Marc GBALLOU
Journaliste - Auteur - Réalisateur Multi-Médias
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 juin 2014

La CPI empêche-t-elle la Réconciliation des ivoiriens ?

Marc GBALLOU
Journaliste - Auteur - Réalisateur Multi-Médias
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Interview de Georges Beyllignont - Écrivain et Chercheur

Le transfert de Charles Blé Goudé à la cour pénale international est un nouveau rebondissement dans la crise qui secoue la Côte d’Ivoire, au moment où la question du foncier rural, du recensement  et la mention de « l’ethnie » font jaser l’opinion publique nationale et extra-nationale ivoirienne. La prévention des conflits en Afrique est le souci permanent des organisations africaines et même de l’opinion internationale. Les cas spécifiques du Mali, de la Libye, et de la Côte d’Ivoire interpellent de plus en plus. Un thème dont les africains et plus largement les internautes s’abreuvent sur les réseaux sociaux et qui mérite un décryptage plus approfondi.

Georges B. Beyllignont est titulaire d’un BA (Bachelor of Art) en science de l’investissement et d’un Master en science de la Police. Chercheur et consultant en technique de police appliquée à la prévention des conflits, il vient de sortir un livre intitulé :

« Côte d’Ivoire et Afrique francophone, La police face aux défis de prévention des conflits africains. »

Nous sommes allé le rencontrer à Londres pour ouvrir quelques axes de compréhension d’une situation qui n’est pas prête de s’améliorer si les points essentielles de réflexion ne sont pas identifiés.

Comment vivez-vous les derniers évènements en côte D’Ivoire ; notamment le transfert de Charles Blé Goudé, ex-ministre et leader de la jeunesse patriotique proche de l’ancien président Laurent Gbagbo à la CPI ?

Quand on regarde la situation sociopolitique que connait le pays depuis avant et après la crise post-électorale, il faut avouer qu’au fond de moi j’ai toujours espérer qu’il arriverait un jour ou toute décision qui est de nature à élargir le fossé de la division et à amplifier la haine sociale en Côte d’Ivoire, s’éclipseront à l’avantage d’actions et de décisions concrètes pour pacifier la Cote d’Ivoire – converger les énergies vers une réconciliation soutenue. Je m’en tiens sur ce point, à l’assurance qu’a donné le Chef de l’Etat et le Gouvernement de Côte d’Ivoire que les différents systèmes d’administration de l’Etat étaient maintenant réhabilités et qu’on était à nouveau capable d’opérer notre propre juridiction, assumer notre propre souveraineté et mettre à contribution le principe de la complémentarité du statut de Rôme pour planifier l’accalmie sociale dont la Cote d’Ivoire a tant besoin. Donc point besoin de déporter les ivoiriens à la CPI si nous pouvons remplir cette fonction au niveau local. Cette décision de déportation m’a laissé pantois et à surpris plus d’un. C’est donc un sentiment de regret qui m’étreint vu que Charles Blé Goudé est un caractère extrêmement talentueux qui compte beaucoup d’amis et de sympathisants en Côte d’Ivoire, en Afrique et dans la Diaspora africaine en Occident. Il est imprégné d’une conviction politique qui s’aligne sur celle de notre génération qui lutte pour une plus grande marge de responsabilisation des Etats africains. Et cela par rapports aux problèmes fondamentaux qui abreuvent les conflits en Afrique. Le Blé Goudé que je connais compte à son actif des actions déterminantes pour la paix en Côte d’Ivoire. Toujours souriant et rassembleur, il est le concepteur de la “Caravane de la Paix” en Côte d’Ivoire – Il est le premier politicien à avoir tendu la “main d’amitié” aux Forces Nouvelles pour faciliter leur intégration et leur accueil dans le sud loyaliste.  Il a réussi à briser le voile de la méfiance en séjournant à Bouaké au cœur de la rébellion, lorsque toute la Cote d’Ivoire était encore enveloppée d’un nuage de suspicion réciproque. Il est le précurseur du slogan la “Résistance Aux Mains Nues” qui avait au moins le mérite d’être un engagement non violent dans la crise ivoirienne. C’est donc un coup dur pour ces amis et pour ses parents. Je réalise donc avec beaucoup de regret que les mentalités demeurent encore confligènes et laissent moins de chance à la réconciliation.

Pensez-vous que la CPI peut dans sa démarche prévenir de nouveaux conflits armés dans la sous-région ?

La CPI comme tout autre instrument de justice international ou local joue un rôle de dissuasion et de recadrage des comportements à travers les lois que nous nous sommes données ou celles que nous avons ratifiées dans le cas échéant. Dans ce système, la prison ou la menace du retrait de la liberté est présentée comme un motif qui contribue à nous préserver contre les conflits ravageurs. Mais en même temps, toute condamnation perçue comme injuste et maladroite peut aussi produire l’effet contraire qui fera le lit d’un autre conflit. Donc il faut convenir que la mission est noble et elle nous emmène à revoir nos méthodes d’approche et requalifier nos ressources d’engagement dans les conflits sociaux. Autant nous devons veiller à ce que le processus soit juste, équitable pour tous et sans favoritisme dans n’importe quelle forme que ce soit.

Au-delà de cette observation générale, les démarches de la CPI, au regard des cas antécédents comme actuels, ont nourri une opinion pessimiste qui accorde aujourd’hui peu de crédibilité à cette institution. Ceux-ci perçoivent la CPI comme un instrument de l’ONU, donc potentiellement ouverte et exposée aux injonctions camouflées de cette dernière dont la CPI elle-même en est une création. Il est donc théoriquement admissible que si l’autorité et la suprématie de la CPI sur les juridictions étatiques respectives sont assurées et garanties par l’ONU, il est possible que tous les désidératas générés à travers les difficultés dans les relations entre les Etats membres de cette dernière, les déséquilibres dans les rapports de pouvoir et l’inclinaison des Etats devant les réalités des enjeux géostratégiques et géopolitiques relatifs aux intérêts parfois théoriquement contradictoires, donnent énormément de crédit à une telle orientation de pensée et à un tel état d’esprit. Le cas de la Syrie et de l’Ukraine sont des exemples émouvants qui exposent parfaitement les jeux des rapports de pouvoir, les ralliements dans un sens ou dans l’autre selon les enjeux qui commandent les prises de position et la double mesure dans les traitements des dossiers qui ont pourtant les mêmes profiles.    

On peut donc aisément projeter la probabilité d’une suspicion légitime qui interroge la capacité de la CPI à opérer la justice dans un tel environnement de contraintes et d’influences multiformes sans faire entorse aux principes directeurs de la justice et du droit. Tout processus juridique est un processus délicat qui associe unilatéralement la recherche de la vérité. La CPI au vu des faits cités, intègre-t-elle la balance nécessaire dans sa gouvernance pour briser le voile diplomatique qui cache la réalité matérielle des conflits et les responsables de leur construction? Au-delà de ces interrogations qui décrivent une situation suffisamment  insolite à travers lesquels navigue la CPI, la problématique de la lecture du droit absolu dans un contexte de conflit où le coupable et la victime sont des attributs raisonnés selon le bord où l’on se situe. Si un tel climat pousse vers une croisée de perceptions mitigées où une opinion croit que la vérité de la CPI est celle dite par le plus fort, j’ai bien peur que les actions de la CPI participent à la prévention des conflits en Afrique. Car toute perte de crédibilité amplifiera le sentiment d’injustice, et subséquemment la relance du conflit pour le rétablissement des valeurs bafouées dont la CPI se serait faite complice.  

Interview réalisé par Marc GBALLOU – Journaliste en France ( N°CCIJP 121137 )

Twitter : @marclenoir  -  Mail : marclenoir@hotmail.com

Encadré -  Georges Beyllignont  à propos du livre.

Votre livre a été accueilli par la société civile et des universités en Europe, pensez-vous que les africains comprennent l’opportunité de vos réflexion ?

Mes réflexions ont fait une place de choix à la prévention des conflits et le rôle central de la police dans la réalisation de cette aspiration. On voit ici que je parle alors d’un phénomène récurent qui continu d’éprouver les efforts de stabilisation et de développement de la plupart des pays africains. L’opportunité de mes réflexions s’impose donc d’elle-même selon un nombre de paramètres remarquables qui constituent des références en la matière. La récurrence des conflits en Afrique en est un. Maintenant ce que je tente de faire partager dans ce livre, c’est un certain nombre de réflexion relative par exemple à l’influence de l’ethnisme ou de l’ethnicité dans les dispositions pratiques de développement. Je discute également les questions de la gouvernance et questionne l’opportunité contextuelle de la démocratie. Je décline une étude laborieuse sur les causes et sources des conflits africains, avant d’exposer sur différentes théories de prévention. Je suppose donc qu’il y a une sorte d’harmonie en pensée qui permettra d’apprécier les orientations et la contribution de l’ouvrage. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Extrême droite
Les « VIP » de Villepinte : l’extrême droite et la droite dure en rangs serrés
Parmi les invités du meeting de Villepinte, des responsables identitaires, des anciens d’Ordre nouveau et du Gud et des royalistes côtoient les cathos tradis de La Manif pour tous et les transfuges du RN et de LR. La mouvance identitaire s’apprête à jouer un rôle majeur dans la campagne.
par Karl Laske et Jacques Massey
Journal — Médias
« Le Monde » : Matthieu Pigasse vend la moitié de ses parts à Xavier Niel
Après avoir cédé 49 % de ses parts en 2019 au milliardaire tchèque Daniel Kretinsky, le banquier en cède à nouveau 49 % au patron de Free, qui devient l’actionnaire dominant du groupe de presse. En situation financière difficile, Matthieu Pigasse ne garde qu’une participation symbolique.
par Laurent Mauduit
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Et si nous avions des débats constructifs ?
La journée internationale de l'éducation de l'UNESCO, le 24 janvier, est l'occasion de rappeler que les savoirs et expertises de toutes et de tous sont essentiels pour nourrir les conversations démocratiques.
par marie-cecile naves
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes
Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz