Brice LACCRUCHE ALIHANGA ou l'infantilisation au sommet de l'état...

Au fil des jours qui passent après que le Président de la République ait été foudroyé par l'AVC à Riyad, l'incompétence, mieux l'immaturité de Brice Laccruche Alihanga dans la gestion du Cabinet Présidentiel se dévoile progressivement.

De toutes les crises qui ont secouées le Gabon, notamment le décès du Président Léon Mba, la crise de 1990, le décès du Président Omar Bongo Ondimba en 2009, jamais un Directeur de Cabinet ni même un éminent membre du Cabinet Présidentiel n'a osé révéler les secrets d'État. Même pendant la crise post-électorale de 2016, les anciens membres du PDG aujourd'hui éminents membres de l'opposition se sont abstenus de révéler  certains secrets d'État qui auraient pourtant permis de redorer leur image vis à vis de la population.

Mais avec l'arrivée de Brice Laccruche Alihanga à la tête du Cabinet Présidentiel, les murs du palais Rénovation sont curieusement devenus poreux. La raison d'État n'existe plus, les secrets du palais sont dévoilés lorsque lui et son gang de pilleurs sont dos au mur.

Brice Laccruche Alihanga et son gang font actuellement la politique de la terre brûlée. Comme ils n'ont pas accès au Chef de l'Etat et qu'ils sont dans le viseur de l'opération de lutte contre la corruption Mamba, ils se sont lancés, à travers les agences de communication créées par Ike Ngouoni, dans des opérations de communication au cours desquelles ils livrent les secrets d'État. Même la sécurité rapprochée du Président de la République n'est pas épargnée. De mémoire d'analyste politique, je n'ai pas encore lu des articles de presse dans lesquels la sécurité rapprochée d'un président français ou américain est exposée et livrée à la vindincte populaire.
Dans quel pays peut-on révéler l'identité d’un aide de camp d’un Président de la République ou du responsable de sa sécurité ? Qu'est ce qui explique le fait que les conflits entre certains individus, conflits relatifs à la protection du Chef de l'Etat à la suite de sa maladie, soient fortement relayés dans la presse alors que ces mêmes individus, en charge de la communication présidentielle, peinaient à dire à l’opinion qu’elle est la réelle maladie dont souffre le Président de la République ?

Ainsi, le monde entier sait désormais qui sont les colonels Amvame et Emvahou, de même que Park, alors que, de par et pour leurs fonctions, ils sont astreints à la discrétion la plus absolue. Brice Laccruche Alihanga et son gang n'ont pas hésité à les exposer car ils compromettaient certainement un plan funeste ourdi contre le Chef de l'Etat.

Il en est de même pour Chef des services de renseignement, Frédéric Bongo, qui a été littéralement voué aux gémonies par le gang des pilleurs.

Depuis quand un patron des services de renseignements est autant attaqué dans la presse surtout par un mercenaire de la plume comme Jonas Moulenda dont on sait qui le paie? Et quand ces derniers n’envoient plus le grisbi, il les effraie par un de ces articles dont il est coutumier et aussitôt ils réagissent en versant a ce dernier prés de 30 mille euros soit 20 millions de francs cfa juste pour éviter qu’il n’exposat

img-20190110-wa0007
leurs détournements massifs
Ceux qui ont actuellement le privilège d'être au cabinet du Président de la République démontrent chaque jour qu'ils ne savent pas garder de secret. Aujourd'hui, le monde entier connaît désormais l'identité des aides camp du Président de la République, du Chef des services de renseignements car ils n'ont fait que leurs devoirs qui ont malheureusement contrecarré les desseins inavoués du gang des pilleurs.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.