MAJD ALDIK
Abonné·e de Mediapart

14 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 juil. 2015

MAJD ALDIK
Abonné·e de Mediapart

Souvenir - ذاكرة

MAJD ALDIK
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Activiste syrien de 28 ans, originaire de Douma en banlieue de Damas, Majd Aldik a fui la Syrie fin 2014. En attente du statut de réfugié politique, il publie une chronique cet été sur Mediapart dans le cadre de l'opération OpenEurope.

J'attends le regroupement familial, ou la mort orpheline, depuis que suis devenu un réfugié Syrien en Turquie. Car j'ai le mérite d'avoir réussi à franchir l'épreuve des sept déplacements consécutifs… Je porte désormais avec eux le poids de la faute de cet homme qui a essayé de m'aider et qui est mort après avoir perdu son sang dans les bras de mon fils. Il était avec lui quand l'obus d'Assad fils l'a touché, juste avant d'arriver chez moi… Mon fils a continué sa route vers moi, son sang sur les mains, celui de cet homme qui est parti silencieusement vers sa dernière demeure. 

J'étais jeune quand j'ai construit ma maison pierre par pierre, sur la terre de mon père. Après mon 74ème anniversaire, la vie s'y est arrêtée. J'ai été vaincu par ces missiles dont j'ai entendu dire qu'ils étaient interdits…ils m'ont obligé à fuir après que j'ai vu le sang des gens de mon quartier couler devant ma maison, transportant avec lui la voix des blessés dont personne n'a entendu parler, à part les consciences de ceux qui ont pu respirer l'odeur de leur sang brulé. 

J'ai emporté dans mes oreilles le bruit du massacre loin de mes voisins, de ceux qui ont survécus. La mort dirigée par Bachar Al Assad et ses adeptes s'est chargée des âmes de ceux-là qui dormaient en bonne santé sous leur toit pour les transformer en poussière. Mon neveux était parmi eux, il va ce mois-ci célébrer ses deux ans de paralysie allongé sur un lit, du fait d'un éclat d'obus. 

Vieux, apeuré, fuyard, je compte mes derniers jours car je n'ai plus la capacité de nager et de m'accrocher à ces barques de la mort depuis que la courbure de mon dos a dépassé les 50 degrés. J'ai perdu l'ouï et, avec, j'ai perdu le désir d'entendre la voix de mes fils. Ils sont partis loin de moi dans l'espoir d'un regroupement familial… qui pourra enfin clore ce périple qui ne fait que m'éloigner de mon rêve de rentrer mourir chez moi. 

C'est le souvenir sanglant d'un vieillard Syrien.

منتظرا لم شملي  أو الموت يتيما  بعد ان تطورت  الى مرحلة اللاجئ السوري في  تركيا لتجاوزي بجدارة تلك النزوحات السبع المتوالية..  حاملا  معها  خطيئة  ذلك الرجل الذي حاول مساعدتي  والذي مات بعد ان نزف بين ذراعي ابني الذي كان معه  بقذيفة الأسد الابن  قبل ان يصل الى بيتي .. ليكمل ابني الطريق باتجاهي حاملا بين يديه  دماء ذلك الانسان الذي رحل بصمت الى مثواه الأخير

أرض أبي وبيتي الذي بنيته حجرا فوق حجر في  سنوات شبابي أتممت فيهم عيد ميلادنا الرابع والسبعين  ليتوقف الزمن عندها  , بعد هزيمتي امام  تلك الصواريخ التي كنت  أسمع انها محرمة .. و التي  أجبرني  على الهرب بعد ان  شاهدت دماء أبناء حارتي تسيل أمام منزلي ومعه صوت ألنازفين الذي لم يسمع بهم الا ضمير من اشتم رائحة دمائهم المحترقة

حاملا في أذني صوت المجزرة  بعيدا عن أبناء حارتي ممن نجى من الموت بعد أن تكفل الموت الذي يديره بشار الاسد ومن والاه بأرواح من كانوا ينامون تحت بيتهم سالمين قبل أن تسويها رميم , ومعهم ابن اخي الذي أصابته شظية جعلت منه مع اكتمال هذا الشهر يمضي السنتين على سريره مشلولا

عجوزا خائفا هاربا أعد أيامي الأخيرة  فاقدا لقدرتي على السباحة و اعتلاء قوارب الموت منذ ان تجاوز انحناء ظهري الخمسين درجة  ومعه سمعي الذي فقدته و أفقدني معه شهوة  الاستماع لصوت ابنائي الذين  رحلوا عني أملا بلم شملي ..  لتكتمل معها مسيرتي بالابتعاد عن حلمي بالعودة للموت في بيتي

تلك ذاكرة دموية لعجوز سوري 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique économique
Comment la Macronie a tourné le dos à la rationalité économique
Alors qu’en 2017, Emmanuel Macron se présentait comme le champion de « l’évaluation des réformes », il fait fi des évaluations scientifiques négatives sur sa politique économique. Désormais, sa seule boussole est sa politique en faveur du capital.
par Romaric Godin et Mathias Thépot
Journal
Projet de loi immigration : « Nous sommes sur des propositions racistes »
Le projet de loi immigration, porté par Gérald Darmanin, est discuté mardi 6 décembre à l’Assemblée nationale. L’occasion notamment de revenir sur les chiffres de « la délinquance des étrangers » avancés par le chef de l’État et le ministre de l’intérieur. 
par À l’air libre
Journal — Habitat
Faute de logement, des mères restent à l’hôpital avec leurs enfants
À l’hôpital Delafontaine, à Saint-Denis, sept femmes sont accueillies sans raison médicale. En cause : la  saturation de l’hébergement d’urgence. Maïrame, mère d’un bébé de cinq mois, témoigne. 
par Faïza Zerouala
Journal — Travail
Grève chez Sanofi : « Ponctionner les actionnaires pour augmenter les salaires »
Démarré le 14 novembre, le conflit social chez le géant français du médicament touche désormais une quinzaine de sites. Reportage à Montpellier, où les « petits salaires » de l’entreprise sont mobilisés pour une hausse des rémunérations.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
Playlist - Post-punk et variants
Blue Monday infini et températures froides bien en dessous de celles d'Ibiza en hiver. C'est le moment idéal pour glorifier le dieu post-punk et ses progénitures art rock ou dark wave, fournisseurs d'acouphènes depuis 1979. Avec Suicide, Bauhaus, Protomartyr, Bantam lyons, This heat, Devo, Sonic Youth...
par Le potar
Billet de blog
Anne Sylvestre : manège ré-enchanté
Tournicoti-tournicota ! On savait l'artiste Anne Sylvestre facétieuse, y compris à l'égard de ses jeunes auditeurs, fabulettement grandis au rythme de ses chansons, alors qu'elle ne cessa pas de s'adresser aussi aux adultes irrésolus que nous demeurons. Presque au point de la croire ressuscitée, grâce à l'initiative de la publication d'un ultime mini album.
par Denys Laboutière
Billet d’édition
2. B.B. King et la légende de Lucille
Il suffit d’avoir admiré son jeu tout en finesse et en agressivité contenue, d’avoir vécu l’émotion provenant du vibrato magique de sa guitare, d’avoir profité de sa bonhomie joviale et communicative sur scène, de son humilité, et de sa gentillesse, pour comprendre qu’il n’a pas usurpé le titre de King of the Blues.
par Zantrop
Billet de blog
Rap et théorie postcoloniale : sur « Identité remarquable » de Younès Boucif
« Un Arabe qui fait du rap y’a pas grand-chose d’original », rappait Younès dans « J’me rappelle ». Mais quid d’un Arabe qui rappe, joue (au cinéma, au théâtre), écrit des romans, manage et se fait parfois, à ses heures perdues, documentariste ? À l'occasion de la sortie de son album, retour sur la trajectoire d'un artiste aux talents multiples.
par Matti Leprêtre