Médica ment : le serment d'hypocrites ?

 

Hippocrate disait que ton aliment soit ton médicament

Hypocrite prescrit que tes médicamenteurs soient ta tristesse quotidienne

Hyperfric te commande de vivre comme si tu étais en deuil de ta naissance
déjà prêt pour ton enterrement

Le salbutamol a été découvert en 1966 par des chercheurs anglais d'une équipe conduite par David Jack au laboratoire Allen and Hanburys (groupe pharmaceutique Glaxo). Commercialisé sous la marque Ventoline dès 1969 en Angleterre, la plupart des asthmatiques vous diront ce médicament miracle, qui stoppe instantanément les crises d'asthme.

La Ventoline n'a été prescrite en France qu'à partir de 1982. Certains patients d'Ile de France en auraient bénéficié dès les années 1970. Jusqu'en 1982, seule la théophylline était prescrite : la crise d'asthme ne commençait à se ralentir qu'au bout de 6 heures d'asphyxie ! L'homéopathie, l'acupuncture, la sophrologie ne pouvaient rien à cette maladie respiratoire quasi mécanique.

Les enfants de France et de Navrant étaient envoyés en cures thermales de trois semaines, notamment à la Bourboule. Des accompagnateurs pour traverser en train de nuit la France. Arriver en Auvergne. Certains enfants n'avaient que 6 ans et passaient trois semaines à appeler leur maman. Ils ne comprenaient pas. Et ces cures thermales n'avaient aucun effet sur l'asthme. En revanche, boire des eaux lourdes cause des problèmes gastriques ultérieurs; les jets d'eau chaude à haute pression perturbent les fausses nasales.

La prescription de cures thermales à tant d'enfants favorisait cependant l'économie... auvergnate...  ...et curieusement dans ces années là, la France avait comme Président un Auvergnat. Lequel ? Mais les deux : Georges Pompidou du Cantal et Valery Giscard d'Estaing tant associé à Chamalières, le Neuilly sur Seine de Clermont-Ferrand. (Et à Chamalières, ça sent le pneu ?)

Quand une décision gouvernementale est prise, c'est bien souvent au profit d'intérêts particuliers.

Monsieur le Président, était-ce le bon choix Madame, bon choix Mademoiselle, bon choix Monsieur ?

les enfants, préparez vos mouchoirs... !

Les crises d'asthme c'est actuellement 1000 morts par an, combien dans les années 1970 ?

Le livre du Dr Robert Soupault, Marcel Proust du côté de la médecine, fait comprendre que faire trop souvent le ménage ne fait que déplacer les poussières et acariens, qui voltigent dans les airs et provoquent éternuements et déclenchent les crises qui associées à l'humidité et aux parfums pétrochimiques peuvent conduire à l'asphyxie. Marcel Proust en était arrivé à faire secouer les tapis une fois par an, lorsqu'il partait en voyage.

A une allergie, un problème de peau correspondent bien souvent une cause extérieure, qu'il faut savoir repérer et éviter. Le responsable peut être recherché dans la chimie des cosmetiques, savons liquides, shampoing. Le Methylchloroisothiazolinone vient d'être incriminé comme allergène très nocif. Nul besoin de soigner le mal par le risque d'un autre mal : c'est à dire soigner une chimie pseudo hygiénique par une autre chimie médica menteuse. Revenir à un savon solide type marseille à l'huile d'argan par exemple, permet de retrouver une peau nette et douce.

Changer la formule d'un médicament sans en avertir les patients ? Mais oui Madame Annie Duperey, les patients sont chargés de con sommer et finir en cobayes. 

A la fin des années 1990 était prescrit le Polydexa en indication nasale. Ce médicament avait pour effet de provoquer une rhinite médicamenteuse durable, causant une obstruction complète du nez. En cas de rhino pharyngite, une simple solution d'eau salée vous rétablira rapidement. 

Il y a bien sûr, pire que cet exemple, pour montrer que cela commence bas dans l'échelle eugéniste de la bascule du rien réduit à pas grand chose.

Dans un documentaire des années 1980 sur André Malraux, un docteur déclarait à propos de Malraux et de ses tocs et phases dirait-on aujourd'hui bipolaires : " on ne pouvait pas abrutir de médicaments un homme comme Malraux, cela n'aurait eu aucun sens. " Mais cela a un sens pour le commun : servir de cobaye, et générer des profits.

Il faut regarder la réalité en face. L'eugénisme de Charles Richet et Alexis Carrel n'a pas disparu comme par enchantement. Une partie de la population ne veut pas le bien de l'humanité, puisqu'une partie du système économique s'enrichit en vendant des drogues légales : chimie des parfums et médicaments, alcool (autre chimie), tabac...

Il est remarquable de constater que les personnes nées dans les années 1920-1930 dépassent maintenant les 90 ans, souvent bon pied, bon oeil. Alors que de nos jours, beaucoup d'enfants meurent avant leurs parents. L'espérance de vie amorce une courbe descendante.  

Beaucoup se joue à la gestation : pesticides, pétrochimie des parfums et des médicaments (c'est la même), perturbateurs endocriniens, cigarette, alcool favorisent les ennuis de santé.

Se méfier de l'hygiénisme à l'américaine. La lecture des étiquettes des produits de pseudo nettoyage, montre que les fabricants se protègent à moyen ou long terme des effets sur la santé. Et bien souvent, l'eau suffit à nettoyer. S'accorder de temps à autre un morceau de sopalin.

Marcher, courir, pratiquer un sport de contact permettent de consolider les os avec un apport quotidien de calcium (amandes, noix, noisettes, légumes), de protéines (poissons, viande sans excès) et 15 minutes de soleil par jour pour la synthèse. Différentes études ont déjà montré que pratiquer un exercice régulier sans besoin de forcer, ne serait-ce que marcher, en plus de rester en bonne santé, prolonge l'espérance de vie. Pratiquer du vélo permet d'entretenir l'organisme.

Le frais, le froid, rire, faire l'amour en prenant le temps : plus c'est long, plus on sécrète des endorphines, sources d'un sommeil récupérateur, sans besoin de cachets, sans dépendance aux anxiolytiques.

La France est tristement championne du monde de consommation d'anxiolytiques, un marronier de journalistes depuis plus de 30 ans !

Les statistiques au lendemain du 18 février 1976 et de " la France a peur " de Roger Gicquel, auraient-elles laissé comprendre aux marchands du temple comment générer de juteux profits ?

Ce n'est plus à qui profite le crime qu'il faut se demander mais à qui profite le fric.
 

Savoir écouter son corps

"le malade, à beaucoup d'égards, sait ce qui lui est bon, ce qui lui est mauvais. Il a une expérience qui vaut au moins la nôtre et devant laquelle on fera sagement de s'incliner"  Professeur Brissard

 

"regardez la vie par vous-même et dites honnêtement au monde ce que vous voyez"      Georg Groddeck

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.