Marc GBALLOU
Journaliste - Auteur - Réalisateur Multi-Médias
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 juin 2014

Utopie d'une possible sortie de crise en Côte d’Ivoire.

Marc GBALLOU
Journaliste - Auteur - Réalisateur Multi-Médias
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Georges B. Beyllignont - (c) Photo : Marc Gballou

Nous sommes allé rencontrer l'écrivain Georges B. Beyllignont à Londres pour ouvrir quelques axes de compréhension d’une situation qui n’est pas prête de s’améliorer si les points essentielles de réflexion ne sont pas identifiés.

Comment imaginez-vous une possible sortie de crise en Côte d’Ivoire ?

Si j’intègre qu’une crise est une situation de blocage, de tension, de refus d’échange et de coopération, subséquente à une situation de conflit dont elle se nourrie. Sortir de cette crise supposera que le conflit lui-même doit d’abord prendre fin. Maintenant la question qui mérite d’être posée est de savoir si le conflit en Côte d’Ivoire a pris fin ? 

Ceci dit, Il est évident que toute sortie de crise soit d’abord une question de volonté manifeste de part et d’autre. Cette volonté doit précéder le mode de résolution qu’on doit absolument approprier selon les réalités contextuelles. En Côte d’Ivoire, la division est encore palpable et donne lieu à l’existence de deux camps « ennemis » qui se guettent et se regardent en chien de faïence. Ce n’est pas une situation honorable pour un pays. Donc je souhaite qu’on sorte vite de cette crise le plus rapidement possible. Mais comment sortons-nous de là demeure la question ultime que nous ne cessons de tourner et retourner dans nos têtes ? Devrions-nous aussi constater que la CDVR n’a pas donné des résultats probants donc nous devons envisager renouveler notre volonté de réconcilier les ivoiriens en déterminant un nouveau mode de concertation pour faire bouger les choses. Et si je fais un décryptage honnête de la situation en Côte d’Ivoire, cette volonté doit inclure celle de la France avec qui nous avons une relation multiséculaire et qui est un acteur réel de la crise ivoirienne, mais qui fait comme si elle était neutre dans cette affaire. Pourtant nous savons tous qu’elle continue de tirer les ficelles qui cristallisent les positions et qui empêche la réconciliation en Côte d’Ivoire. Peut-être que la résistance ivoirienne et panafricaine devrait maintenant tourner sa voix vers le Gouvernement français et François Hollande qui a été très habile à utiliser leur support électoral sans contre-parti réel.  

Pour répondre directement à la question, le choix technique d’une commission de réconciliation implique que le conflit a pris fin. Car on ne peut que réconcilier des personnes qui ont arrêté de se battre. Par contre si les gens continuent de soutenir leur engagement dans le conflit avec des moyens sobres et non violents, l’illusion de l’absence de violence peut nous conduire à une conclusion hâtive qui précipite la réconciliation comme une voie opérable de sortie de crise.  Alors si nous admettons tous aujourd’hui que la réconciliation a échoué de briser la forteresse de la division, c’est peut-être parce que nous n’avons pas encore passé la phase du conflit.

Mon livre fait une appréciation intellectuelle de la dynamique du conflit et il intègre dans sa compréhension que la présence du conflit peut être aussi justifiée par la manifestation d’une résistance ou d’une guerre psychologique. Il faut absolument que nous prenions en compte dans la définition que les intérêts ou objectifs conflictuels peuvent être poursuivis en l’absence de confrontation directe et violente. Je conclus alors qu’à l’opposé de la réconciliation qui pour moi est prématurément déduite d’une appréciation relativement limitée de la situation de conflit, la médiation ou la concertation (peu importe la dénomination du mode d’opération, ce qui compte ici étant l’approche)  aura le mérite d’exposer les peurs réciproques et construire un nouveau consensus.

En savoir plus

Georges B. Beyllignont est écrivain, chercheur et consultant en technique de police appliquée à la prévention des conflits, il vient de sortir un livre intitulé :

« Côte d’Ivoire et Afrique francophone, La police face aux défis de prévention des conflits africains. »

Interview réalisé par Marc GBALLOU – Journaliste en France ( N°CCIJP 121137 )

Twitter : @marclenoir  -  Mail : marclenoir@hotmail.com

Encadré -  Georges Beyllignont  à propos du livre.

Votre livre a été accueilli par la société civile et des universités en Europe, pensez-vous que les africains comprennent l’opportunité de vos réflexion ?

Mes réflexions ont fait une place de choix à la prévention des conflits et le rôle central de la police dans la réalisation de cette aspiration. On voit ici que je parle alors d’un phénomène récurent qui continu d’éprouver les efforts de stabilisation et de développement de la plupart des pays africains. L’opportunité de mes réflexions s’impose donc d’elle-même selon un nombre de paramètres remarquables qui constituent des références en la matière. La récurrence des conflits en Afrique en est un. Maintenant ce que je tente de faire partager dans ce livre, c’est un certain nombre de réflexion relative par exemple à l’influence de l’ethnisme ou de l’ethnicité dans les dispositions pratiques de développement. Je discute également les questions de la gouvernance et questionne l’opportunité contextuelle de la démocratie. Je décline une étude laborieuse sur les causes et sources des conflits africains, avant d’exposer sur différentes théories de prévention. Je suppose donc qu’il y a une sorte d’harmonie en pensée qui permettra d’apprécier les orientations et la contribution de l’ouvrage.

A lire aussi La CPI empêche-t-elle la Réconciliation des ivoiriens ?

 A lire aussi Quelle démocratie face aux crises provoquées en Afrique ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
Marchandisation du virtuel : la fuite en avant du système économique
Les NFT, ces jetons non-fongibles qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait

La sélection du Club

Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en EREA, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi
Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot
Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille