Karl Lagerfeld ou la fabrique de vanité

Devant floraison d'éloges, apporter au moins une voix de contradiction à la forfaiture de notre temps, où puissance marketing fait la la loi.

 

 

Karl Lagerfeld s'est construit une image de dandy. Une lecture du journal de Charles Baudelaire est de comprendre que le dandysme est avoir pour profession de foi une mentalité infecte. En cela, Karl Lagerfeld n'a pas manqué d'occasions de le prouver. Les petites mains s'en souviennent.

La mode, un de ces milieux à la pointe du nouvel esprit du capitalisme, dans lequel l’exploitation peut prendre des formes anciennes : soudain sous les feux de l'actualité à l'occasion d'un incendie dans une usine au Bangladesh; en moyenne huit sous traitants qui touchent leur commisssion pour arriver à ce genre de désastre; travail non rémunéré pour le "prestige" en France et au passage vol des idées; débat sur le corps des mannequins et mise en concurrence à tout va... Schnell Schnell. De là à comprendre que tout le monde fait la gueule dans ce milieu et par une pluie de mimestismes, une bonne partie de la société...

Nombre de sociologues, comme Catherine Clément, estiment que Karl Lagerfeld a fortement contribué à cette mode anorexique qui s'est développée à partir des années 1980.

Karl Lagerfeld aimait à tricher sur son âge, comme pour minimiser le nombre d'années qu'il n'a pas passées dans les jeunesses hitlériennes. Né en 1933 et non en 1938.

De boulimique dans les années 1990, Karl Lagerfeld est devenu filiforme, comme par osmose des modèles qu'il avait fabriquées. Et pour quel idéal ?

La haute couture ne rapporte pas d'argent. Cette activité sert de vitrine pour vendre la chimie de parfums nocifs. Les scientifiques savent que les parfums pétrochimiques renforcent les maladies respiratoires, les asphyxies, les malformations des nouveaux nés et les cancers. Stop Silence. Karl Lagerfeld était le VRP du luxe et des milliards générés par cette drogue légale, que sont les parfums et autres produits de cosmétique.

Petit florilège des motivations profondes, parfaitement humanistes, généreuses et respectueuses de l'altérité de Karl Lagerfeld:

"Moi mon fond de commerce a toujours été le boulot et travailler plus que les autres pour leur montrer leur inutilité. "

"Cela peut paraitre bizarre, mais je déteste posséder", ou la complexité du collectionneur de 300 000 livres, qu'il n'a donc pas lus.

"Je déteste avoir des conversations intellectuelles. Seule ma propre opinion m'intéresse"

"Je haïssais les enfants, quand j'étais enfant."

« La mode, c’est l’injustice totale, c’est comme ça et c’est tout. »

« Personne n’a envie de voir des femmes rondes sur les podiums, (…) ce sont les grosses bonnes femmes assises avec leur paquet de chips devant la télévision qui disent que les mannequins minces sont hideux. »

« On ne peut pas, même des décennies après, tuer des millions de juifs pour faire venir des millions de leurs pires ennemis. »

Dans la mode il y a deux camps, les stalags et les oflags : les stalags c'est pour les riens, les oflags c'est pour ceux qui sont tellement moins que rien qu'ils sont obligés de cacher leurs angoisses de vivre et la vacuité de leur existence derrière des paravents...

Karl Lagerfeld est mort des suites d'un cancer du pancréas. Coca zéro = cancer du pancréas et de l'estomac ? Un certain nombre de belles gens "détestent" avoir affaire aux matières fécales. Ils ont recours au Coca pour le transit. Je dois à la vérité de dire qu'en matière de transit, rien ne vaut un pruneau d'Agen de temps en temps. Les clés du paradis sont gardées par un bon transit intestinal.

En fait de génie créatif, Karl Lagerfeld se contentait de variations sur les modèles de Coco Chanel. Ses défilés de mode au Grand Palais recouraient à des mises en scène grandiloquentes : chutes d'eau monumentales, fusée qui décolle, tour Eiffel... mises en scène qui tiennent du grand Barnum, pour étourdir spectatrices et spectateurs. A ce jeu là, qui regarde encore les mannequins, et les vêtements ?

Un vrai sens de création venait de Christian Lacroix, qui comme un fait exprès a été lâché.

Karl Lagerfeld incarnait cette société du spectacle, tout en extérieur dont la prétendue élégance et le dandysme sont les paravents d'un système d'asservissement, dont les dirigeants boulimiques ont fini par réactiver les rouages fascistes de leur enfance.

L’univers de la mode perd un sacré monstre, un artiste d’eugéniste méconnu. Une page se tourne, tout en noir.

Rappeler au passage, que Coco Chanel avait dû s'enfuir en septembre 1944 et se réfugier en Suisse pendant 10 ans.

Pourtant, en 1954, âgée de 71 ans, Coco Chanel accepte de rouvrir sa maison sur l'insistance de ses commanditaires, les frères Wertheimer — qu'elle tenta de déposséder pendant l'Occupation — et qui comptent sur sa présence pour relancer la vente des parfums.

C'est bien cette drogue, qui intéresse les affairistes. (LVMH, Kering, l'Oréal...) Rappeler que Maurice Dior, père de Christian Dior, avait une entreprise de chlore et d'engrais chimiques. Rappeler qu'Eugène Schueller, chimiste et créateur de l'Oréal, avait financé la Cagoule.

Laissons à Clotilde Hesme, ce mot du Figaro Madame, pour qualifier Karl Lagerfeld et ce milieu : "savoir qu'ils n'ont aucune estime pour le mérite, me les fait aimer davantage".

Il est permis de croire que ce mot d'empire est l'oeuvre d'un gratte papier du Figaro, voire de l'humour noir, à l'insu de Clotilde.

Dénoncer au passage les dialectiques d'empire : 

Le musée les Arts Premiers - "Jacques Chirac" - se fait aujourd'hui le chantre de conférences sur le luxe (lézard premier) : parce qu'il ne faut pas seulement changer l'économie, il faut changer l'esprit de l'homme et en faire un con sommateur. Le formatage vous fera vous "élever au delà de la dictature du besoin", avoir un horizon d'inaccessibilité, il vous faut accéder à un accessoir Vu, devenir vous même vitrine d'un logo stylé. Parce que tout objet est signifiant, il convient de transcender l'univers des besoins. De l' "authenticité", pas une copie (de l'authen-tics en stock). Les douaniers sont chargés de bloquer les contrefaçons. Les vendeurs sont formés pour choisir leurs clients. 

Des Français se demandent si les hommes politiques touchent un pourcentage sur les marchés publics. Non cela ne va quand même pas jusque là. Il suffit d'endosser profession d'avocat. Avoir de très riches amis qui logent gratis dans un hôtel particulier Lézard Premier.

La vanité est doctement professée dans tous les recoins de France et de navrant; la rumeur court qu'une chair de luxe sera bientôt introduite au Collège de France. 

Il est permis d'espérer qu'une partie de l'humanité se gardera de tomber dans le piège de la vanité.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.