Non, "la catastrophe" n'est pas en marche !

..ou alors celle de la perception à l'envers de l' état des choses véritable par Mediapart, à l'unisson d'un large échantillon de la gauche de gauche.

Le fascisme à notre porte ou même déjà là comme le proclament combien d'inconscients? Un "pouvoir" fort, en mesure de faire presque ce qu'il veut -alors même que le Conseil d'État et le Conseil Constitutionnel viennent de retoquer les principales nouvelles dispositions qu'avaient cru pouvoir imposer Macron-Darmanin contre nos droits de manifester et de nous protéger contre les brebis galeuses des forces de l'ordre ?

Balivernes ! Enfumage presque réussi de toutes les forces arque-boutées depuis bientôt trois ans et l'éruption des gilets jaunes puis de la grande mobilisation contre la réforme des retraites pour dissimuler à quel point le roi est nu, à quel point de faiblesse extrême en est arrivée la cinquième république et le président le plus faible, pire qu'Hollande, qu'elle ait jamais eu !

Nous sommes quelques uns à l'écrire depuis des mois et des mois, mais ce quinquennat ne survit et ne se prolonge que par l'étayage sans cesse recommencé -et avec quels efforts- que lui fournissent les dirigeants de tous les partis de "la gauche parlementaire" et ceux des principaux syndicats "réformistes" ou "de lutte", chacun à sa place  :

Les refus acharnés successifs d'offrir un débouché politique saisissable  à ces grands ébranlements sociaux qui ont traversé le pays depuis 2018; l'acharnement à empêcher que ne se centralise vraiment, à Paris en une ou des manifestations nationales et dans la grève générale, le puissant mouvement gréviste et de manifestations partout de l'hiver 2019-2020; l'acceptation de la confiscation de tout débat parlementaire véritable sur la politique sanitaire et jusqu'à la marginalisation du gouvernement légal.. au profit de "Conseils de défense" arbitraires pendant toute la durée d'une crise épidémique aussi manifestement mal affrontée; et parallèlement et depuis des mois, la dislocation toute aussi acharnée de toute possibilité d'une unité de candidature pour les élections présidentielles elles -mêmes martelées comme ne pouvant se tenir avant l'échéance "légale" de 2022 alors qu'on en était encore éloignés par 2 ou 3 ans : tout cela n'a pas suffit, ne suffit encore pas à Médiapart et à tous ceux qui crient en sautant comme des cabris : "le fascisme ".. "le fascisme est là".. pour "VOIR" cette clef de voûte de la situation politique : l'union nationale de fait depuis des mois et des mois pour sauver le soldat Macron et les institutions ?

Alors bien sûr, "la crise sociale", sanitaire, politique et institutionnelle a horreur du vide et sans même faire campagne, les RN-FN-Zemmour & Cie peuvent espérer hériter partiellement du désespoir face à la fermeture apparente de toute alternance démocratique possible de la part des forces politiques de gauche qui auraient pu, pourraient encore l'ouvrir : mais il y a loin de la coupe aux lèvres comme on dit, et tous savent bien QU'IL FAUDRA D'ABORD NOUS PASSER SUR LE CORPS, à nous la majorité sociale du pays, s'ils veulent poursuivre et pousser les contre-réformes  qui n'ont été entreprises qu'à moitié (et pour cause!) avec peut-être ensuite, oui, la mise en place d'une nouvelle mouture de pouvoir ultra réactionnaire plus apte à tenir le cap que le bonapartisme moribond de la Vème république finissante...

MAIS NOUS N'EN SOMMES PAS LÀ !   Et l'unité peut encore s'imposer en partant d'en bas pour balayer ces obstacles internes à notre camp social et battre dans la rue et les urnes Macron-Darmanin-Le Pen et les factieux de la police et de l'armée !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.