poème sans nom

 

C'était hier.

Le ciel effondré

dans le gosier du silence.

Et le désert,

comme une chute dans l'oubli.

Et le réveil,

oh! le réveil,

glacial, sous le manteau de l'absence.

 

L'herbe, l'argile, l'eau

le feu sensible

s'estompaient.

La mère seule résistait.

 

La mère subissait ses plaies

mais résistait au brouillard,

de toute sa gorge fanée,

de tout son ventre fripé,

la mère résistait.

 

Afin que l'horizon étonné

eut le regard de ses enfants.

Que chacun de leurs mots

fut un acte vivant,

une graine semée,

une offrande à tout vent,

une promesse, une confiance

inépuisables.

 

De la naissance à l'honneur d'homme,

force majeure d'un autre monde,

fidèle, lucide, libertaire,

inlassable et transparent

en vérité.

Un autre monde.

 

La mère résistait,

afin qu'un épi fut sauf

entre l'enfance et l'arc en ciel.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.