Marc MASSI
Directeur Technique Sté SENSEC
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 janv. 2022

Quand un Directeur d'école croit aux promesses électorales d'un Président.

Directeur d'école mis à pied pour s'être opposé à des directives hors la loi de son administration de tutelle. La réaction de sa grande famille est alors radicale : éliminer le Directeur et la réputation qu'il avait faite de l'école. Grand nettoyage par le vide remplacé par le chaos …

Marc MASSI
Directeur Technique Sté SENSEC
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

J'écris ce message pour exposer le cas de mon frère Pierre Massi, Directeur pendant 7 ans de l' école maternelle Mermoz à Marseille, expulsé manu militari de ses fonctions pour avoir dénoncé, avec 7 mois d'avance les graves dysfonctionnements de son administration de tutelle dans la gestion de la crise sanitaire sur le terrain  : surcroît de dérogation en raison de l'excellente réputation de son école, chargée jusqu'à "la gueule" à la rentrée en pleine Pandémie, pendant que dans le même quartier, une classe était fermée dans une autre école ...

Etant harcelé par son autorité supérieure, il a eu la malheureuse idée de porter plainte contre X en 2020.

Plainte n’ayant jamais été instruite mais ayant déclenché les foudres de sa hiérarchie, contrariée dans ses funestes projets, qui a alors mis en place un nombre incroyable d’actions coordonnées et planifiées en vue de le salir pour le forcer à démissionner ou plus si possible. Et ce, quels que soit les dégâts collatéraux que cela pouvait engendrer sur l'école, les élèves et leur famille.

Le véritable scandale qui me fait écrire ce message est que pour éliminer un Directeur s’opposant à ses directives fumeuses,  l’éducation nationale n'a pas hésité à sacrifier toute une école connue et appréciée pour ses méthodes innovantes d’éducation et dont les parents, réduits au silence, en sont aujourd'hui contraint à chercher ou placer leurs enfants l'an prochain en école privée.

La société Française fait semblant de découvrir en ce moment comment sont traités ses séniors dans les Ephad alors que tout cela est connu et amplement documenté depuis plusieurs années sur internet. A ce propos on ne parle pas encore des millions d’euros distribués à leur dirigeants en prime ou stock options pour leur gestion « optimale » des dits Ehpad avec entre autre des budgets de repas votés pour moins de 5 € par jour pour des « clients » payant jusqu'à 6.000 € par mois leur chambre gracieusement nanties de 3 couches quotidiennes.

Quand est-ce qu'elle va s’intéresser à l’éducation des tous petits, fondations du développement d'un pays dont les besoins physiologiques les plus élémentaires sont tranquillement bafoués pour satisfaire l'égo d’un DASEN contrarié dans ses sombres manœuvres.

Pierre a été soutenu par une multitude de parents d’élèves et sa famille.

Combien d'autres y ont laissé leur santé mentale voir pire et que sont-ils devenus ?

https://www.change.org/p/ministère-de-l-education-nationale-réintégrer-pierre-massi-à-son-poste-de-directeur-de-l-école-maternelle-jean-mermoz

Il a un groupe de soutien par messagerie ayant recueilli plus de 200 témoignages lumineux de parents d’élèves atterrés par une telle situation.

Aucun des nombreux courriels adressés au Ministre de l’Éducation nationale n’a eu reçu de réponse à ce jour, si l'on exclut celles d’automates informatiques.

Quand au projet du Pdt de la République souhaitant étendre les fonctions de Directeur d’école, c’est une vaste plaisanterie électorale au vu de 

ce qui est arrivé à celui qui a levé le doigt pour essayer de faire entendre sa voix. 


De : Ministère de l'Education nationale, de la Jeunesse et des Sports <sve.nonreponse@education.gouv.fr>
Envoyé : vendredi 28 janvier 2022 à 20:10
Objet : Ecrire au ministre


Bonjour M.R

Votre message concernant Ecrire au ministre a été pris en compte et enregistré le 28/01/2022 à 20:10 (heure de Paris).

Monsieur Blanquer, voilà 4 mois que parents et grand-parents vous sollicitent pour la réintégration de Monsieur Pierre Hugaux MASSI à son poste de directeur et instituteur de la maternelle Jean Mermoz à MARSEILLE.
j'avais dis, dans mes précédents courriels, que je voulais une réponse.
Cette réponse, je l'ai reçue mais aucun acte de votre part n'a fait revenir Monsieur Pierre MASSI.
Et,nous, parents et grands-parents nous souffrons de voir cette école se dégrader de jour en jour tant sur l'aspect que sur l'ambiance.
Ce directeur avait fait un exemple de son école tant sur le plan de l'organisation intérieure (aquarium en petite section,four à poteries par exemple) qu'extérieure( plantations en tous genre: fleurs, haricots verts, poireaux, fraises...) Et les enfants étaient enchantés de participer à toutes ces activités en complément de l'enseignement obligatoire. 
Les enfants qui sont passés dans son école parlent encore de Maître Pierre avec beaucoup d'affection.
Vous devez bien savoir que plusieurs articles sont parus sur sa façon de gérer son école, il a même été félicité plusieurs fois pour ses initiatives innovantes.
Et là,tout à coup, on l'exclut sans autre forme de procès car il a OSER alerter la mairie et l'inspection académique sur la surcharge des classes à cause de passes-droits accordés par la mairie sans qu'il en soit informé.
Cette même mairie, qui, la veille de la rentrée s'est permise d'appeler certains parents(qui faisaient partis de la carte scolaire)pour leur signifier que leurs enfants étaient déplacés dans une autre école!!!!
Bien entendu, la personne ne s'est pas nommée...
Monsieur le ministre, depuis septembre nous demandons le retour de Pierre Hugaux MASSI, votre ministère s'est défaussé auprès du recteur de région qui a tout fait pour noyer le poisson.
Votre ministère est censé tout faire pour que nos petits s'épanouissent à l'école, auprès d'enseignants compétents et bienveillants qui sont là pour leur apprendre le bien vivre ensemble et tout ce qui fera d'eux, des adultes responsables et heureux dans leur vie.
Ces derniers jours, les journaux nous parlent de nombreux instituteurs et professeurs qui ont préférés démissionner plutôt que continuer à travailler dans des conditions qui se dégradent de jour en jour au détriments de nos jeunes.
On parle aussi de remplaçants incapables de tenir une classe car trop mal formés!!!
Il serait temps de gratifier les bons éléments et remettre une dynamique positive dans nos écoles.
J'espère, en tant que grand-mère,que toute cette mauvaise foi et ce mépris contre Monsieur Pierre Hugaux MASSI va enfin cesser.
Je vous prie d'agréer, Monsieur,l' expression de mes hommages

Cordialement,
Ministère de l'Education nationale, de la Jeunesse et des Sports,
Ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation 

ObjetLettre au PrésidentDe de Monsieur Àsoutien.emjeanmermoz@free.fr

Date2022-01-27 17:20

Monsieur le Président de la République, voilà plusieurs courriels que je vous fais afin de vous alerter sur le cas de Monsieur Pierre Hugaux Massi directeur de l'école maternelle Jean Mermoz à Marseille.
Le directeur de cette école, prisée par de nombreux parents marseillais, était un exemple citée dans les journaux pour l'engagement de Pierre Hugaux Massi auprès des enfants qui ne juraient que par lui, même après avoir quitté la maternelle.
Il a créé un jardin potager géré en grande partie par les enfants( depuis son éviction toutes les plantes sont dans un triste état )
Il a installé un aquarium en petite section( depuis son éviction, tous les poissons sont morts)
Il faisait des ateliers de poterie avec les enfants( depuis son éviction le four a été démonté )
L'ambiance bon enfant qui reignait n'est plus qu'un lointain souvenir ( depuis son éviction )
L'association des parents d'élèves ne peut plus rien organiser au sein de l'école car les serrures ont été changées.
De ce fait il n'y a pas eu de fête de Noël comme les années précédentes et bien d'autres événements encore ( depuis son éviction ).
J'arrête là, la liste est trop longue....
Je ne suis qu'une grand-mère dévastée et outrée de voir le désintérêt et l'inaction des autorités compétentes ( ou non)
La seule chose que je vois c'est que l'on n'a aucune considération pour les générations futures.
J'espère de tout cœur que ce Xème courriel vous parviendra.
Je vous prie d'agréer, monsieur le Président, l'expression de mes hommages.
M.R

_________

Bonjour,

Je tiens tout d’abord à remercier le travail réalisé par l’association des parents d’élèves et les parents élus pour le travail qu’ils réalisent au quotidien, et plus particulièrement depuis la rentrée scolaire de septembre 2021 suite à la suspension du directeur de l’école Pierre Massi.

Nous constatons tous de nombreux dysfonctionnements dans cette école, sans pouvoir dire s’ils sont liés au changement de directeur ou non, mais qui affectent grandement notre quotidien depuis la rentrée de septembre et que nous souhaiterions voir remédiés au plus vite :

La classe de mon enfant est restée plusieurs jours (semaines) sans chauffage cet hiver, qui est pourtant une fonction vitale à maintenir en prioritéavec des toilettes hors service : les enfants étaient obligés de descendre à l’étage inférieur, accompagnés d’un adulte (donc la classe se retrouvait alors privée de 50% de son encadrement) et ne pouvaient plus tirer la chasse d’eau !

Nous ne pouvons plus chercher les enfants à la garderie du soir : un animateur doit rester au portail (dans le froid…) pour accueillir les parents, ce qui diminue de 25% à 33% (en fonction de la taille de l’équipe) le nombre de personnes encadrant les enfants. Il est étonnant que l’entrée des parents dans l’école soit vue comme un risque le soir alors que ce ne l’est pas le matin ?

Pas d’information en cas de cas de COVID, ce sont les parents qui s’informent tant bien que mal (bouche à oreille, groupes WhtatsApp). L’attestation de l’école pour récupérer des auto-tests n’a été remise que plusieurs jours après le premier cas de COVID dans la classe

L’absentéisme des professeurs semble plus important cette année, sans pour autant dire si c’est un fait avéré ou lié à la crise sanitaire. On ressent tout de même une lassitude et une baisse de motivation des enseignants par rapport aux années précédentes

L’école est en train de dépérir, le jardin n’est plus accessible aux enfants alors que cela fait partie intégrante de leur éveil. Des rumeurs font état de dépose d’équipements (murs d’escalade, décorations des enfants) qui sont incompréhensibles vu les maigres arguments mis en avant

Il y a eu des tentatives de destitution de l’association des parents d’élèves (attaque des statuts de l’association, suppression du droit de pénétrer dans l’école, interdiction des ventes de gâteaux). L’association des parents d’élèves agit dans l’intérêt de l’école et des enfants, but qui devrait converger avec ceux de l’éducation nationale et de la mairie, cette tentative n’a pas de sens. Pour rappel, l’association collecte des fonds pour permettre de compléter les moyens alloués par l’Etat et la mairie, et par exemple de faire venir des intervenants extérieurs pour éveiller les enfants aux langues étrangères et divers autres spectacles : de belles initiatives ont été sabotées, et ce sont les enfants qui en subissent les conséquences

La communauté autour de l’école est en train de disparaitre. Les « garden party » organisées par l’ancien directeur permettaient d’une part aux parents de créer des liens, et d’autre part de pallier au manque de financement de la mairie en réalisant des menues réparations ou améliorations de l’école. L’école était un lieu de vie de quartier, et nous constatons depuis l’abandon de ces initiatives un repli sur soi général, le lien affectif avec l’école et ce qu’elle représente disparaît…

Toute la polémique entourant la suspension du directeur, sans information claire sur ce qui lui est reproché, et la désorganisation qui en résulte laisse un goût amère. Je voulais avoir espoir en l’école publique, mais au-delà des moyens et de la qualité des professeurs, il semblerait que l’organisation même de l’éducation nationale soit à l’origine de nombreux maux de cette institution…

_________

17 heures d’audition la semaine dernière à me faire bombarder de saloperies et hier encore, quand je suis allé chercher mes affaires à l’école, encadré par 5 personnes dont un huissier de justice qui prenait en photo le grelot du vélo de l’arrière grand-père ou les plantes que des parents m’avaient offertes.

Comme si j’étais capable de voler des affaires destinés à des gamins…

Charlotte en larme en sortant de l’école tant elle suffoquait de toute cette violence et de cette malveillance, mes affaires dans des sacs poubelle devant l’école pendant que le Directeur qui a pris ma place proposait une bière à un des IEN…

Dali dépassé !

Un peu la gueule de bois…

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viols, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud,
par Pierre Sassier
Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes
Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Villages morts, villes vivantes
Nouvelle édition de « Printemps silencieux » (Wildproject). La biologiste américaine Rachel Carson avait raison bien avant tout le monde. Dans de nombreux villages de France, les oiseaux sont morts. Carson nous dessille les yeux au moment où une nouvelle équipe ministérielle veut accélérer la transition écologique. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement