Fin de blog ?

Aujourd'hui, les parcs et jardins parisiens ne seront plus fermés, les terrasses des cafés et des restaurants sont possibles. Le ciel reste très bleu, par l'absence de trainées d'avions, seul signe net que l'épidémie n'est pas terminée. Le retour à la vie normale semble bien engagé. Est-ce la fin de ce blog ?

En bas de chez moi, la rue a presque une activité normale : le bruit des voitures est continu, le Bon marché va ouvrir dans quelques minutes. Quelques petites différences : de nombreuses personnes portent un masque ; au bistrot d'en bas, les clients sirotent leur café debout, chacun à un mètre de l'autre ; le ciel est d'un bleu limpide sans trainées d'avions. Tout à l'heure, nous irons pique-niquer au parc, mais mardi, je continuerai le télétravail à la maison.

La reprise m'inquiète. Je ne sais pas comment je vais alterner télétravail et travail au bureau. Je crains de mal utiliser le masque et d'augmenter le risque d'attraper le virus. Jusqu'à avant-hier, de nombreuses activités étaient interdites ; aujourd'hui, presque tout est possible. C'est comme si le gouvernement avait tout lâché d'un coup, pour ne pas décevoir le peuple. C'est comme si le virus avait disparu du jour au lendemain. On continue d'entendre des mises en garde, de croiser des affiches rappelant les gestes barrières, mais les voit-on ?

C'est bizarre comme je me sens plus inquiet qu'au début du confinement. Je regrette peut-être cette période où la moindre sortie était une aventure, où le temps s'était arrêté, où les rues avaient une beauté vide. Mais je sais que j'ai été chanceux, confiné avec les miens. D'autres ont souffert, certains à trop dans un lieu étriqué, d'autres en manque de rentrée d'argent. Beaucoup de personnes âgées sont mortes seules, beaucoup d'enfants, de 0 à 99 ans, ont perdu des parents sans avoir pu leur dire au-revoir. Non, une pandémie n'est jamais souhaitable et ne doit pas entraîner de regret. C'est juste que j'ai aimé avoir le temps, et que cela ne devrait pas être un privilège. Pour personne. Avoir le temps devrait être une nécessité. 

Comme la vie reprend, je vais plus ou moins fermer ce blog. J'ajouterais peut-être des images pour comparer les deux périodes : celle du confinement et celle d'après. Des images du ciel avec et sans avions, les rues vides et pleines, l'état des bouchons de circulation. On verra.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.