Makis Malafékas
Écrivain
Abonné·e de Mediapart

17 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 sept. 2015

Un barrage contre la Méditerranée

Makis Malafékas
Écrivain
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La parenthèse du cœur a été (ren)fermée au bout de soixante-douze heures, le temps de prendre quelques selfies pour la demande de réadmission au club humaniste. L'axe franco-allemand, moteur politico-économique incontesté de l'Union, montre désormais de quoi il est fait, dans la pratique. À ce niveau, les deux décisions suivantes ne peuvent qu'avoir été prises conjointement, de façon savante et calculée. Pratiquement dans la même journée, la France annonce des vols de reconnaissance qui « permettront » des frappes aériennes en Syrie (vu du sol, cela s'appelle des « bombardements »), et l’Allemagne – pays de destination privilégié des réfugiés fuyant le désastre syrien – rétablit et renforce les barrages tout au long de sa ligne frontalière sud-est. (Soulignons ici que, normalement, le traité de Schengen ne permet pas la prise d'une telle décision unilatérale par un de ses pays membres, et sans concertation de surcroît).

Dans le contexte actuel, la conséquence plus que prévisible des frappes aériennes en Syrie – peu importe leur cible qui ne pourra être moins floue que la situation elle-même –, sera l'accélération de l'exode migratoire. Car, quand les Mirages se dissiperont dans le crépuscule du Levant, le seul souffre-douleur des uns et des autres (qu'il s'agisse du Daesh, des pro-Assad, ou des agents de pays étrangers) restera encore et toujours la population civile. Une population dont la souffrance innommable fait peut-être rigoler quelques lecteurs de Charlie Hebdo (qui ne se donne, d'ailleurs, pas beaucoup de mal pour valider intégralement la thèse d'Emmanuel Todd), mais dont l’inexorable flux vers l'Europe ne saurait être réellement inversé que par la levée de la mainmise géopolitique permanente sur l'ensemble des pays de la région.

Après avoir largement créé le nouveau purgatoire moyen-oriental (invasion de l'Irak, Abou Ghraib, Guantanamo, destruction de la Libye, coup d'état en Égypte, financement et armement sauvage des milices syriennes), une partie de l'Occident sifflote indifféremment derrière son double vitrage en caressant le bouton rouge. Et l'autre ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget
Journal
Les publicitaires font main basse sur les données des élèves partout dans le monde
Human Rights Watch a analysé durant deux ans 164 outils numériques destinés aux élèves de 49 pays durant la pandémie afin qu’ils puissent continuer à suivre leurs cours. 89 % « surveillaient les enfants, secrètement et sans le consentement de leurs parents ». Une enquête réalisée avec un consortium de 13 médias, dont Mediapart, coordonnés par The Signal Network.
par Jérôme Hourdeaux
Journal
Le casse-tête des enseignants français
Avec seulement deux applications mises en cause, la France fait figure de bonne élève dans le rapport de Human Rights Watch sur la collecte de données durant la pandémie. Mais, dans les salles de classe, la situation est en réalité plus complexe, notamment en raison de l’usage d’outils non validés par le gouvernement.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Fil d'actualités
Au Texas, au moins 21 morts dont 19 enfants dans une tuerie : Biden appelle à « affronter le lobby des armes »
Le président américain Joe Biden, visiblement marqué, a appelé mardi à « affronter le lobby des armes » pour prendre des mesures de régulation, alors que l’Amérique vient de replonger dans le cauchemar récurrent des fusillades dans des écoles.
par Agence France-Presse

La sélection du Club

Billet de blog
En finir avec la culture du viol dans nos médias
[Rediffusion] La culture du viol est omniprésente dans notre société et les médias n'y font pas exception. Ses mécanismes sont perceptibles dans de nombreux domaines et discours, Déconstruisons Tou(rs) relève leur utilisation dans la presse de masse, dans la Nouvelle République, et s'indigne de voir que, depuis près de 10 ans, ce journal utilise et « glamourise » les violences sexistes et sexuelles pour vendre.
par Déconstruisons Tours
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Amber Heard et le remake du mythe de la Méduse
Depuis son ouverture le 11 avril 2022 devant le Tribunal du Comté de Fairfax en Virginie (USA), la bataille judiciaire longue et mouvementée qui oppose Amber Heard et Johnny Depp divise l'opinion et questionne notre société sur les notions fondamentales de genre. La fin des débats est proche.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
La condition de la Femme en ce début de deuxième millénaire - Deuxième partie
[Rediffusion] À l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, je mets ici en lumière le fait que hommes cis s’octroient un droit sur le corps de la femme, soit de manière assumée, soit de manière insidieuse à cause, entre autres, du patriarcat et de la culture du viol. Les violences sexistes et sexuelles sont un fléau. La culpabilisation des victimes est un cauchemar lancinant.
par Adélaïde DUVAL