manavella.michel
Retraité
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 avr. 2020

Chroniques des évidences N°1 L’homo œconomicus

la Finance, gouverne l’économie, et prend en otage les Etats et institutions dont la raison d'être était de gérer les ressources et biens au profit des individus

manavella.michel
Retraité
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il est difficile d’imaginer une société sans Gouvernance ni Institutions ; pourtant si l’on essaie de comprendre d’où nous vient cette certitude, on se rend vite compte que ces instances incontournables reposent sur des images que tout le monde peut croire légitimes.

Ces images qui constituent le soubassement de toutes les cultures sont la Croyance, parce qu’elle offre aux individus une vérité transcendante, la Politique censée offrir à chacun une place adaptée dans la communauté, et l’Economie qui doit gérer les ressources naturelles dont les hommes ont besoin pour vivre.

Selon les âges et les cultures, ces trois systèmes d’images se sont déclinés différemment, car les hommes ont un besoin essentiel de participer à une commune vérité, mais aucun des discours n’a pu offrir une Vérité universellement reconnue ; et au sein d’une même culture, ces trois sources de vérité ainsi que les lois ou comportements qui en découlent ne sont que rarement en cohérence. Il suffit de penser que depuis l’origine de notre civilisation les individus n’ont que peu bénéficié dans leur vie quotidienne des droits, libertés ou valeurs que les philosophes ou dogmes leur accordaient, que le pouvoir et les richesses ont toujours été entre les mains de quelques-uns, bourgeoisie d’affaire ou d’argent, oligarchies, princes, grandes familles ou sociétés anonymes… et que la place accordée au « communs des mortels » a toujours été définie par les intérêts de castes dominantes, quelles qu’elles soient, et à quelque niveau de pouvoir qu’elles se situent.

Un citoyen à l’écoute des informations trouvera ce constat pertinent, et les paroles médiatisées sont acceptées comme exactes parce qu’elles expriment à l’évidence, des vérités non prouvées certes, mais acceptables puisqu’énoncées par des professionnels. Leur sens est immédiatement compréhensible parce qu’elles sont référées spontanément à des connaissances non formulées, quotidiennement mises en chroniques que les sociologues appellent des fantasmes sociaux.

Par exemple, on peut vraiment croire que la croissance économique est nécessaire, puisque ces paroles sont répétées quotidiennement comme à un dogme légitimé par nos institutions ; et ce fantasme fait de nous tous en vérité des homo œconomicus.

Avant l’ère industrielle, la Noblesse, propriétaire des terres et parfois des hommes eux-mêmes imposait le travail productif, l’impôt et les services, l’enrôlement dans les armées et les guerres. Le Clergé assurait la cohésion communautaire en régnant despotiquement sur les mœurs, sous peine de sanctions parfois terribles. Ce modèle social a partiellement disparu à la révolution de 1789, mais au XXIème siècle, la valeur intrinsèque d’un individu, enfant ou adulte dépend toujours de sa force productive, et socialement il n’a toujours pas d’autre importance que d’être la matière d’œuvre nécessaire au développement des richesses. L’emploi est au centre des préoccupations de tout le monde, mais le travail n’est pas apprécié comme un échange de compétences nécessaires à la communauté ; ce qui compte c’est sa valeur comptable qui permet de maintenir l’économie du pays, et si un individu est privé de sa possibilité ou de son droit au travail, sa valeur devient nulle aux yeux de ceux qui lui accordent une place dans le système social.

Le droit de pouvoir travailler en contrepartie d’une richesse monétarisée lie le salarié de façon aussi organique que les chaînes de l’esclave, et cet assujettissement est même réclamé comme un dû par ceux qui ne peuvent pas concevoir de vivre ensemble autrement que grâce à leur pouvoir d’achat. Le salaire d’un individu n’est d’ailleurs sa propriété que comme une partie indissociable du fonctionnement global de l’économie, un placement temporaire qui doit rentrer dans la nécessaire circulation de l’argent ; et sa valeur n’est comptabilisable que s’il est dépensé, sujet à crédit, ou à intérêt.

L’idéologie marxiste voit dans ce mouvement perpétuel de l’argent la base de l’aliénation de l’Homme, mais la société ainsi décrite est selon les sociologues un « système complexe », c’est-à-dire un ensemble d’entités identifiables interactives dont on ne peut ni contrôler ni maîtriser le fonctionnement. Un tel système possède en lui-même toutes les énergies qui le font fonctionner, dont le principe d’homéostasie force d’inertie impersonnelle qui fait qu’une structure se maintienne en l’état par son fonctionnement lui-même.

Ce concept abstrait s’applique parfaitement au système économique mondial dont le credo repose sur la nécessaire croyance en ce progrès continu ; et aux mots déjà cités en italique, on peut rajouter les termes incontournables connus de tous : croissance, valeur, mondialisation, finance, dette, pouvoir d’achat…, symboles porteurs de vérité comme les Tables de la Loi.

Rituellement répétés par les rituels médiatiques ils fondent la sémantique reconnue, sinon comprise, de notre monde.

La croissance garantit la valeur de l’argent, symbole ultime de la bonne santé du monde, et la valeur de l’argent est garanti par la quantité virtuelle des richesses à venir. Cette certitude se maintient grâce à la confiance, qui accompagne au quotidien le mouvement des Bourses financières. La confiance, quotidiennement réévaluée est le mercure qui monte ou descend en fonction des aléas touchant l’équilibre du système, et toutes les structures qui tiennent l’économie mondiale en sont dépendantes.

Les institutions supra nationales sont elles-mêmes totalement prisonnières de cette seule réalité politique qui a pris le monde entier en otage depuis qu’au-dessus de l’économie, dont l’objectif était de gérer les ressources naturelles et les biens produits au profit des hommes, la finance est devenue la caution de la santé du système.

La finance a imposé ses propres règles, certifiées par le discours de l’économie qui n’est pas toujours vraiment en adéquation avec les ressources réelles du monde. Son unique objectif est de ne jamais être mise en doute, car une crise de l’une de ses composantes, surendettement ou faillite d’un État aurait un effet domino sur l’ensemble du monde, l’économie reposant sur la valeur comptabilisée des biens reconnus pour chacune de ses composantes, entreprise, État ou Banque.

Cette foi nécessaire en une croissance continue impose une estimation potentielle crédible pour maintenir la confiance ; mais la richesse réelle est inférieure de façon abyssale à celle artificiellement estimée. Les mécanismes de régulation proposés pour éviter une faillite en chaîne, plans de relance ou restructuration de la dette, reposent sur des artifices réalisables au détriment de la population qui doit produire des richesses pour maintenir le marché, et de plus détruisent la planète de façon irréversible.

Dans la situation de crise mondiale due à l’épidémie de Covid-19 actuelle, les États sont contraints de faire marcher la planche à billets de façon totalement déconnectée de leur valeur réelle pour éviter le crash, et ne pas faire imploser le système financier. Reposant sur un espoir de reprise économique dont personne ne peut avoir la moindre idée, cette fabrication de liquidités ne fait même plus semblant de reposer sur une réelle production.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
La véritable histoire d’Omar Elkhouli, tué par la police à la frontière italienne
Cet Égyptien est mort mi-juin pendant une course-poursuite entre la police aux frontières et la camionnette où il se trouvait avec d’autres sans-papiers. Présenté comme un « migrant », il vivait en fait en France depuis 13 ans, et s’était rendu en Italie pour tenter d’obtenir une carte de séjour.
par Nejma Brahim
Journal — Éducation
Au Burundi, un proviseur français accusé de harcèlement reste en poste
Accusé de harcèlement, de sexisme et de recours à la prostitution, le proviseur de l’école française de Bujumbura est toujours en poste, malgré de nombreuses alertes à l’ambassade de France et au ministère des affaires étrangères.
par Justine Brabant
Journal — Europe
L’Ukraine profite de la guerre pour accélérer les réformes ultralibérales
Quatre mois après le début de l’invasion, l’économie ukrainienne est en ruine. Ce qui n’empêche pas le gouvernement de procéder à une destruction méthodique du code du travail.
par Laurent Geslin
Journal — International
Plusieurs morts lors d’une fusillade à Copenhague
Un grand centre commercial de la capitale danoise a été la cible d’une attaque au fusil, faisant des morts et des blessés, selon la police. Un jeune homme de 22 ans a été arrêté. Ses motivations ne sont pas encore connues.
par Agence France-Presse et La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Face aux risques, une histoire qui n'en finit pas ?
[Rediffusion] Les aliments se classent de plus en plus en termes binaires, les bons étant forcément bio, les autres appelés à montrer leur vraie composition. Ainsi est-on parvenu en quelques décennies à être les procureurs d’une nourriture industrielle qui prend sa racine dans la crise climatique actuelle.
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Grippe aviaire : les petits éleveurs contre l’État et les industriels
La grippe aviaire vient de provoquer une hécatombe chez les volailles et un désespoir terrible chez les petits éleveurs. Les exigences drastiques de l’État envers l’élevage de plein air sont injustifiées selon les éleveurs, qui accusent les industriels du secteur de chercher, avec la complicité des pouvoirs publics, à couler leurs fermes. Visite sur les terres menacées.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel
Billet de blog
Faux aliments : en finir avec la fraude alimentaire
Nous mangeons toutes et tous du faux pour de vrai. En France, la fraude alimentaire est un tabou. Il y a de faux aliments comme il y a de fausses clopes. Ces faux aliments, issus de petits trafics ou de la grande criminalité organisée, pénètrent nos commerces, nos placards, nos estomacs dans l’opacité la plus totale.
par foodwatch