C'est l'inégalité qui est à la source du chaos du monde.

Comme le rappelle le philosophe Alain Badiou, l'arithmétique est simple:

Alain BADIOU : à partir des meurtres de masse du 13 novembre (1h46) sur Vimeo
1% des plus riches détient 46% de la richesse de la planète;
10% des plus riches détiennent 80%;
50% de la planète ne possèdent rien du tout, ce ne sont pas des salariés-consommateurs; ils sont superflus pour le pouvoir commercial et peuvent vivre ou mourir, au milieu de fascistes théologiques ayant pris le pouvoir dans des zones où il n'y a plus d'État (mais finalement c'est plus simple et on peut de toute façon commercer avec ces..." barbares ") et au milieu des drones et autres technologie occidentale, la seule bonne guerre valable, propre, une guerre de civilisés contre des barbares, qui souhaiterait avoir zéro mort d'un côté, tout en omettant les statistiques du 1 touché pour 20 dommages "collatéraux";  mais ces morts de là-bas ne pèsent pas aussi lourd que celles des" civilisés", ici;
les 40% restant correspondent à la classe moyenne (surtout occidentale) et possèdent 14% des richesses; 

les firmes gigantesques utilisent ces classes moyennes en tant que salariés- consommateurs de leurs produits,  indispensables pour le maintien de ce qu'il faut bien appeler une "classe sociale" de très peu de personnes qui possède presque tout;   la propagande de la peur, de l'identité contre l'altérité,  fait partie du processus de maintien;  du maintien de l'ordre, donc;  la défense des "valeurs" du salarié-consommateur est brandie en écho par des imbéciles consentants ou complices... ou fous... cet océan de folie sur lequel flotte de façon incertaine la  fragile barque de la raison humaine... allez savoir.

***

et pour le maintien de cette inégalité,  donc de ce chaos, des ectoplasmes étatiques à la Pépère s'en-va-t-en-guerre sont  en train d'entraver notre liberté  à  fraterniser et à construire ensemble les alternatives!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.