ILS SONT PERVERS CES TERRORISTES CHIENS DE GUERRE ET DE TERREUR

 

Cette dernière génération de Maghrébins est plus véhémente, elle se sent forte dans le pays de l'autre. Elle recherche les ruines anciennes, déterre les cadavres des ancêtres et ne trouve rien, les tombes sont vides. Ils ignorent qu'ils sont dans la profanation. Ils recherchent le père, les ancêtres, les saints, ils recherchent. Dieu. Certains vont se radicaliser, parfois sombrer dans le terrorisme en bande ou sous la forme de loups solitaires. Dans leur pérégrinations ils passent le plus souvent dans la case petite ou grande délinquance (de la loi du père qui ne leur a pas laissé grand chose, ils passent au pire). Du père au pire. Et enfin ils se découvrent en très peu de temps une passion sans limite pour  le père du pire. Du père au pire, et du pire au père du pire. Jusqu'au-boutistes, ils sont kamikazes, se mettant au service d'un dieu assoiffé de sang et de drames.Ils veulent inscrire une hystoire en lettres de sang en passant sur le cadavre des autres. Nous livrent une image christique. C'est une forme de christianisation de l'Islam. Un Islam qui est du côté du démontrable. La Saint-Thomatisation de cette religion est en marche : une conception bouchère de l'Islam. Un corps déchiqueté par çi, une tête par là. Des bruits d'explosion, de déflagration et de mitraille pour réveiller un dieu mort. Ils jouent dans la scène des dieux. Le tragique c'est le fatum, le destin des dieux. Ces nouveaux dieux au double visage sanglant et bovin sont pervers.

C'est ce que je mets en lumière dans mon livre : Le Pervers, Le sexe Et la société.  Malek Gouni

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.