Manon Boltansky
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 sept. 2020

La réaction en marche exige une «tenue républicaine»

On a beau répéter que la parole réactionnaire se décomplexe, les polémiques racistes, islamophobes et sexistes qui se multiplient n’en sont pas moins insupportables et violentes pour les concernées. Ces sorties sont en outre de plus en plus assumées, non seulement à droite mais aussi dans une large partie de la gauche.

Manon Boltansky
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le gouvernement Macron est le pourvoyeur revendiqué de ce genre de débats nauséabonds avec son projet de « loi sur le séparatisme » ou sa reprise du terme « ensauvagement », tandis que les médias se font une joie d’y ajouter les commentaires de leurs éditorialistes les plus réactionnaires. 

Trop couverte ?

Les deux dernières victimes de ces attaques racistes ont été, une fois de plus, des femmes musulmanes. Sous prétexte qu’elle portait le voile, Imane Boun, une jeune femme présentant son compte de recettes en ligne pour étudiants fauchés s’est fait traiter de terroriste par une députée LREM… Quelques jours plus tard, Maryam Pougetoux, vice-présidente de l’UNEF, était invitée à l’assemblée nationale pour intervenir lors d’une commission d’enquête sur la situation sanitaire dans les universités. Christine Lang, députée LREM a quitté la salle non sans insulter la jeune femme à cause de son hijab et en étant suivie par plusieurs autres députés, avant de recevoir le soutien de divers « responsables » politiques. 

Ou pas assez ?

Les islamophobes ont pris depuis longtemps l’habitude de justifier leurs attaques contre les femmes racisées au nom d’un prétendu « féminisme universaliste ». Mais le plus gonflé, cette fois, c’est que toutes ces agressions sont menées/soutenues par un gouvernement qui, dans le même temps, lorsqu’il est interrogé sur la question des jeunes filles et femmes exclues des écoles pour avoir porté des « robes trop courtes » ou des « décolletés trop grands », répond qu’il est important de s’habiller « normalement » lorsque l’on va à l’école. La normalité se situant, au bon vouloir de chacun, dans la zone de « bon sens » entre la pute et la sainte… Une zone volontairement floue sur laquelle semble pourtant s’accorder la droite et l’extrême droite. Comble du ridicule : la sortie de Blanquer autour de la « tenue républicaine » exigée…

Le « crop top » de la discorde

Ce scandale est une illustration de plus de ce que l’on appelle « la culture du viol ». Toutes ces restrictions se font au nom de la « sécurité » et de la responsabilité. Car ce que le bon sens et le ministère expliquent à ces jeunes filles c’est que, si elles se font agresser, c’est à cause de leur tenue et non à cause de leur agresseur et de l’impunité, y compris dans le système scolaire. On rend les victimes responsables de leur oppression : il faut briser cette logique et imposer un autre discours dans l’espace public et dans nos établissements scolaires. 

Notons, enfin, que les remarques sur les « crop tops » s’accompagnent, dans l’éducation nationale, des interdictions de jupes trop longues, de bandeaux trop couvrants et de hauts trop larges… Au nom d’une islamophobie d’État caché derrière une définition fantasmée de la laïcité !

C’est aux femmes de décider !

De nombreuses femmes et trop peu d’associations et d’organisations politiques se sont solidarisées des scandaleuses attaques contre Imane Boun et Maryam Pougetoux (toutes deux âgées de 21 ans), agressées par des éluEs de cette fameuse république. Auprès des jeunes générations cependant, cette solidarité s’est élevée plus rapidement et la colère s’est diffusée plus largement. Autour d’initiatives comme celles du #14Septembre par exemple –journée où les filles étaient appelées à venir habillées comme elle le souhaitaient à l’école –, des tentatives d’actions collectives se sont parfois organisées en ligne ou localement. C’est un début essentiel, car il nous rappelle que seule notre force collective permettra de faire reculer le sexisme de ce capitalisme patriarcal et raciste. Utilisons cette colère ! Faisons-la descendre dans les rues, crions-la, partageons-la, collons-la sur les murs… Mais surtout imposons ensemble partout cette idée simple que : « Trop habillées ou pas assez, c’est aux femmes de décider ! »

lien vers l'article original : https://lanticapitaliste.org/actualite/feminisme/la-reaction-en-marche-exige-une-tenue-republicaine

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal
L’affaire des « biens mal acquis »
Les Bongo au Gabon, les Sassou Nguesso au Congo-Brazzaville, les Obiang en Guinée équatoriale... Depuis 2007, la police et la justice enquêtent sur le patrimoine faramineux en France des familles de trois clans présidentiels africains qui règnent sans partage sur leur pays.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin

La sélection du Club

Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr