Un barrage contre la Méditerranée

La parenthèse du cœur a été (ren)fermée au bout de soixante-douze heures, le temps de prendre quelques selfies pour la demande de réadmission au club humaniste. L'axe franco-allemand, moteur politico-économique incontesté de l'Union, montre désormais de quoi il est fait, dans la pratique. À ce niveau, les deux décisions suivantes ne peuvent qu'avoir été prises conjointement, de façon savante et calculée. Pratiquement dans la même journée, la France annonce des vols de reconnaissance qui « permettront » des frappes aériennes en Syrie (vu du sol, cela s'appelle des « bombardements »), et l’Allemagne – pays de destination privilégié des réfugiés fuyant le désastre syrien – rétablit et renforce les barrages tout au long de sa ligne frontalière sud-est. (Soulignons ici que, normalement, le traité de Schengen ne permet pas la prise d'une telle décision unilatérale par un de ses pays membres, et sans concertation de surcroît).

Dans le contexte actuel, la conséquence plus que prévisible des frappes aériennes en Syrie – peu importe leur cible qui ne pourra être moins floue que la situation elle-même –, sera l'accélération de l'exode migratoire. Car, quand les Mirages se dissiperont dans le crépuscule du Levant, le seul souffre-douleur des uns et des autres (qu'il s'agisse du Daesh, des pro-Assad, ou des agents de pays étrangers) restera encore et toujours la population civile. Une population dont la souffrance innommable fait peut-être rigoler quelques lecteurs de Charlie Hebdo (qui ne se donne, d'ailleurs, pas beaucoup de mal pour valider intégralement la thèse d'Emmanuel Todd), mais dont l’inexorable flux vers l'Europe ne saurait être réellement inversé que par la levée de la mainmise géopolitique permanente sur l'ensemble des pays de la région.

Après avoir largement créé le nouveau purgatoire moyen-oriental (invasion de l'Irak, Abou Ghraib, Guantanamo, destruction de la Libye, coup d'état en Égypte, financement et armement sauvage des milices syriennes), une partie de l'Occident sifflote indifféremment derrière son double vitrage en caressant le bouton rouge. Et l'autre ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.