BLA ou la conjuration des faibles... Acte 1

Depuis son arrivée à la tête du Cabinet du Chef de l'Etat, Brice Laccruche Alihanga opère une véritable purge au sommet de l'Etat. A chaque conseil des ministres, des proches et fidèles alliés du Chef de l'Etat qui ne partagent pas la vision du DCPR sont purement et simplement éloignés du Palais Rénovation.

 

 

 

 

img-20190419-150229-981

Le nouveau Roi du Gabon puisque c’est désormais ainsi qu’il faut appeler, son alutesse royale BLA 1er du nom, n’a pas fini de gravir les marches d’escaliers vers le trône de fer.
Il ne se passe plus un jour sans que ses victimes ne s’ajoutent au nombre déjà élogieux des jeunes retraités de la République. Il vire sans ménagement tous ceux qui ne lui prêtent pas allégeance.


Après Steed Rey, Mr Park, Frédéric Bongo, Arsene Emvahou, Maixent Accrombessi, Liban Soleman, Guy Rossantanga Rignault, Martin Boguikouma, Etienne Massard, Ali Akbar Onanga, Pacome Moubelet, Christian Magnagna et bien d’autres.... A qui le tour ?


BLA, de son vrai nom, Brice Jean Joseph Laurent Fargeon, citoyen français et Brice Laurent Laccruche Alihanga, citoyen gabonais un enfant né et qui a vécu une enfance difficile à Marseille,  suivie par une assistance sociale et qui n'arrivait à manger quotidiennement que grâce aux Restos du Coeur .
BLA, aujourd'hui, s'autoproclame dernier prince au Ndjobi dans le fief altogovéen et fait organiser avec toute la cohorte de serviteurs le week-end du 6-7 avril dernier une veillée à son honneur. Tous les artifices ont été réunis pour accueillir le nouveau seigneur du rite et des lieux.

Au regard du nombre sans cesse croissant des cadres de la République et proches du Chef de l'Etat qu’il envoie au placard avant l’âge de la retraite, on se demande jusqu’où ira-t-il ? Quelle sera sa limite tant l’homme montre de plus en plus de l’appétit pour le pouvoir suprême?

En virant Mr PARK Sangchul, au service du Président depuis 1984, admis à faire valoir ses droits à la retraite pendant que Michel Essongue, Antoine Mboumbou Miyakou, Marcel Doupambi Matoka  rejoints par André Dieudonné Berre,  ôrnent encore le carreau, il faudra expliquer aux académiciens le sens de la retraite dans cet univers. Mr Park, du haut de ses 62 ans, est-il plus vieux que ces derniers cités ?
La dernière victime en date est Maixent Accrombessi, ami intime et fidèle de longue date du président, dont la haine et le niveau d’aigreur nous a été fort heureusement rapporté par la Lettre du Continent.
On y apprend qu’un plan savamment ourdi contre ce dernier est en cours d’élaboration. Ce plan est organisé par le tout puissant BLA et son entourage. Ainsi, de l’humiliation publique à la spoliation de ses biens et même son arrestation physique via la justice gabonaise et ensuite  Interpol, BLA veut en finir avec Maixent Accombressi à tout prix.

Qu’est ce qui peut bien justifier autant d’acharnement vis à vis des anciens collaborateurs du même patron? Quelques questions se posent à nous. Est ce à cause de Me Park et Maixent Accrombessi que le président a été atteint d’une fatigue sévère ou AVC? Sont-ils à l’origine de ses ennuis de santé ? Que leur reproche-t-on? Depuis plus de dix voire vingt ans qu’ils sont au service d'Ali Bongo pour sa sécurité, d’autres pour ses affaires personnelles comme ceux qui l’accompagnent dans l’exercice du pouvoir, ce dernier n'a jamais eu d'ennuis quelconques. Mais depuis l'arrivée de BLA, Ali Bongo n’a jamais été aussi mal entouré et exposé à tout et rien au point d’être atteint de fatigue légère ou d’empoisonnement selon certaines indiscrétions. Depuis que le terminator blanc règne au palais, le Chef de l’Etat a tous les problèmes du monde, de sa santé à la gestion du pays. L’accélération du développement va plutôt dans le sens de l’enrichissement des ajeviens, de la mise à l’écart des autres soutiens du Chef de l'Etat et l’appauvrissement des gabonais.

Cette propensions à virer tous ceux que l’on a trouvé autour du Président de la République cacherait plutôt un sorte de complexe d’infériorité, mieux des faiblesses que l’homme a du mal à cacher. Il lui faut donc virer tout ceux qu’il a trouvé mais pour mettre quoi ou qui à  la place?

Bientôt les chefs de corps et les services de sécurité passeront aussi à la trappe du terminator des tropiques.


Bon vent à lui.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.