La transition énergétique bloquée dans l’île de sein

 

Photo : IDSENERGIE.fr

Dans les grands projets gouvernementaux, il manque des fois de la précision. Des décisions soulagent médiatiquement la nation, mais ne touchent pas forcément les zones concernées. Une population qui ne demande qu’à vivre normalement est ignorée dans le partage des aides publiques. Le financement de la transition énergétique fait des victimes dans les îles en général et particulièrement dans l’île de sein où la population s’est organisée pour gérer sa consommation en énergie. Le fioul étant la seule source d’alimentation en électricité dans cette partie de la France à l’ouest de la Bretagne, l’île de sein ne profite pas de la solidarité nationale. Ce sont des territoires livrés à eux mêmes quand il s’agit de combattre la pollution des eaux suite aux activités économiques de la nation.

Les contribuables participent à une cagnottes pour réduire toutes ces nuisances mais les solutions sont loin de toucher les populations concernées.  La société Ile de sein énergie ( IDSE ) veut s’impliquer dans la gestion de la transition énergétique et sa démarche semble déranger la donne établie. M Patrick Saultier, Directeur Général d’île de Sein Energies, donne de la voix, joue des coudes et essaie de persuader l’opinion que le projet qu’il porte peut sortir l’île de sa souffrance dans  la politique adoptée pour la transition énergétique. Est-il entendu au delà des  calcules stratégiques et parfois influencés par la profitabilité des actions économiques ?

Marc Gballou

Lire  son communiqué de presse adressé le 12 juin dernier  et le papier du canard enchainé du 28 mai 2014 pour en savoir plus.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.