Migrants, le juste retour : où est la fraternité ?

 ces éléments dans le débat

 

Les guerres en Irak, en Afghanistan, en Libye, conduites par des "Républicains", qui n'en ont que le nom.

La guerre en Syrie et notamment Alep qui rappelle des caractéristiques du massacre de la Commune de Paris.

Un essor technologique continu, un gaspillage, un pillage sans pareil

Les changements climatiques...

 

une observation issue du 1er tour de la Présidentielle du 23 avril 2017

le vote Fillon - les "Républicains" :

Paris XVIème 58,46%  -  Paris VIIème 52,70%   -   Paris VIIIème 40,48%
Versailles 42,99%        -  le Vésinet 47,87%       -   Saint Cloud 45,92%   ...

le Touquet 50,80% -  la Baule 45,04%  -   Deauville  45,43%    ...

Megève 58,15%  -  Courchevel 46,99%  -  la Clusaz 57,98%   ...

vous avez compris...

Les stations balnéaires ou d'hiver sont désertes hors saison.

Qui peut bien voter à ce point là pour Fillon au mois d'avril ?

Les propriétaires de résidence secondaire, qui seraient encartés UMP, par hasard ?

Ce ne sont pas les habitants réels qui ont le contrôle de leur ville.

C'est bien la main mise sur le BTP, qui intéresse les affairistes.

 

Ils ont voté pour une mafia qui a créé une situation ingérable en Libye : il doit bien y avoir de la place pour quelques migrants, dans leurs circonscriptions...

Ils connaissent déjà dans leur vocabulaire : "on va s'adapter... "

Et pas un mot sur les migrants du chef de bande des "escrocs, menteurs, manipulateurs..." lors de son grotesque plaidoyer sur TF1 !

Comme ils ont si bien appris à le repéter des gens qui ne font pas partie de leurs bandes organisées : "c'est rien", "ça n'existe pas" !

Cette proposition : embaucher Jean Nouvel pour édifier une tour d'habitation sur le quartier d'affaires de la Défense, périmètre de l'EPAD : une tour symbole d'une fraternité Nord Sud que l'on pourrait appeler la tour de Babel (surnommée Babel Ouest) ...

 

Les vieilles économies européennes ont besoin d'être redynamisées. Nombre de villages en France appellent à de nouveaux habitants. La migration actuelle devrait être vue comme une chance, plutôt qu'un fardeau.

Les USA n'est pas le pays aux pratiques les plus démocratiques, au climat social le plus serein (dû pour une bonne partie à sa culture des armes) mais il est le pays qui suscite le plus d'adhésion, de réussite, d'espoir (et pas seulement grâce à sa force marketing)

Cette richesse des USA est venue des multiples arrivées de migrants.

C'est par le brassage des cultures que l'humanité s'est enrichie, pas dans le repli, pas avec la vanité doctement professée.

La France a réussi l'intégration des différentes vagues italiennes, polonaises... Et pourtant la xénophobie n'était pas exempte à chacune des vagues, créant inquiètude et peur. La France n'a pas encore digéré la guerre d'Algérie, ni semble t-il son passé colonial. Le temps dira si les mentalités économiques, sociales, culturelles et pas seulement religieuses peuvent s'ouvrir.

La grande inconnue est la répartition du travail, permettre à chacun de trouver sa place dans la vie. Là où beaucoup sont surchargés de travail, d'autres n'en ont pas... Le capitalisme et le monétarisme sont en fin de cycle. Déconstruire le travail, déconstruire l'argent

L'appel d'air, vite refermé, d'Angela Merkel a montré cependant le réalisme d'une migration mesurée.

 

 

Les réseaux sociaux d'internet montrent que la plupart des homos sapiens sapiens veulent se retrouver par communauté économique, sociale, culturel et pas seulement religieuse, quitte à ne trouver rapidement qu'ennui aux terrasses de cafés ou ailleurs...

Le danger est de constituer des ghettos, pas seulement physiques mais dans les esprits. Certains homos sapiens sapiens, imbus (de quoi ?) usent de langage, de signes, de silence et autres techniques de préservation de Vortex pour évincer, rejeter, exclure. Ils produisent La "Norme" (quelle Norme).  Donnant par le haut de la pyramide un bien mauvais exemple de mépris, qui se répend ensuite par mimétisme. La vanité porteuse d'avarice. Ringardiser les fausses postures de gentrification qui conduisent aux nouveaux apartheids. L'hunmanité n'est pas arrivée à son âge adulte.

  

C'est la fraternité, l'ouverture qui, par mimétisme, restent à réactiver... trouver le champ des possibles

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.