Majead
Poète/Chroni-coeur/Slameur....
Abonné·e de Mediapart

29 Billets

4 Éditions

Billet de blog 15 oct. 2013

Subterfuge d'un refuge

Majead
Poète/Chroni-coeur/Slameur....
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’obscurité est mon refuge.Voyez donc ce parquet agonisant, ce plafond moribond,  ces meubles décrépits,  ces murs avachis, ce bâtiment sans pouls, cette couleur inanimée… Ma chambre est un caveau. J’habite dans une maison sans fenêtre. À quoi me serviraient-elles ? J’ai suffisamment regardé à l’extérieur pour me faire une idée très précise de la vie des hommes : misère et profondeur du vice. Et pourtant…

Je hais la lumière. Elle symbolise mes fiascos en amour et en amitié. J’aime ma solitude. Elle m’est aussi chère que la prunelle de mes yeux. Sans elle, je ne pourrais y voir clair. Et pourtant…

J’ai ouvert la porte de la Nuit, en désespoir de cause. Je n’aurai pas du. Je le regrette, mais c’est fait ! Je me suis approprié cet espace crépusculaire, je l’ai bâti avec les ruines de mon humanité, et j’ai consolidé le tout avec les vestiges de ma pitié. Dans l’ombre de ma disgrâce, j’attends les douze coups de Minuit. Je n’ai pas de rendez-vous avec le diable, mais avec mon prochain. Je m’habille et sors de mon antre. Je marche dans les rues comme un somnambule. Hagarde, évaporée, effacée…affectée ! J’avance sans savoir où je vais. Peu m’importe. J’ai juste besoin de prendre la température du monde des vivants. Toujours égale à elle-même : glaciale ! Je le sais pourtant, mais un besoin viscéral d’y croire encore et encore me pousse dehors. Être en mouvement, est une nécessité pour donner de l’air à mes pensées suffocantes.

Je chemine jusqu’à l’aurore avec la même conclusion : le monde ne changera pas tant que nous nous ne changerons pas nous-mêmes ! Maudite soit ma procrastination !

Je rentre dans ma tanière à la hâte. Mais après une journée passée dans mon repaire, je sais que je retournerai à mon indéfectible rituel nocturne.

Ah ! Si seulement on m’avait aidé à relativiser…si seulement on m’avait aimé…

Sentimentale Barbarie (2010) - Extrait

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre
Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra