juste_de_passage
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 nov. 2020

juste_de_passage
Abonné·e de Mediapart

Les droits humains ne sont pas les droits de l’homme

juste_de_passage
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En français, la Révolution de 1789 parle de « Droits de l’Homme et du Citoyen » tout en guillotinant Olympe de Gouges, de sorte que depuis, aux yeux de certains féministes, « de l’Homme » semble exclure par définition les femmes. L’expression « Droits de l’Homme » se retrouve en anglais dans le titre de Thomas Paine (1791), The Rights of Man, qui dès l’année suivante donne naissance à “Rights of Woman” dans A Vindication of the Rights of Woman (1792), de Mary Wollstonecraft, qui dénonce la pro­po­sition faite par Talleyrand à l’Assemblée constituante française de priver les femmes de citoyenneté. Selon certains historiens anglais, l’expression “Human Rights” n’est pas de beaucoup antérieure à l’ouvrage de Paine, mais celui-ci ne l’emploie pas, et wikipedia.en cite William Lloyd Garrison appelant déjà ses lecteurs, en 1831, à s’engager dans “the great cause of human rights” (formule qu’on retrouve dans la péroraison du Discours sur l’état de l’Union de Franklin D. Roosevelt le 6 janvier 1941 : Freedom means the supremacy of human rights everywhere”).

L’anglais human (attesté ca1450 sous la forme humain) est emprunté au français humain, du latin humanus, alors que l’anglais man intègre au moins un sème du latin vir (anglais manhood, ‘virilité’ ; to act manly, ‘agir comme un homme’, comme p. ex. dans “Every real man wants to know how to act manly”). L’origine de man est le proto-germanique manwaz ‘personne’ (sous-entendu ‘humaine’), d’où mankind, ‘humanité’. Le para­doxe de toute cette histoire de mots est que tandis que le terme ancien man est germanique, le terme moderne human est roman, ce qui devrait rapprocher l’expression human rights du français ; or la base romane de ce « Droits humains » qui entre en français comme un anglicisme l’éloigne au contraire du sens de l’expression « Droits de l’homme », ce qui ne laisse pas d’intriguer.

L’expression « Droits humains » n'est que le calque franglais de l’expression anglaise que l’on trouve employée en 1948 dans le titre de la Universal Declaration of Human Rights.

Selon les étymologistes, le passage de Rights of Man à Human Rights aurait eu lieu en anglais (voire en anglais étatsunien) dans le cours des XVIIIe et XIXe siècles, et nous en recueillerons le résultat à une période récente – c.-à-d. après les Conférences de La Haye et de Genève qui précé­dèrent la Première Guerre mondiale et dont les conclusions sont rédigées en français – une fois que l’anglais l’aura emporté sur le français comme langue diplomatique internationale.

Les tenants des « droits humains », ignorant tout ou presque de la grammaire française, confondent adjectif et complément de nom en <N de N> en français. La « maire parisienne » n’est pas synonyme de la « Maire de Paris » dans la mesure où il en existe plusieurs de la première sorte (les femmes qui sont maires à Paris au moment où j’écris ces lignes, Florence Berthout, Rachida Dati, Jeanne d’Hauteserre, Delphine Bürkli, Alexandra Cordebard, Catherine Baratti-Elbaz, Carine Petit, Danièle Giazzi et Frédérique Calandra) et une seule de la seconde (Anne Hidalgo). Ceci en synchronie. Si je dis « Le roi marocain », j’oppose en diachronie Mohammed VI, seul Roi du Maroc (sous-entendu « en exercice ») valable, à Mohammed V et Hassan II, ses deux prédécesseurs sur le trône (après vingt autres souverains alaouites). Ceci en diachronie. Comparons aussi une communauté religieuse avec une communauté de religion : l’adjectif définit un groupe de personnes (moines ou nonnes) vivant ensemble plus ou moins à l’écart du monde tandis que le complément de nom désigne une société de laïcs parmi lesquels des non-pratiquants, voire des agnostiques : le sens des deux constructions est antinomique. En résumé, l’adjectif est générique, il désigne tous les membres d’une classe, alors que le complément de nom est exclusif et inscrit le sujet dans des conditions spécifiques de temps ou de lieu.

Les droits humains sont donc des droits individuels (“A right which is believed to belong to every person”, dit l’Oxford Dictionary, avec pour exemple “a flagrant disregard for basic human rights”, je souligne basic), indifférenciés, universels et éternels, remontant par approches succes­sives jusqu’au Code d’Hammourabi (d’où des énoncés tels que : « Les droits humains étaient relativement limités dans la Grèce antique, notamment en ce qui concerne les femmes, les esclaves et les étrangers »). Les Droits de l’Homme sont au contraire spécifiques, collectifs et poli­tiques, propres aux démocraties parlementaires modernes, inscrits dans les Constitutions des États sous forme d’articles de la loi fonda­mentale garantissant nationalité, liberté, égalité, fraternité, exercice du vote, santé, travail, logement, éducation, protection de l’enfance et parité (pour s’en tenir à l’essentiel).

Il n’est donc pas certain que nous ayons intérêt à troquer nos bons vieux Droits de l’Homme contre des Droits humains « made in USA ».

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Ce slogan, c’est un projet politique »
Alors que des milliers de personnes bravent la répression et manifestent en Iran depuis une semaine, le régime des mollahs est-il menacé ? Nous analysons ce soulèvement exceptionnel impulsé par des femmes et qui transcende les classes sociales avec nos invité·es. 
par À l’air libre
Journal — Social
Mobilisation pour les salaires : pas de déferlante mais « un premier avertissement »
À l’appel de trois organisations syndicales, plusieurs manifestations ont été organisées jeudi, dans tout le pays, pour réclamer une hausse des salaires, des pensions de retraite et des minima sociaux, avec des airs de tour de chauffe avant une possible mobilisation contre la réforme des retraites.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Santé
La hausse du budget de la Sécu laisse un arrière-goût d’austérité aux hôpitaux et Ehpad publics
Pour 2023, le gouvernement propose un budget en très forte augmentation pour l’assurance-maladie. Mais les hôpitaux publics et les Ehpad ont fait leurs comptes. Et ils ont de quoi s’inquiéter, vu la hausse du point d’indice, la revalorisation des carrières et l’inflation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Au Royaume-Uni, la livre sterling tombe en ruine
En campagne, la première ministre Liz Truss avait promis le retour aux heures glorieuses du thatchérisme. Trois semaines après son accession au pouvoir, la livre s’effondre et la Banque d’Angleterre est obligée d’intervenir. Premier volet de notre série sur le chaos monétaire mondial.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org
Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85
Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel
Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES