Marc GBALLOU
Journaliste - Auteur - Réalisateur Multi-Médias
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 juin 2014

Quelle démocratie face aux crises provoquées en Afrique ?

Marc GBALLOU
Journaliste - Auteur - Réalisateur Multi-Médias
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Georges B. Beyllignont - (c) Photo : Marc Gballou

Georges B. Beyllignont est écrivain, chercheur et consultant en technique de police appliquée à la prévention des conflits, il vient de sortir un livre intitulé :

« Côte d’Ivoire et Afrique francophone, La police face aux défis de prévention des conflits africains. »

Nous sommes allé le rencontrer à Londres pour ouvrir quelques axes de compréhension d’une situation qui n’est pas prête de s’améliorer si les points essentielles de réflexion ne sont pas identifiés.

pensez-vous que vos travaux sur la prévention des conflits peuvent servir aux systèmes occidentaux à faire une autre lecture des crises en Afrique ?

Ils apprécieront la dynamique sociétale africaine exposée à partir d’une perspective interne ou africaine, a l’opposé des résultats de travaux fournis à partir d’une position non seulement extérieure, mais qui choisit parfois de marginaliser, de disqualifier, de décompter ou même d’ignorer des paramètres importants dans l’analyse des sources des conflits africains. Cet ouvrage a placé la colonisation et les effets persistants de cette tragédie au-delà de la période post-indépendance, au centre des sources des conflits africains. L’impact de cette dernière sur la culture locale, sa fonction de catalyseur sur plusieurs aspects des causes structurelles des conflits en Afrique est clairement exposée. L’analyse de l’ethnicité africaine et sa combinaison avec la tribalisation des ethnies dans le processus de colonisation a produit une curieuse lisibilité dans cette étude.

Sur l’opportunité de la démocratie dans le contexte africain et l’adoption du concept comme une valeur culturelle intégrée ou concurrentielle, je me suis interrogé en ces termes à la page 58 du 1er Chapitre sur la démocratie : « La réalité de son application dans divers contextes socioculturels s’est révélée plutôt chaotique. N’aurait-il pas fallu méditer d’abord son opportunité dans certains cas avant de l’accepter comme une valeur socioculturelle transférable ou importable. Dans plusieurs situations, elle s’est plutôt illustrée comme une source de conflits qu’une solution de stabilité. Dans le contexte africain, vue la densité des problèmes de diverses natures, la démocratie peut facilement être considérée comme une condition de justice sociale dans une Afrique caractérisée par une pauvreté rampante. Mais peut-elle émerger selon la lettre littérale de l’idéologie dans une Afrique où la corruption, le détournement des deniers publics, en somme où le sens de la responsabilité est encore englouti dans des considérations mesquines et cela, en toute impunité ? Ne devrions-nous pas méditer d’abord son opportunité dans la gestion des différends, de la construction ou de la recherche du consensus, au lieu de nous en servir comme un paravent qui cache mal des desseins inavoués et désobligeants ?

Donc je réponds par l’affirmative que l’ouvrage peut stimuler une autre lecture des conflits en Afrique, mais surtout, parce qu’il expose aussi plusieurs théories de prévention qui donne un caractère unique et original à mon ouvrage.    

Interview réalisé par Marc GBALLOU – Journaliste en France ( N°CCIJP 121137 )

Twitter : @marclenoir  -  Mail : marclenoir@hotmail.com

Encadré -  Georges Beyllignont  à propos du livre.

Votre livre a été accueilli par la société civile et des universités en Europe, pensez-vous que les africains comprennent l’opportunité de vos réflexion ?

Mes réflexions ont fait une place de choix à la prévention des conflits et le rôle central de la police dans la réalisation de cette aspiration. On voit ici que je parle alors d’un phénomène récurent qui continu d’éprouver les efforts de stabilisation et de développement de la plupart des pays africains. L’opportunité de mes réflexions s’impose donc d’elle-même selon un nombre de paramètres remarquables qui constituent des références en la matière. La récurrence des conflits en Afrique en est un. Maintenant ce que je tente de faire partager dans ce livre, c’est un certain nombre de réflexion relative par exemple à l’influence de l’ethnisme ou de l’ethnicité dans les dispositions pratiques de développement. Je discute également les questions de la gouvernance et questionne l’opportunité contextuelle de la démocratie. Je décline une étude laborieuse sur les causes et sources des conflits africains, avant d’exposer sur différentes théories de prévention. Je suppose donc qu’il y a une sorte d’harmonie en pensée qui permettra d’apprécier les orientations et la contribution de l’ouvrage.

A lire aussi La CPI empêche-t-elle la Réconciliation des ivoiriens ?

 A lire aussi Quelle démocratie face aux crises provoquées en Afrique ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Énergies
Régulation de l’énergie : la politique du pire
En excluant la période de spéculation débridée fin décembre sur le marché de gros de l’électricité, la commission de régulation de l’énergie aurait pu limiter la hausse des tarifs régulés à 20 % au lieu de 44 %. Elle a préféré faire les poches d’EDF et transférer l’addition aux consommateurs après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Laurent Joly : « Zemmour a une capacité à inverser la réalité des faits »
Ce soir, deux historiens répondent aux falsifications de l’histoire du candidat Éric Zemmour. Laurent Joly, spécialiste de l’antisémitisme et du régime de Vichy et auteur de « La Falsification de l’Histoire », est notre invité. Entretien également avec Serge Klarsfeld, cofondateur de l’association « Fils et filles de déportés juifs de France ».
par à l’air libre
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal
Julian Assange garde un espoir de pouvoir contester son extradition
La Haute Cour de justice de Londres a autorisé les avocats du fondateur de WikiLeaks à déposer un recours devant la Cour suprême contre la décision des juges d’appel qui avaient autorisé son extradition vers les États-Unis.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu
Billet de blog
Génocide. Au-delà de l'émotion symbolique
Le vote de la motion de l'Assemblée Nationale sur le génocide contre les ouïghours en Chine a esquivé les questions de fond et servira comme d'habitude d'excuse à l'inaction à venir.
par dominic77
Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien