Inde, faire du 8 mars une journée de lutte des femmes qui retentisse dans le monde

Jacques Chastaing - 2 mars 2021 - Le soulèvement paysan veut montrer en s'associant aux organisations féministes pour faire de la journée internationale de lutte des femmes du 8 mars une grande réussite, que son combat dépasse les stricts intérêts paysans et vise à la libération de toutes et tous.

Il est prévu ce jour là que le soulèvement paysan se mettra au service du combat des femmes en faisant que partout ce soient des femmes paysannes ou des femmes en général qui aient l'initiative de toutes les actions prévues. Pour cela, le blocage du périphérique ouest de Delhi le 6 mars, au 100 e jour du blocage de la ville où tout le monde s'habillera en noir avec des drapeaux noirs, sera entièrement organisée par les femmes, pour préparer la suite, aller sous leur direction vers le 8 mars et leur permettre de prendre toute leur place à la tête du mouvement. Cette orientation féministe associée à la mise en avant des Intouchables, contre les divisions en castes et religions est une démonstration de ce que veut ce soulèvement pour l’ensemble de population indienne complètement à l'opposé des préjugés que cultive Modi, des divisions de sexe, de castes, de religions sur lesquelles repose son pouvoir comme celui des riches et des capitalistes.

Par ailleurs, petit à petit le soulèvement paysan précise son agenda.

En plus des Mahapanchayats quotidiens étendus à 5 nouveaux Etats, à partir du 5 mars, le mouvement commencera à organiser parallèlement une campagne de manifestations, rassemblements, actions, meetings qui commencera dans le Karnataka, pour se poursuivre dans l'Andhra Pradesh, le Telangana et tout le pays.

En même temps, dans les 5 Etats où vont avoir lieu des élections régionales en mars et avril, Assam, Tamil Nadu, Kerala, Bengale Occidental et Pondichéry, le soulèvement a décidé d'appeler à punir le BJP (parti au pouvoir) en faisant une campagne d'appel à ne pas voter BJP, qui commencera par un grand meeting le 12 mars dans le Bengale Occidental.

Parallèlement, le soulèvement renforce la structuration de son embryon de pouvoir dans les zones où il a une influence. Ainsi dans l'Uttar Pradesh, il a été décidé de collecter de la nourriture auprès de toutes les familles pour organiser une campagne de "banquets" collectifs gratuits hebdomadaires dans tous les villages (65 000) ou de regroupements de villages (ils espèrent 20 000 "banquets" hebdomadaires) pour que les liens entre les habitants se renforcent encore et leur permettent d'être encore plus partie prenante à part entière du soulèvement.

Enfin, le soulèvement paysan prépare la journée commune avec les organisations syndicales ouvrières qui ont prévu un appel à la grève le 15 mars dans le public contre les privatisations et pour la défense du service public.

PHOTOS

Mahapanchayat à Jhunjhunu dans l'Etat du Rajasthan ; meeting symbolique de la combativité ouvrière, des ouvriers de l'usine automobile Marutti-Suzuki (le plus grand groupe automobile en Inde ) de Gurgaon-Manesar dans la banlieue de Dehli où les ouvriers avaient mené une longue lutte victorieuse en 2011-2012-2013 qui avait marqué tout le pays en associant dans la lutte ouvriers embauchés et précaires, en participant également aux comités de quartiers pauvres de Delhi permettant la victoire électorale dans la ville Etat de Delhi de l'AAP (sorte de Podemos indien) puis en créant leur propre syndicat indépendant (ce qui est interdit) associant ouvriers embauchés et précaires (ce qui est aussi interdit par la loi en Inde) et cela malgré l'arrestation de tous les membres du comité de grève dont 13 ont été condamnés à la prison à perpétuité, certains sont morts en prison, d'autres en sont sortis malades au bout de 6 ou 8 ans de prison ; grosse manifestation des anganwadi (employées des crèches et garderies rurales) en lutte dans tout le pays depuis des mois aux côtés des paysans et pour leurs propres revendications à Bengalore dans l'Etat du Karnataka ; manifestation des membres des tribus aborigènes de l'Etat du Telangana en soutien à la lutte paysanne et pour leurs revendications ;

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.