Marcel Hanoun
Abonné·e de Mediapart

26 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 juin 2009

Au sujet de la critique et de Jean-Louis Bory

Il y a trente ans, un homme que je considérais comme un ami, - lui me considérait au moins comme un cinéaste, cet homme, Jean-Louis Bory, se tirait une balle dans le cœur.

Marcel Hanoun
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il y a trente ans, un homme que je considérais comme un ami, - lui me considérait au moins comme un cinéaste, cet homme, Jean-Louis Bory, se tirait une balle dans le cœur.

Aujourd’hui, la critique de cinéma se tire une balle dans le pied et elle se rate.

Je n’ai pas peur d’attaquer la/les critiques car c’est leur suffisance, leur insuffisance, leurs absences, leur « effacement » que je vise, leur fermeture à ce qui est nouveau, inédit, plein. Un critique devrait être lui-même inventeur, découvreur, créateur, son statut devrait n’être que passager, provisoire, occasionnel.

Ce que j’aimais chez Jean-Louis c’est son courage, son intransigeance, son intelligence, son entêtement passionnel, ses doutes et ses certitudes.

Il se battait pour sortir de la clandestinité quelques-uns de mes films qu’il regardait, seul , en face à face, sans être noyé dans un visionnement communautaire, convenu, routinier.

Je voudrais ici, narrer, sans doute naïvement, cette anecdote d’il y a quelques années déjà, l’histoire d’une projection pour 2 ou 3 personnes dont 1 critique, d’un film toujours inédit. La fin de la projection fut d’abord un silence sans temps ni mesure, un silence qui ne trompe pas. Puis le critique dit : « Je suis aussi ému que lorsqu’en ce même lieu je découvris pour la 1ère fois, il y a longtemps, un film traitant du même sujet. » (Je ne nomme pas le film.)

Je me suis dit ; cette réflexion ne peut, ne doit rester intime, elle sera publiée, proclamée à haute voix. Il n’en fut rien. J’avais à tort projeté sur un autre la fausse conception de découverte, de révélation.

Cette conception, nous l’avons partagé avec Jean-Louis Bory jusqu’à ce que son cœur se brisât.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Macron pris au piège des symboles
Pendant cinq ans, le chef de l’État a tenté de construire le récit de son mandat par touches symboliques. Mais de l’affaire Benalla aux vacances de Jean-Michel Blanquer à Ibiza, ce sont d’autres marqueurs qui ont parlé au plus grand nombre et dessiné les contours de son exercice du pouvoir.
par Ellen Salvi
Journal — International
Corruption en Afrique : le protocole Bolloré
Mediapart révèle de nouveaux éléments qui pointent l’implication personnelle de Vincent Bolloré dans l’affaire de corruption présumée de deux chefs d’État pour obtenir la gestion de ports africains. Après l’échec de son plaider-coupable, le milliardaire est présumé innocent en attendant son futur procès.
par Yann Philippin
Journal — Europe
Boris Johnson et le « partygate » : un scandale qui en cache de plus graves
Le chef du gouvernement britannique se démène pour éviter un vote de défiance contre lui. Au-delà de fêtes clandestines organisées en plein confinement, d’autres affaires ont terni sa réputation depuis deux ans, et montrent l’emprise du secteur privé sur sa politique.
par Ludovic Lamant
Journal
Anne Hidalgo face à Mediapart
Ce soir, une invitée face à la rédaction de Mediapart : la maire de Paris et candidate socialiste à l’élection présidentielle.  
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre aux candidats : vous êtes la honte de la France
Course à la punchline, postillonnage de slogans... vous n'avez plus grand chose de politiques. Vous êtes les enfants de bonne famille de la communication. Vous postulez à un rôle de gestionnaire dans l’habit de Grand Sauveur. Mais je suis désolée de vous apprendre que nous ne voulons plus d’homme providentiel. Vous avez trois trains et quelques générations de retard.
par sarah roubato
Billet de blog
Primaire et sixième République : supprimons l'élection présidentielle
La dissolution de l'Assemblée afin que les législatives précèdent la présidentielle devrait être le principal mot d'ordre actuel des partisans d'une sixième République.
par Jean-Pierre Roche
Billet de blog
Présidentielles: penser législatives
La ficelle est grosse et d'autant plus visible qu'elle est utilisée à chaque élection. Mais rien n'y fait, presque tout-le-monde tombe dans le panneau : les médias aux ordres, bien sûr, mais aussi parfois ceux qui ne le sont pas, ainsi que les citoyens, de tous bords. Jusqu'aux dirigeants politiques qui présidentialisent les élections, y compris ceux qui auraient intérêt à ne pas le faire.
par Liliane Baie
Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille