Ondes consonnantes

Écouter la radio le matin donne une certaine idée du monde dans lequel nous sommes, surtout si la radio choisie est bien diffusée et courtisée par toutes les entreprises de « sensibilisation ».

 

Or il y a deux publicités, que vous avez surement eu l'occasion d'entendre – mais peut-être pas de mettre directement en rapport.

Comme toutes les réclames qui se respectent, celles-ci nous expliquent ce qui est bel et bien pour nous.

 

Les voici (j'ai, évidemment, changé un peu les énoncés et les noms).

 

 

Première campagne :

Êtes-vous assez riches pour payer plus de 3000 euros d'impôts? Pauvres de vous! Heureusement votre calvaire touche à sa fin, grâce à Defisc'Assurance ! Grâce à Defisc’assurance, on vous expliquera comment ne plus en payer. Oui, vous avez bien entendu : vous ne payerez plus d’impôts – et en totale légalité!

 

Seconde campagne :

Vous êtes pauvres et vous vous demandez bien comment vous allez finir votre mois. Surtout que la nouvelle déclaration à faire aux impôts vient d'arriver... Ah, vous succomberiez bien à cette petite voix qui vous susurre de diminuer un peu la déclaration… oh rien qu'un tout petit peu!

Mais non! Vous n'aurez pas à supporter cette honte d'être un fraudeur! Pauvres en argent peut-être, mais riches en principes, vous savez faire front et résister à la vile tentation ! Vous n'êtes pas un idiot et vous savez que ne pas payer correctement ses impôts, c'est prendre le risque d'un redressement et d'accroitre ses difficultés, tandis que les payer comme il faut, c'est venir en aide à vous-mêmes et à la collectivité ! Et vous ne voudriez tout de même pas priver la collectivité de ses ressources! Et les services publics, et les hôpitaux, et les tribunaux, qui les payera si tout le monde fraude? Non, la fraude, ce n’est pas bien.

 

Bon, j'admets que pour le dernier, j'en ai rajouté un peu à la fin.

 

 

Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais je trouve que, quoi qu'on en dise, l'économie suit une certaine logique en ce pays (et en bien d'autres).

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.