Minuit à Paris

J’ai remarqué ces derniers jours sur les colonnes Morris de la capitale l’affiche du dernier film de Woody Allen, Minuit à Paris. On y voit Owen Wilson flânant sur un quai de Seine. Sur l’autre rive apparaissent des immeubles surmontés d’un ciel à la Van Gogh. Ce qui a attiré mon attention, c’est sur le côté gauche, une liste verticale des interprètes du film qui fera demain l’ouverture du festival de Cannes. On peut y lire, et dans cet ordre, les noms suivants : Kathy Bates, Adrien Brody, Carla Bruni, Marion Cotillard, Rachel McAdams, Michael Sheen, Owen Wilson. Vous aurez remarqué, comme moi, que le nom de la première dame de France y figure en troisième position. Ce rang résulte du fait qu’il a été décidé, sans doute pour ne blesser personne, de citer les acteurs par ordre alphabétique.

 

Là où ce choix est moins fortuit, c’est que la présence du nom de Carla Bruni dans cette liste ne semble guère justifiée par l’importance de son rôle dans l’œuvre. Le personnage qu’elle interprète est tellement significatif qu’il n’a même pas été doté d’un nom. Lors du tournage, de mauvaises langues avaient même susurré que l’épouse de notre président ne s’était vu confier un rôle qu’à seule fin de faciliter l’obtention des autorisations de tournage dans les rues de Paris.

 

Bien entendu, on ne saurait faire grief à Carla Bruni de l’utilisation que le distributeur du film fait ainsi de son nom. Ce qui est par contre navrant, c’est que le calcul ainsi fait par des financiers risque fort de s’avérer payant. On peut penser en effet que nombre de spectateurs, espérant pouvoir admirer la performance de l’épouse de notre président dans un film, vont se précipiter dans les salles obscures pour étancher leur soif de célébrité. Cette manœuvre aura aussi vraisemblablement une conséquence remarquable : des spectateurs jusqu’ici indifférents à l’œuvre de Woody Allen auront l’occasion d’en découvrir le dernier opus.

 

Voilà un nouvel exemple de la confusion qui peut régner entre art, vie privée, finance, politique et scène médiatique.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.