ANI: un Munich social

Je suis membre du ps et syndiqué cfdt et pourtant je suis contre cet accord; D'abord parce que le politique devait prendre ses responsabilités, avec une pareille légitimité populaire la majorité au sénat et à l'assemblée nationale, il avait un boulevard pour proposer un nouveau contrat social et réduire les inégalités, ce qui était aussi un levier keynesien.La CFDT a dans une logique de compromis fait au mieux, mais sans appui politique la négociation a été trop favorable à une partie peu éclairée du patronat.

Le problème est un manque de travail et d'ouverture intellectuelle au sein du PS. Aucune analyse sérieuse n'a été faite par le gouvernement des crises de ces 30 dernières années; on avait pourtant le temps de se préparer notamment avec les autres ps européens.Autant il y  avait eu un petit effort sous la houlette de Martine Aubry, autant avec Hollande, Ayraut, Moscovici et Sapin j'ai le regret de le dire, l'imagination n'est vraiment pas au pouvoir en matière socio-économique.

Pour masquer cette absence de stratégie et d'idées on laisse le soin aux partenaires sociaux et aux entrepreneurs de résoudrent à eux seuls les trois crises qui demandent précisément une vision politique:

la crise énergétique, fin des énergies fossilles

la crise environnementale qui nécessite une action immédiate

la crise sociale et économique qui est le fruit des gains de productivité qui ont augmenté d'un facteur 5 depuis 1960

C'est complètement débile et même les entrepreneurs et les cadres ne demanderaient pas mieux qu'une vision long terme pour éclairer le chemin.

Nous avons hélas des politiques type Daladier face à une urgente nécessité d'action, et l'ani est un Munich social, vous aurez mes camarades socialistes le déshonneur et le chômage car cet accord ne résout rien.

Pourtant des solutions existent, il est encore temps d'agir:

http://www.roosevelt2012.fr/

je vous invite à examiner ces propositions, une belle occasion de rendre hommage à Stéphane Hessel, un homme qui n'a jamais renoncé.

Et si on relevait le défi ? moi je n'ai pas envie d'attendre la candidature de recours de Sarkozy et l'effondrement de mon pays et de l'Europe, changeons !

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.