Malek Guerfi
Abonné·e de Mediapart

8 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 oct. 2022

Malek Guerfi
Abonné·e de Mediapart

Souveraineté national et écologie

Malek Guerfi
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À l’heure où l’opep+ viens d’annoncer une réduction de la production de pétrole et donc mécaniquement une hausse des prix du barils, la question de notre dépendance énergétique pourrait se poser, et celle de notre indépendance énergétique qui en découle aussi. Nous allons en sommes nous demander s’il est sain pour nos démocratie d’être autant dépendant d’état étrangers ? D’autant plus quand on connaît les régime politique des principaux producteurs de pétrole… Effectivement, commençons par là, qui sont nos principaux fournisseurs de pétrole ? Et bien selon la plate-forme allemande de statistiques Statista les principaux fournisseur de pétrole de L’Union Européenne sont la Russie(48,4%) La Norvège,(18%) l’Algérie(16,2%), Les Etats Unis (5,8%) et le Qatar (4,4%). Déjà on se rends compte juste en regardant nos approvisionnements de pétrole que plus des deux tiers de notre pétrole provient de pays qui sont des dictatures. Quand on connaît l’importance du pétrole dans l’économie quand on sait que les chocs sur ce marché peuvent déclencher des crises économiques, on se demande bien volontiers pourquoi lorsque dans les années 80 la mondialisation est née (qui est je le rappelle la globalisation financière de notre économie), elle n’a pas pris en compte les chocs pétroliers des années 70 ? Pourquoi n’a-t-elle pas été faite de façon ce que les prix du pétrole n’aient pas une aussi grosse influence sur nos économies ? En d’autres termes, devant l’évidence que présente la nécessité de produire de l’énergie pour faire tourner l’économie pourquoi la transition énergétique écologique n’a-t-elle pas été pensée et mise en place lorsque l’on s’est rendu compte du poids que pouvaient avoir ces dictatures sur nos économies ? Comme argument j’avancerai les relations post coloniale entre les pays occidentaux et les petro monarchies nouvellement «indépendantes» qui permettent aux grandes puissances d’avoir une influence sur les dirigeants des pays producteurs de pétrole, et de négocier avec eux des concessions dont celles du 29 mai 1933 entre le gouvernement saoudien et la Standard oil of California qui est sans doute la plus célèbre et qui a donné naissance à la Saoudi Aramco , permettant ainsi à l’entreprise californienne d’exploiter le pétrole saoudien. Cette dépendance organisée au pétrole a repoussé la mise en place de technologie comme l’énergie solaire qui elle était maîtrisée depuis le milieu des années 50 et déjà utilisables pour les particuliers au cours des années 70. Leurs premières utilisation domestiques remontent effectivement au premier chocs pétroliers, qui a permis en augmentant le prix du pétrole de faire baisser le coût relatif des panneaux photovoltaïques. C’est donc bien la logique de rendement qui guide la politique énergétique de nos nations maintenant subordonnée à leurs économies marchandes. La perte de souveraineté, se fait littéralement au profit. Surtout que les chocs pétroliers ont tous eu une origine politique. Le premiers chocs fait suite à la Guerre de Kippour, le second à la guerre Iran-Irak et enfin aujourd’hui la hausse du prix des énergies est induite par la guerre en Ukraine. L’on voit très bien que l’économie et donc l’équilibre de nos démocratie est sans cesse disruptée par le bon vouloir d’autocrate qui en fonction de leurs caprices du moment provoque des crises économiques afin de servir leurs intérêts, leurs profits. L’on voit donc aussi très bien que la transition énergétique n’est pas juste l’affaire de quelques «zadiste en saourelle», la transition énergique est lorsque l’on est dans un configurations d’un pays comme la France,c’est à dire celle d’un pays qui importe 99% de son pétrole, une question de survie politique ! https://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/edition-numerique/chiffres-cles-energie-2021/13-petrole https://fr.statista.com/statistiques/1295723/provenance-petrole-importe-ue/#:~:text=Le%20p%C3%A9trole%20import%C3%A9%20dans%20l,Norv%C3%A8ge%20avec%2018%20%25%20des%20importations.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Après l’embargo sur le pétrole russe, l’Europe dans le brouillard
Annoncée depuis des mois, la guerre du pétrole contre la Russie est une réalité depuis lundi 5 décembre. L’Europe a engagé un embargo, les membres du G7 imposent un plafonnement du prix du baril à 60 dollars pour les pays tiers. Avec quelles conséquences ? Personne ne sait.
par Martine Orange
Journal
Devant la cour d’appel, Nicolas Sarkozy crie son innocence
Rejugé pour corruption, l’ancien chef de l’État s’en est pris à une enquête illicite selon lui, et a réaffirmé ne rien avoir commis d’illégal en utilisant la ligne téléphonique « Paul Bismuth ».
par Michel Deléan
Journal
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert sont rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes