Diriger un cabinet présidentiel, c'est prévoir !

Décryptage de la gestion de la santé du Président Ali BONGO ONDIMBA par son cabinet avant, pendant et après l'AVC dont il a été récemment victime.

La maladie qui touche actuellement le Chef de l'Etat, Ali Bongo Ondimba, met au grand jour les carences de son cabinet dans la gestion de sa santé et dans la communication. Le commun des gabonais est unanime sur cet aspect: Le cabinet présidentiel et le gouvernement n'ont pas su communiquer ! Si le gouvernement peut bénéficier de certaines circonstances atténuantes car il n'avait pas toutes les informations, le cabinet présidentiel ne peut être excusé car il aurait dû prendre certaines dispositions au regard des évidences qui se présentaient. Le Chef de l'Etat est une institution, à ce titre sa santé ne lui appartient pas, il revient à son cabinet et notamment son médecin de veiller sur lui.

De toute évidence, il est établi que comme pour sa sécurité, la bonne santé physique et mentale du Chef de l'Etat doit être garantie par la mise à sa disposition d'un médecin personnel pour s'en assurer au quotidien. Et cela est plus qu’une priorité, c’est un impératif catégorique pour ses collaborateurs immédiats. Ce médecin personnel coordonne, avec les membres éminents du cabinet présidentiel, les déplacements du Chef de l'Etat. Il peut donc interdire ou annuler un déplacement s'il estime que c'est un risque pour la santé du Chef de l'Etat. Il semble donc que les mesures de prévention primaires de la santé du Chef de l'Etat n'ont été ni envisagées ni respectées encore même qu’il faille qu’elles aient été prises en compte.
Au demeurant pour de nombreux gabonais, ils ont appris que le Chef de l’Etat avait déjà fait plusieurs petits malaises, dont celui de l'aéroport de Libreville qui l'avait d'ailleurs obligé à annuler son voyage pour le Mali. Cet événement, s’il est établi qu’il est avéré, aurait dû alerter les éminents membres du cabinet du Chef de l'Etat. Mais là encore pas de réaction stricte et ferme de ces derniers devant ce qui apparaissait comme un signe d'alerte très sérieux !

D’autre part, depuis le 24 octobre et la maladie du Chef de l’Etat à Riyad officiellement à cause de son emploi du temps surchargé et de l’intense activité diplomatique de ces derniers mois, à en croire la première communication officielle du Porte Parole de la Présidence de la République, il semble que ses collaborateurs encore une fois de plus n’aient pas su aménager l’agenda du Chef de l’Etat. Si un Président de la République est surchargé, que font alors ses collaborateurs immédiats ?
Cela nous emmène à conclure qu’un Diabète de type 2 +Hypertension artérielle + Surpoids+Surmenage professionnel + Mauvaise observance thérapeutique donnent un Accident Vasculaire Cérébral ou un œdème cérébral dans 60% à coup sûr.

Les membres du cabinet, les plus proches du Président de la République, étaient certainement occupés à des choses plus importantes que la santé du Chef de l'Etat pour ne pas se rendre compte qu'elle périclitait !
De même, lors de la survenance de l'AVC et durant les jours qui ont suivi, le cabinet présidentiel n'a pas su communiquer. Cette mauvaise communication a eu pour effet d'accroitre l'anxiété au sein de la population. Des fakes news et montages grotesques ont été distillés à la fois par les activistes proches de l'opposition et certains "soldats" proches de certains membres du cabinet présidentiel, contribuant ainsi à semer la zizanie et à décrédibiliser même les différentes communications officielles.
Cependant , on a constaté la diffusion dans certains médias en ligne, proches du Palais, des articles à charge contre un ancien membre du cabinet présidentiel, Maixent Accrombessi pour ne pas le citer, actuellement Haut Représentant Personnel du Président de la République. Qu'est ce qui peut justifier un tel acharnement alors que ce dernier n'est plus aux affaires et que toute communication actuelle doit contribuer à rassurer les populations et les différents partenaires du Gabon? Sauf si les mêmes qui ont échoué à gouverner le cabinet civil et politique du Président de la République veulent masquer leur incurie et leur incapacité à livrer les résultats attendus par celui qui les a nommés. Il ne leur reste plus qu’à détourner l’attention des gabonais sur un ancien Directeur de Cabinet, de surcroît malade, pour justifier les malheurs dont serait victime le Chef de l'Etat. Quand on voit avec quelle légèreté le Porte-Parole de la Présidence va faire sa déclaration sur la santé de son patron à la sortie d'un bureau de vote, on se demande si on est vraiment sérieux ???? Quand on est pas capable de dire aux gabonais qu’elle est la maladie dont souffre leur président, qu’on ne s’étonne pas que ce soit La Lettre du Continent et Jeune Afrique qui fasse le job et, mieux, que ce soit le palais royal marocain qui prenne le relais. Si le Chef de l’Etat se retrouve malade aujourd’hui, la faute revient à son cabinet et lui seul qui n’a pas su gouverner donc prévoir la maladie encore moins la gérer au quotidien. Donc au lieu de faire du bruit et rouler les mécaniques en remettant un ancien DC en scène alors qu’on a l’argent et le pouvoir de faire c’est de la malhonnêteté intellectuelle pure et simple. Que ceux qui sont en place justifient et rendent des comptes de comment ils ont conduit Ali Bongo Ondimba aux portes de la mort et le GABON avec.

Manassé Mendome

Analyste Politique

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.