«Au théâtre ce soir»: quand BFMTV reçoit le comédien Tapie

BFMTV a consacré, lundi, quatre heures de son temps d’antenne à Bernard Tapie. Une émission complaisante, ponctuée de contre-vérités et de mensonges innombrables.

Lundi 20 janvier 2020, BFMTV a consacré quatre heures de son temps d’antenne à Bernard Tapie. Durant les 20 premières minutes de l’émission on s’inquiète de son état de santé, un documentaire de 50 minutes s’ensuit, enfin une interview de 40 minutes conclue la représentation;  si elle avait eu lieu dans une chambre d’hôpital, elle aurait été beaucoup plus émouvante.

Il est autorisé de se poser une question, quel intérêt avait la chaîne de consacrer quatre heures à Tapie ? Révéler qu’il est éprouvé ? Depuis plus de deux ans, il expose sa maladie sans pudeur sur les chaînes d’information, les radios et différents journaux.

Chaque fois que Tapie a été confronté à d’importantes échéances judiciaires, il a eu deux obsessions, donner satisfaction à ceux qui gouvernent le pays et apitoyer ses juges, afin d’être épargné. Il a souvent déclaré que la justice n’était pas indépendante, il a toujours estimé pouvoir l’abuser. Tapie a appris des très grands délinquants qu’il ne faut jamais avouer, et de ses avocats, que l’on peut mentir à ses juges. Avisé, le comédien se permet toutes les audaces.

Au mois de décembre 2018, alors que le tribunal correctionnel de Paris s’apprêtait à rendre son jugement pour détournement d’argent public, Tapie, constatant le désarroi du pouvoir, s’est travesti en père Noël des gilets jaunes. Actuellement, les juges du tribunal de commerce de Bobigny délibèrent sur le placement de ses sociétés en liquidation judiciaire. Le pouvoir exécutif est à nouveau enlisé, voilà une opportunité pour Tapie, de se consacrer au sort des retraités. Pour réconforter les démunis, il ferait mieux de payer ses impôts et restituer l’argent qu’il a dérobé à l’État.

Les engagements politiques de Tapie paraissent souvent alléchants, mais ses initiatives majeures à Marseille, qu’elles soient sportives ou politiques se sont toutes soldées par des désastres retentissants, il ne reste que des vestiges. Ses échecs ont été tonitruants. Président de l’OM, son club a été banni et placé en liquidation. Député, il a été condamné à l’inéligibilité et à la déchéance. Ministre de la République, il a été contraint à la démission. Quant à ses sociétés, elles ont pratiquement toutes été liquidées.

C’est grâce à la persévérance de ses électeurs marseillais que Tapie est arrivé à évoluer sous les lambris dorés de la République. Il est abominable qu’il n’ait jamais rendu à la Ville ce qu’il lui devait, ont cherche encore ce qui subsiste de ses actions politiques. Tapie n’aime pas les marseillais, des exemples flagrants, le démontrent. En comités restreins il avait l’habitude de déclarer : « Marseille est une belle ville, dommage qu’elle soit peuplée de Marseillais ». Le 5 novembre 2018 une tragédie a frappé la rue d’Aubagne, dans la cité phocéenne, entrainant la mort de huit personnes. La Ville a été éprouvé après l’effondrement de deux immeubles, Tapie n’a pas eu un seul mot de compassion. Pourtant la ville souffrait plus que lui.

De nombreuses personnes ont admiré Tapie, sans vouloir ou pouvoir dénoncer sa véritable nature. La majorité d’entre elles étaient persuadées qu’il était estimable et respectable. À son sujet, certains médias et commentateurs ont fait le choix de colporter une légende qu’ils ont exaltée en étouffant la vérité. Ils le voient toujours auréolé de toutes les vertus, et Tapie se délecte de leur aveuglement à son égard.

À jamais les premiers

Pour masquer ses multiples échecs, notamment à Marseille, Tapie s’est approprié la victoire de l’OM en coupe d’Europe. Pourtant elle est avant tout une œuvre collective. Tapie y a pris une grande part, mais également les joueurs, l’entraîneur, le staff sportif, le directeur financier du club, les supporters et les personnes qui ont agi dans l’ombre pour que l’OM remporte enfin ce trophée. Sept jours avant la finale de la coupe d’Europe, le 19 mai 1993, Tapie était présent à la mairie de Marseille, il avait rendez-vous avec Robert Vigouroux. Vers 17 heures avec son avion, qu’il pilotait, il a mis le cap sur la ville de Rome en compagnie de trois personnes dont je faisais partie. Notre destination était la chambre d’un palace romain. Beaucoup de monde aimerait savoir qui était présent à ce rendez vous et quel en était l’objet. À la suite de cette très belle victoire, les supporters ont trouvé un slogan : « À jamais les premiers » n’en déplaise à Tapie ils n’ont pas déclaré « À jamais Le premier ».

Tapie metteur en scène et comédien

capture-d-e-cran-2020-01-24-a-13-40-08
Le 24 septembre 2017, à l’occasion d’un match de football, au stade vélodrome de Marseille, Bernard Tapie a orchestré la mise en scène de sa maladie. Durant la même période Karl Lagerfeld était lui aussi souffrant, il n’a pas demandé à un de ses mannequins d’annoncer sa maladie à l’occasion d’un défilé de mode. C’est ce qui différencie la vulgarité de l’élégance.

Lors de son interview à BFMTV, Tapie a déclaré à deux reprises que son fils avait censuré le documentaire avant sa diffusion, pour occulter les révélations désobligeantes. Grâce aux prestations élogieuses de quelques personnalités, le reportage a été totalement obséquieux, les déclarations critiques n’ont duré que quelques secondes. La manière dont BFMTV a conçu l’émission « Ligne rouge » est une véritable escroquerie de boulevard. La chaine n’a pas lésiné pour annoncer cette émission. Du vendredi 17 au lundi 20 janvier, en incruste, le visage de Tapie est apparu en bandes annonces plus de 4000 fois. Il était indispensable que l’audience soit au rendez-vous. Au moment de sa splendeur, dans les années 1990, pour réaliser une bonne opération une seule annonce de sa présence suffisait. Aujourd’hui il faut forcer la dose, Tapie ne pèse presque plus rien.

Dans les années 90, deux personnages controversés se sont mesurés en France, Fernand Legros et Bernard Tapie. Ils ont acquis une immense popularité et fait fortune. Le premier a prospéré grâce aux experts en tableaux de maîtres qui ont validé des œuvres contrefaites. Le second s’est épanoui, grâce à son sens de la communication, sa force de conviction et de séduction. Bernard Tapie demeurera un des plus grands mystificateurs français du XXème siècle.

Marc Fratani

Ancien assistant parlementaire de Bernard Tapie.

Auteur de l'essai Le mystificateur (Editions L'Archipel)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.