Levons le voile sur les sociétés fantômes


Appelons l'Europe à sévir contre les sociétés fantômes

Il est temps que les dirigeants européens prennent les mesures nécessaires : tout le monde doit pouvoir savoir qui possède et contrôle les sociétés fantômes et les trusts. Nous pourrons ainsi lever le voile sur ceux qui volent des milliards aux pays pauvres – et aux pays développés.

 

phantom_firms_petition_page.jpg

 

Bonjour,

Dans les sous-sols d'une banque se trouve un tiroir verrouillé. Que se cache-t-il à l’intérieur ? Des papiers qui masquent l'identité des terroristes, des dictateurs, des trafiquants d'êtres humains, des fraudeurs et les sociétés fantômes que ces derniers ont mis sur pied pour blanchir les profits de leurs opérations douteuses et qui volent des milliards aux pays pauvres – et aux autres.

Les sociétés fantômes sont des entreprises fictives conçues pour cacher l’identité de ceux qui les possèdent et contrôlent. Elles sont au cœur de 70% des grands cas de corruption*. Comment peuvent-elles s’en tirer à si bon compte ? Facile ! Il n’existe aucune loi pour les en empêcher.

A l’heure où nous écrivons ces lignes, l'Europe se demande si les informations sur qui possède et contrôle ces entreprises devraient être rendues publiques. Nous avons donc une opportunité unique de changer la donne. C’est pourquoi nous vous invitons à vous mobiliser à nos côtés en signant la pétition en un clic :

http://act.one.org/go/1465?t=2&akid=4392.5974574.E6fBYh

 

 

Le texte de la pétition est le suivant :

Chers dirigeants européens,

Nous vous exhortons à lever le voile sur les sociétés fantômes : l’information sur qui possède et contrôle ces entreprises et trusts doit être rendue publique.

Cette décision peut changer la vie de millions de personnes, celle des plus pauvres de la planète. Vous vous rappelez certainement de l’affaire Teodorin Obiang, le fils du président de la Guinée Equatoriale. Il a dépensé plus de 220 millions d’euros pour s’offrir des articles de luxe à travers le monde, dont un hôtel particulier parisien de 101 pièces avec vue sur l’Arc de Triomphe estimé à plus de 75 millions d’euros, des œuvres d’art de Renoir et d’autres peintres célèbres estimés à 33 millions d’euros ou encore un bureau Louis XIV estimé à 1,5 millions d’euros. En juillet dernier, le gouvernement français a saisi et mis aux enchères 9 de ses voitures pour 2,8 millions d’euros après avoir conclu qu’elles avaient été achetées avec de l’argent blanchi provenant des ressources pétrolières de l’Etat africain. Pendant ce temps, plus d’un 1 enfant sur 7 de moins de cinq ans mourait d'une maladie évitable et la pauvreté demeure endémique.

Il nous paraît indispensable de rappeler que ce sont des pays en dehors de l’Afrique, principalement en Europe et aux Etats-Unis, qui permettent la mise en place de ces sociétés fantômes tandis que l’Afrique perd des milliards de ressources qui pourraient être utilisées pour sortir des centaines de milliers de personnes de l’extrême pauvreté. Il nous faut donc dire à nos dirigeants qu’il est temps que cela change !

Le pouvoir de lever le voile sur ces sociétés fantômes est entre nos mains. Ensemble, nous pouvons les combattre pour en finir avec la corruption. Alors s’il vous plaît signez la pétition :

http://act.one.org/go/1465?t=6&akid=4392.5974574.E6fBYh

Exigeons le possible !

Cali

Chanteur et membre de ONE

 

 

* La Banque mondiale a examiné 213 grands cas de corruption entre 1980 et 2010. Dans plus de 70% des cas, des entreprises fictives ont été utilisées pour blanchir de l'argent volé.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.