LA GAUCHE AUTHENTIQUE DOIT RASSEMBLER

     ADRESSES À CEUX QUI OCCUPENT DES RESPONSABILITÉS NATIONALES DANS LES PARTIS ET MOUVEMENTS POLITIQUES DE LA GAUCHE AUTHENTIQUE Le temps du peuple n’est pas celui des dirigeants politiques          Bougez-vous et ne nous décevez pas                                                                        8 MAI 2015      Les Chantiers d’Espoir et le Mouvement pour la VI° République sont là pour que les citoyens s’occupent de leurs affaires. Le but est de créer une nouvelle force politique capable d’ouvrir une perspective de réels changements.       C’était déjà ce que souhaitait la majorité de notre peuple lors du référendum qui a repoussé le projet de constitution européenne en 2005. C’était l’objectif des comités antilibéraux de 2006-2007. Mais, pour des raisons qui touchèrent aux égos de partis et de dirigeants politiques, les espoirs de millions de nos concitoyens furent anéantis. Plus tard en 2012, nous étions parvenus à faire bouger le paysage politique avec la candidature du Front de Gauche à l’élection présidentielle. Après une très belle campagne, notre candidat Jean-Luc Mélenchon obtenait une moyenne de 12 % sur le plan national. Ce résultat autour de la belle idée de « l’Humain d’abord » aurait pu fructifier si le FDG avait été uni et largement ouvert aux citoyens. Malheureusement, dès les élections législatives qui suivirent les vieilles habitudes reprenaient le dessus, qui paralysèrent une démarche rassembleuse pourtant prometteuse.

     ADRESSES À CEUX QUI OCCUPENT DES RESPONSABILITÉS NATIONALES

DANS LES PARTIS ET MOUVEMENTS POLITIQUES DE LA GAUCHE AUTHENTIQUE

 

Le temps du peuple n’est pas celui des dirigeants politiques

          Bougez-vous et ne nous décevez pas

                                                                       8 MAI 2015

      Les Chantiers d’Espoir et le Mouvement pour la VI° République sont là pour que les citoyens s’occupent de leurs affaires. Le but est de créer une nouvelle force politique capable d’ouvrir une perspective de réels changements.

       C’était déjà ce que souhaitait la majorité de notre peuple lors du référendum qui a repoussé le projet de constitution européenne en 2005. C’était l’objectif des comités antilibéraux de 2006-2007. Mais, pour des raisons qui touchèrent aux égos de partis et de dirigeants politiques, les espoirs de millions de nos concitoyens furent anéantis. Plus tard en 2012, nous étions parvenus à faire bouger le paysage politique avec la candidature du Front de Gauche à l’élection présidentielle. Après une très belle campagne, notre candidat Jean-Luc Mélenchon obtenait une moyenne de 12 % sur le plan national. Ce résultat autour de la belle idée de « l’Humain d’abord » aurait pu fructifier si le FDG avait été uni et largement ouvert aux citoyens. Malheureusement, dès les élections législatives qui suivirent les vieilles habitudes reprenaient le dessus, qui paralysèrent une démarche rassembleuse pourtant prometteuse.

        Après l’élection de François Hollande, dès l’instant où il s’avérait évident que la politique de ce dernier et du parti socialiste était une politique libérale, il fallait être clair. Tout de suite, sans attendre des mois comme ce fut le cas, le Front de Gauche se devait de marquer sa différence. Les hésitations stratégiques, les confusions politiques nous classant dans la majorité, il était difficile au FDG de ne pas être confondu avec « la gauche » socialiste. Ainsi depuis 2005, une gauche radicale décevante, illisible a favorisé une abstention persistante et une dynamique contestataire au profit du Front National.

       Dix ans de perdus !

       Aussi, n’est-il plus possible d’entendre encore des dirigeants du FDG dire qu’il faut réfléchir, être patients, donner du temps au temps. Les classes populaires de notre pays n’ont plus le temps d’attendre, les jeunes s’impatientent et la grande majorité de notre peuple n’en peut plus d’une société cruellement injuste où la rigueur est toujours pour les mêmes. Il devient particulièrement insupportable de voir s’aggraver la misère des plus démunis alors que des milliers de milliards, volés aux États et aux peuples, s’exonèrent de tout impôt dans les paradis fiscaux. Nous sommes face à la violence politique et à l’arrogance d’une droite radicalisée et revancharde, d’une extrême droite qui pourrait voir son heure de gloire arriver et nous entraîner dans les pires aventures. Nous sommes face à un parti socialiste qui a rompu les amarres avec la belle notion de gauche, pour se transformer peu à peu en un mouvement politique social libéral de droite, et  préparer des solutions de rechange à la Blair ou à la Schroeder.

          Il est donc grand temps de se bouger !

          Bien sûr, il revient au peuple d’assurer lui-même son destin. Et bien des forces sont à l’œuvre dans la société. De nombreux citoyens agissent pour contester les logiques purement financières. Les citoyens engagés, dans leurs syndicats, leurs associations, ou rassemblés en collectifs montrent qu’il y a du répondant.  Mais cela exige aussi que les dirigeants nationaux prennent leurs responsabilités. Alors, faites-le ! Avec la participation de délégués venus de tout le pays  réunissez les organisations constituant le FDG et au-delà. Ensemble, construisez un plan de bataille pour les mois à venir. Décidez d’une position commune à l’égard du PS, celle de l’autonomie électorale et de lutte. Mettez un terme définitif aux petits calculs électoralistes.

           Soyez clairs et novateurs !

           Notre société aura du mal à vivre encore des années d’incertitudes, d’ambiguïtés et de tensions sans que le pays ne coure vers les pires aventures.  Les mois à venir sont décisifs. La droite et son extrême ne sont pas exempts de contradictions et de faiblesses. Le parti socialiste est sorti très affaibli des dernières élections, le doute gagne ses rangs et son électorat. Il y a donc un espace favorable à la gauche authentique et à un bon résultat aux prochaines élections régionales. Des millions d’abstentionnistes ne demandent qu’à être convaincus. Pour cela il faut faire fi de toute désunion, de tout esprit boutiquier, de tout égo de personne et de parti. Ne remettons pas chaque fois le compteur à zéro. Le programme de l’Humain d’abord, n’est pas obsolète. Avec d’autres forces écologistes, progressistes, radicales, contestataires, révolutionnaires, féministes, remettons-le au goût du jour.  Faisons en sorte que les citoyens s’en emparent et l’enrichissent pour en faire une arme contre la fatalité, contre la culpabilisation et la résignation. Sur ce chemin, où devrait dominer l’audace politique, les deux grands quotidiens d’opinion que sont l’HUMANITÉ et LA MARSEILLAISE pourraient jouer un rôle de premier plan. Ils pourraient être des outils précieux tournés vers ce qui bouge, ce qui porte du neuf, tous ces mouvements qui travaillent la société en profondeur, et ainsi les inciter à faire force et sens, à faire alternative ensemble. Ces deux médias aux profondes racines révolutionnaires devraient  ainsi connaître un rayonnement nouveau dans ce noble combat pour l’émancipation du peuple. Nous pourrions peut-être espérer aussi un appui précieux de la part de MEDIAPART attentif à tous les mouvements progressistes de notre société. Quant à « REGARDS » son engagement nous est sans doute acquis d’avance.

          Vous les dirigeants nationaux, qui bénéficiez encore de la confiance de centaines de milliers de français, mettez-vous sans tarder autour d’une table et avec audace, en plaçant l’intérêt du peuple au-dessus de tout, proposez le projet qui donnera des ailes à la gauche authentique. Ensemble, dépassons les formes traditionnelles des partis issues de la délégation de pouvoir, faisons du neuf !

          Le temps presse.

          Notre pays et son peuple ont besoin d’espoir, et sont capables, avec vous, de construire une voie inédite vers des changements véritables.

          On compte sur vous.

          Vous pouvez compter sur nous.

 

Premiers signataires :

BARLES Sylvie : Sophrologue. Parti de Gauche. 13 000

 

BELLAN Nanie : Retraité chercheur. Association Communistes Unitaires – ENSEMBLE.13 000

 

BELLAN Roland : Retraité enseignant. Association Communistes Unitaires – ENSEMBLE.13 000

 

BREGLIANO Jean-Claude : Professeur des Universités Honoraire.13 000

CACCINTOLO Francis : Ancien Vice-Président du Conseil Général. Communiste.13 000

FROSINI Roger : Retraité. Communiste.13 000

 

MILLO André : Ancien Vice-Président du Conseil Général. Communiste.

13 000

MOISDON Maryvonne : Directrice retraitée Education Nationale. Communiste.13 000

PORELLI Vincent : Député Honoraire. Communiste. ENSEMBLE. 13 000

TASSY Marcel : Ancien Député. Communiste. ENSEMBLE. 13 000

 

 

Bien amicalement.

Pour les premiers signataires et pour toute correspondance :

Marcel TASSY ou tassy.marcel@gmail.com

26, boulevard du Roi René

13100 Aix en Provence

 

 

BOUCABEIL Mireille : Retraitée enseignante. Ancienne élue de Gardanne. 13 000

 

BOUCABEIL Gilles : Retraité enseignant. Ancien Président de la Fédération des Conseils de Parents d’Elèves. 13 000

 

EDDI Dominique : Médecin, responsable syndical. Martigues. 13 000

 

GOLBERG Pierre : Ancien Député-Maire de Montluçon. 03 100

 

KOVALTCHOUK Irina : Ingénieur-Architecte. 13000

 

MILLO Monique : Retraitée employée de la Sécurité Sociale. 83000

 

PILLE Sylvie : Agrégée retraitée. Communiste 13 000

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.