Alerte à la catastrophe ! Que faire contre la destruction délibérée de l’unité de l’homme et de la nature ?

Alerte à la catastrophe ! Que faire contre la destruction délibérée de l’unité de l’homme et de la nature ?

 Je viens de lire ce livre qu'il faut absolument avoir lu si on est soucieux de l'avenir de l'humanité, Ce livre ne laisse aucun doute : l’humanité ne doit pas confier la question environnementale au système social dominant. Le livre se positionne et prévient : nous sommes en transition vers une catastrophe environnementale mondiale. L'environnement ne peut être sauvé qu’en luttant contre le système capitaliste qui met le profit au cœur de la société humaine. Le mouvement écologiste a des mérites mais aussi des faiblesses et des limites – ce mouvement doit devenir une force pour changer la société.

 Cette analyse, à l'initiative de marxistes-léninistes allemands, est parue en Allemagne l’année dernière et vient de sortir en langue française. Vous êtes cordialement invités à la réunion de présentation du livre, par les marxistes-léninistes d'Allemagne, qui sera organiséele samedi 2 mai, à 14 H 30,à l’ACTIT, 54 rue d’Hauteville   75010 Paris, Métros : Gare du nord ou Poissonnière ou Château d’Eau .

 Je vous en livre la préface :

« La question environnementale a sans aucun doute atteint la conscience publique.Au niveau mondial s’accroît la préoccupation sur l’état de l’environnement naturel. Aucun politicien, professionnel des médias, entrepreneur ou syndicaliste qui veut être pris au sérieux ne peut plus se permettre d’ignorer cette question. Aujourd’hui, trop de catastrophes écologiques survenant à l’échelle locale ou régionale tourmentent l’humanité.

Dans l’opinion publique, on a créé l’impression que la question écologique est entre de bonnes mains chez les dirigeants et leurs gouvernements. Mais en réalité, depuis l’apparition de la crise environnementale au début des années 1970, ils n’ont ni la capacité ni la volonté d’agir de façon efficace contre cette crise. Au lieu de cela, l’humanité est entraînée sans retenue – voire de façon accélérée – vers une catastrophe écologique mondiale. Celle-ci possède le potentiel d’anéantir les fondements de toute existence humaine. La responsabilité de cette évolution incombe en premier lieu aux super-monopoles internationaux qui dominent aujourd’hui la totalité de la production mondiale, le commerce international ainsi que la politique, l’économie et la science dans tous les pays.

Une nouvelle conscience écologique est née. Mais son niveau est loin d’être suffisant pour comprendre dans toutes ses conséquences le risque pour l’existence de l’humanité. Dans l’opinion publique, quelques facteurs isolés de la crise environnementale sont unilatéralement mis en évidence – par exemple la menace de la catastrophe climatique.

En même temps on refoule ou banalise d’autres problèmes non moins dramatiques – tels que l’agrandissement du trou d’ozone et la destruction des écosystèmes des océans ou des forêts. Ce sont surtout les corrélations et les interactions qui sont largement ignorées.

Mais est-il vraiment envisageable que seuls des arguments convaincants puissent inciter les responsables de l’économie de profit capitaliste à arrêter cette évolution ? Est-il envisageable que les monopoles internationaux dirigeants renoncent tout à coup à leur domination sans partage ou à leurs bénéfices exorbitants, au seul motif de sauver l’environnement ?

Cela n’arrivera pas ! En pleine connaissance des risques mortels, ils mènent la Terre vers la catastrophe écologique ! Aujourd’hui les conditions de la concurrence capitaliste exigent de la part des monopoles internationaux, sous peine de leur ruine, qu’ils poussent à l’extrême la surexploitation de l’homme et de la nature.

La question dite environnementale est devenue depuis longtemps une question hautement politique. Quelle est la raison d’être d'un ordre social dont toute l’existence repose sur une base menaçant l’homme et la nature ?

Au lieu d’entreprendre quelque chose de sérieux contre cette menace, les milieux dominants ont établi tout un système d’écologisme impérialiste et petit-bourgeois pour manipuler l’humanité toute entière. Avec des apaisements, des mensonges, des dissimulations et des pseudo-solutions, ils s’efforcent de prévenir ou de démoraliser la résistance active des masses.

Ce livre ne laisse aucun doute : l’humanité ne doit pas confier la question environnementale au système social dominant. Sinon elle périra dans la barbarie capitaliste !

Sur la base d’une multitude d’enquêtes concrètes, le livre arrive à la conclusion que l’humanité se trouve à présent en pleine transition progressive vers une catastrophe écologique mondiale. Aujourd’hui, la solution à la question environnementale exige une lutte visant à transformer la société. Seule une révolution socialiste internationale peut résoudre la question sociale et écologique. C’est seulement dans une société socialiste délivrée de l’exploitation de l’homme par l’homme que l’être humain et la nature formeront une unité fructueuse. Ce ne sera que dans une société communiste sans classes que « l’humanisation de la nature » et la « naturalisation de l’homme » arriveront à leur achèvement relatif, comme le formula Karl Marx.

Afin d’atteindre ce grand objectif, ce sont à la fois le mouvement écologiste et le mouvement ouvrier qui doivent se transformer. De même, les révolutionnaires à travers le monde doivent changer, c’est à eux d’enrichir leur stratégie et leur tactique politiques et de les développer à un niveau supérieur en fonction des nouveaux faits.

Or, cela ne va pas sans de sérieuses discussions, sans évaluations critiques et autocritiques et sans progrès des connaissances en la matière. Le présent ouvrage se doit d'y apporter une aide, une contribution au débat. Il constitue explicitement une polémique qui s’insinue dans le débat sur la stratégie pour la question environnementale et qui prend résolument position. Un livre qui doit désillusionner, mais surtout mobiliser et dessiner de façon créatrice la vision d’une société future où la question écologique pourra être vraiment résolue.

Le livre défend une grande rigueur scientifique. Il s’appuie sur des recherches approfondies et sur des faits de la science bourgeoise afin d'en extraire de façon critique les conclusions essentielles et de révéler les rapports dialectiques qui existent au sein de l’interaction universelle entre l’homme et la nature.

La méthode dialectico-matérialiste et la théorie de l’unité fondamentale de l’homme et de la nature, développées par Karl Marx et Friedrich Engels voici déjà 170 ans, sont la ligne directrice de ce livre. Avec l’apparition du réformisme dans le mouvement ouvrier à la fin du 19e siècle, ces fondements ont été rejetés, méprisés, voire même systématiquement passés sous silence, ce qui continue de produire des effets négatifs sur les mouvements ouvrier et populaire jusqu’à ce jour.

En plus de l’appréciation à leur juste valeur des connaissances remarquables acquises par Marx et Engels sur la dialectique de l’homme et de la nature, la mise au débat critique de l’anticommunisme moderne dans la question environnementale caractérise la qualité de cet ouvrage. De même, les formes les plus diverses de résignation, minimisation, simplification ou de panique rencontrées au sein du mouvement écologiste sont critiquées sur le plan idéologique.

Le collectif rédactionnel remercie les plus de 100 collaboratrices et collaborateurs qui ont contribué avec compétence à ce livre. En font partie Klaus Arnecke, architecte ; Dr méd. Günther Bittel, spécialiste en anesthésiologie et médecine générale ; Herbert Buchta, biologiste diplômé et vétérinaire praticien ; Werner Engelhardt, politologue; Adelheid Erbslöh, biologiste diplômée ; Oskar Finkbohner, collaborateur dans la Société pour l’encouragement des Études Scientifiques sur le Mouvement Ouvrier (GSA) ; Monika Gärtner-Engel, pédagogue diplômée ; Rainer Jäger, lecteur ; Prof. Dr Christian Jooss, physicien ; Dr Hans-Ulrich Jüttner, physicien ; Christoph Klug, psychologue diplômé et journaliste scientifique ; Prof. Dr Josef Lutz, physicien ; Dr méd. Willi Mast, spécialiste en médecine générale ; Roland Meister, avocat ; Dr méd. Dieter Stein, spécialiste en médecine générale ; Peter Weispfenning, avocat ; Gerd Zitzner, ingénieur agronome diplômé.

Enfin, ce livre est le résultat de la discussion critique et autocritique et de la coopération avec des militants du mouvement écologiste et des révolutionnaires venant de toute la planète.

Le titre de l’édition sous forme de livre – « Alerte à la catastrophe ! Que faire contre la destruction délibérée de l’unité de l’homme et de la nature ? » – doit faire prendre conscience de la gravité des problèmes ainsi que de l’urgence de leur solution.

Avec ce livre, ce n’est pas la première fois que le Parti marxiste-léniniste d’Allemagne se penche sur la question environnementale. Il poursuit la série Revolutionärer Weg [Voie révolutionnaire] qui, depuis déjà 1984, s’occupe fondamentalement et systématiquement de la crise écologique du point de vue du marxisme-léninisme. Cependant, il hisse les connaissances à un nouvel échelon suite aux développements intervenus entre-temps. Ce livre doit avant tout aider à ce que la question écologique reconquière une place à part entière dans le mouvement ouvrier et révolutionnaire international. 

Stefan Engel, mars 2014 »

Le livre est disponible à Paris à la librairie "Le point du jour", 58 rue Gay Lussac, Paris 75005. Mail: librairie-lpj@wanadoo.fr

ou commander par internet à : www.la-boutique-militante.com

 





Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.