au lieu de réagir au même niveau, donnons déjà l'exemple, comme l'aurait proposé Gandhi, du pacifisme qu'au bout nous souhaitons tous.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.