Soyons des idéalistes actifs

Se réveiller. Avoir oublié toute la nuit. S'occuper pour oublier encore. Boire, agir comme si sa trace n'était pas indélébile. Puis se coucher de nouveau, encore plus débile que la veille. Se dire qu'elle est bien bonne, une fois de plus. Pourtant, certains jours, à certains moments ci et là, discuter, observer que l'on a des idées, qu'on aurait des désirs. Au bistrot, en écoutant une émission de radio, à la pause du travail.

D'un côté ceux qui veulent éteindre la race humaine. L'écologie, c'est un truc de gauchistes qui veulent emmerder le monde. Le nucléaire est une énergie sûre. La viande c'est bon pour la santé, les végétariens augmentent la famine dans le monde et à cause d'eux il faudrait faire pousser des tonnes de céréales en plus. De toutes manières tout est déjà foutu, autant pousser le vice au maximum, ça ira plus vite et les prochaines générations, ce n'est pas mon affaire. Mon look l'emporte sur ce que j'ai à dire. Personne ne m'arrêtera, ce que j'ai n'est qu'un pâle reflet de ce que je voudrais avoir, et quand je l'aurai si je l'ai un jour, ce sera rebelote, jusqu'à la propagande, les armes, l'appauvrissement des uns au profit de qui je veux. Cet être-ci souffre et je m'en fiche puisqu'il n'est pas moi. J'ai toujours su que celui qui attaque en premier aura le plus gros morceau. Ma fierté est de faire partie du cercle que je considère le meilleur ou le seul valable, d'ailleurs j'en ai marre de ne pas être officiellement le préféré, je veux la place, même de force, je serai calife à la place du calife, en fait Dieu est comme moi, punisseur et à vénérer.

D'un autre côté, ceux qui décident de sortir la race humaine de son statut de parasite. Ce qui se consomme au quotidien représente le pouvoir donné aux valeurs qui comptent pour moi. Mon empreinte écologique est ma part de responsabilité. Si le monde est meilleur il le sera pour tous. Je suis aussi un petit bout de monde. Je diffuse les bonnes nouvelles, comme par exemple qu'il n'est pas encore trop tard, que chaque action individuelle compte, j'informe contre la propagande qui aveugle les foules paresseuses et traditionnalistes, je prends soin de moi et des enfants que je fais naître pour ne contribuer qu'au développement de ce monde meilleur dont ils feront partie. Bien plus porteurs et bénéfiques qu'une quelconque envie de détruire venant des malheureux qui n'ont pas dépassé l'âge du non, le rêve d'être simplement heureux rime avec les instincts d'empathie de mon enfance qui sont la règle de ma vie.

Les enfants encore vierges de désespoir interrogent et rappellent nos petites voix intérieures jadis pas encore désabusées. Aux réveils citoyens, formez vos actions, au quotidien hurlez vos petites voix.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.