Malesherbes
Abonné·e de Mediapart

37 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 oct. 2022

Malesherbes
Abonné·e de Mediapart

Confusion entre citoyenneté et langue

L’Ukraine est l’une des 21 Républiques de la Fédération de Russie. Ses habitants ont la citoyenneté russe et la nationalité ukrainienne. La politique d’annexion de Poutine est la même que celle pratiquée par Hitler au nom des Germanophones.

Malesherbes
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En 2014, la Russie, soucieuse de préserver son accès aux mers chaudes, a annexé la Crimée. Des séparatistes russophones de l’Est et du Sud de l’Ukraine ont alors déclenché une guerre dans ces régions, en particulier dans le Donbass. Ceci m’amène à tenter de distinguer plusieurs termes aux contours flous mais utilisés parfois indifféremment : la nation, le peuple, le territoire, la région, la province, le pays, l’ethnie et même la race. Si à l’origine ce dernier mot indiquait un ensemble de caractéristiques génétiques, on l’a ensuite utilisé pour qualifier un groupe formé par des individus présentant des traits communs. À titre d’exemple, je cite un texte publié en 1922 dans la Revue mondiale à propos des Jeux olympiques : « n’oublions pas d’ailleurs que le sport a valu une véritable régénération à la race française ».  On ne saurait comparer cet emploi à celui figurant dans l’expression « race bovine ».

Lors de sa dissolution en 1991, l’URSS était constituée de 15 Républiques. Tous leurs habitants étaient des citoyens soviétiques et chacun d’entre eux avaient une nationalité mentionnée sur sa carte d’identité et déterminée par sa nation d’appartenance. Le peuple russe comprenait 50% des Soviétiques. Le peuple ukrainien était fort de 15% de la population soviétique. Puis venaient les Ouzbeks, avec 5% et les 12 autres Républiques étaient toutes sensiblement moins peuplées. Cette reconnaissance de la nationalité visait à préserver la culture et la langue des peuples « non-russes ».

Par le nombre important de ses habitants, l’Ukraine est un cas particulier. La domination de l’ancien empire russe et plusieurs siècles de russification ont fait que, si la seule langue officielle est l'ukrainien, le russe est aussi beaucoup utilisé, notamment dans le sud et dans l'est du pays. Mais ce qualificatif de russophone traduit imparfaitement l’aptitude des Ukrainiens à parler le russe. Si la plupart le comprennent, nombreux aussi sont ceux qui sont incapables de le parler. C’est aussi une grave erreur que de confondre citoyenneté et langue. Les Suisses pratiquent quatre langues différentes, les Belges trois, les Canadiens deux sans oublier ce que parlent d’autres Européens ou les habitants de nombreux autres pays tel par exemple l’Inde.

 Adolf Hitler, dirigeant légitime car arrivé au pouvoir après des élections, voulait créer un Reich regroupant les pays et territoires germanophones. Ainsi,

  • Après un  référendum organisé le 13 janvier 1935, la Sarre est incorporée à ce Reich.
  • Le 12 mars 1938, la Wehrmacht entre en Autriche et, le mois suivant, un plébiscite organisé par les nazis recueille 99% de votes favorables à l'Anschluss.
  • Après les accords de Munich du 30 septembre 1938, le territoire des Sudètes est rattaché au Reich.
  • Dans le territoire de Memel, le 11 décembre 1938, la liste unique des partis pro-allemands recueille 87% des voix et, le 23 mars1939, la Lituanie signe la cession de Memel au Reich.

 Par sa proclamation solennelle le 30 septembre 2022 de l’annexion de quatre régions ukrainiennes, Vladimir Poutine, consultant des peuples par des référendums truqués, se comporte comme un digne héritier des Nazis, ceux que précisément il prétend combattre en Ukraine. N’oublions toutefois pas que, les 29 et 30 septembre 1941, des Ukrainiens ont participé à l’exécution de plus de 33 000 Juifs dans le ravin de Babi Yar, près de Kiev. Rappelons également que Volodymyr Zélensky, élu en 2019 Président de cette même Ukraine et, revanche de l'Histoire, juif, mène la guerre contre l'envahisseur russe.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Justice
Les liaisons dangereuses de Rachida Dati avec les barbouzes du PSG
Enquête illicite dans l’affaire Renault-Nissan, intervention auprès d’un préfet, renvois d’ascenseur : la justice s’intéresse aux relations entre l’ancienne garde des Sceaux et un lobbyiste mis en examen dans l’affaire qui secoue le club de foot.
par Yann Philippin et Matthieu Suc
Journal — Libertés publiques
Après la Grèce, Intellexa installe son logiciel espion en Afrique
Le matériel d’Intellexa fait scandale à Athènes, où il aurait visé les téléphones de personnalités, au bénéfice du gouvernement. Mais la société aurait aussi fourni du matériel à une milice soudanaise, révèle une enquête de Lighthouse Reports, « Haaretz » et Inside Story.
par Crofton Black et Tomas Statius (Lighthouse Reports)
Journal
Harcèlement, violences, faux en écriture publique : des policiers brisent « l’omerta » 
Dans un livre à paraître jeudi 1er décembre, six fonctionnaires de police sortent de l’anonymat pour dénoncer, à visage découvert, les infractions dont ils ont été témoins et victimes de la part de leurs collègues. Une lourde charge contre « un système policier à l’agonie ». 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Canicule : transformer nos modes d’élevage pour un plus grand respect des animaux
L’association Welfarm a mené cet été la campagne « Chaud Dedans ! » pour alerter sur les risques que font peser les vagues de chaleur sur la santé et le bien-être des animaux d’élevage. Après des enquêtes sur le terrain, des échanges avec les professionnels de l’élevage, des discussions avec le gouvernement, des députés et des eurodéputés, Welfarm tire le bilan de cet été caniculaire.
par Welfarm
Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise
Billet de blog
Noémie Calais, éleveuse : ne pas trahir l’animal
Noémie Calais et Clément Osé publient « Plutôt nourrir » qui aborde sans tabou et avec clarté tous les aspects de l’élevage paysan, y compris la bientraitance et la mort de l’animal. Entretien exclusif avec Noémie.
par YVES FAUCOUP