Marc GBALLOU
Journaliste - Auteur - Réalisateur Multi-Médias
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 juin 2014

Quelle démocratie face aux crises provoquées en Afrique ?

Marc GBALLOU
Journaliste - Auteur - Réalisateur Multi-Médias
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Georges B. Beyllignont - (c) Photo : Marc Gballou

Georges B. Beyllignont est écrivain, chercheur et consultant en technique de police appliquée à la prévention des conflits, il vient de sortir un livre intitulé :

« Côte d’Ivoire et Afrique francophone, La police face aux défis de prévention des conflits africains. »

Nous sommes allé le rencontrer à Londres pour ouvrir quelques axes de compréhension d’une situation qui n’est pas prête de s’améliorer si les points essentielles de réflexion ne sont pas identifiés.

pensez-vous que vos travaux sur la prévention des conflits peuvent servir aux systèmes occidentaux à faire une autre lecture des crises en Afrique ?

Ils apprécieront la dynamique sociétale africaine exposée à partir d’une perspective interne ou africaine, a l’opposé des résultats de travaux fournis à partir d’une position non seulement extérieure, mais qui choisit parfois de marginaliser, de disqualifier, de décompter ou même d’ignorer des paramètres importants dans l’analyse des sources des conflits africains. Cet ouvrage a placé la colonisation et les effets persistants de cette tragédie au-delà de la période post-indépendance, au centre des sources des conflits africains. L’impact de cette dernière sur la culture locale, sa fonction de catalyseur sur plusieurs aspects des causes structurelles des conflits en Afrique est clairement exposée. L’analyse de l’ethnicité africaine et sa combinaison avec la tribalisation des ethnies dans le processus de colonisation a produit une curieuse lisibilité dans cette étude.

Sur l’opportunité de la démocratie dans le contexte africain et l’adoption du concept comme une valeur culturelle intégrée ou concurrentielle, je me suis interrogé en ces termes à la page 58 du 1er Chapitre sur la démocratie : « La réalité de son application dans divers contextes socioculturels s’est révélée plutôt chaotique. N’aurait-il pas fallu méditer d’abord son opportunité dans certains cas avant de l’accepter comme une valeur socioculturelle transférable ou importable. Dans plusieurs situations, elle s’est plutôt illustrée comme une source de conflits qu’une solution de stabilité. Dans le contexte africain, vue la densité des problèmes de diverses natures, la démocratie peut facilement être considérée comme une condition de justice sociale dans une Afrique caractérisée par une pauvreté rampante. Mais peut-elle émerger selon la lettre littérale de l’idéologie dans une Afrique où la corruption, le détournement des deniers publics, en somme où le sens de la responsabilité est encore englouti dans des considérations mesquines et cela, en toute impunité ? Ne devrions-nous pas méditer d’abord son opportunité dans la gestion des différends, de la construction ou de la recherche du consensus, au lieu de nous en servir comme un paravent qui cache mal des desseins inavoués et désobligeants ?

Donc je réponds par l’affirmative que l’ouvrage peut stimuler une autre lecture des conflits en Afrique, mais surtout, parce qu’il expose aussi plusieurs théories de prévention qui donne un caractère unique et original à mon ouvrage.    

Interview réalisé par Marc GBALLOU – Journaliste en France ( N°CCIJP 121137 )

Twitter : @marclenoir  -  Mail : marclenoir@hotmail.com

Encadré -  Georges Beyllignont  à propos du livre.

Votre livre a été accueilli par la société civile et des universités en Europe, pensez-vous que les africains comprennent l’opportunité de vos réflexion ?

Mes réflexions ont fait une place de choix à la prévention des conflits et le rôle central de la police dans la réalisation de cette aspiration. On voit ici que je parle alors d’un phénomène récurent qui continu d’éprouver les efforts de stabilisation et de développement de la plupart des pays africains. L’opportunité de mes réflexions s’impose donc d’elle-même selon un nombre de paramètres remarquables qui constituent des références en la matière. La récurrence des conflits en Afrique en est un. Maintenant ce que je tente de faire partager dans ce livre, c’est un certain nombre de réflexion relative par exemple à l’influence de l’ethnisme ou de l’ethnicité dans les dispositions pratiques de développement. Je discute également les questions de la gouvernance et questionne l’opportunité contextuelle de la démocratie. Je décline une étude laborieuse sur les causes et sources des conflits africains, avant d’exposer sur différentes théories de prévention. Je suppose donc qu’il y a une sorte d’harmonie en pensée qui permettra d’apprécier les orientations et la contribution de l’ouvrage.

A lire aussi La CPI empêche-t-elle la Réconciliation des ivoiriens ?

 A lire aussi Quelle démocratie face aux crises provoquées en Afrique ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
Marchandisation du virtuel : la fuite en avant du système économique
Les NFT, ces jetons non-fongibles qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait

La sélection du Club

Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en EREA, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi
Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot
Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille
Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin