Planète chien

Les puces ont un plan B ; pas les humains.

Deux troupeaux de puces se disputent sur le dos d’un chien.

Partez d’ici : c’est notre chien !

Mais enfin, il a assez de sang pour des centaines de puces !

Oui ; mais si on se multiplie à l’infini, alors qu’on a toutes besoin d’une certaine quantité de sang, on va détraquer sa santé.

Eh bien, on changera de chien : on a un chien B pas loin d’ici.

Ah !? Alors on est moins nulles que les humains !? Ils commencent juste à comprendre qu’ils n’ont pas de planète de rechange.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.