marcelhic
Abonné·e de Mediapart

96 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 mai 2017

FI : la preuve du pudding ...

Un bouleversement du paysage politique; une re-politisation des gens. L'élection de Macron rend possible le nouveau projet bonapartiste" avec un gouvernement au dessus des classes et des partis de droite et de gauche"; un enracinement confirmé et en progression du FN- tout perclus de crises qu'il est-; une bonne claque pour la droite qui accentue sa crise de leadership ..

marcelhic
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le bilan des presidentielles en résumé : Un bouleversement du paysage politique; une repolitisation des gens. L'élection de Macron rend  possible le nouveau projet bonapartiste" un gouvernement au dessus des classes  et des partis de droite et de gauche"; un enracimenent confirmé et en progression du FN- tout perclus de crises qu'il est-; une bonne claque pour la droite qui accentue sa crise de leadership; une forte  dynamique affirmée autour de la France Insoumise,  avec l'agonie confirmée du Ps et probable du PC... Une critique profonde du système : avec l'abstention, le vote blanc et nul... Habituellement les législatives confirment  la séquence gagnée par le nouveau président , ce n'est pas sûr  cette fois...

Le grand succès de  JLM avec la France Insoumise est un évènement fort, et vraisemblablement fondateur- avec ses 7 millions d'électeurs et ses 500 000 adhérentEs numériques- . Peu d'entre nous en avait anticipé l'ampleur (  d'autres ont même joué les autruches ou pire). Cela  nous oblige à reconsidérer certaines de nos analyses. Le Front de gauche est donc  mort ( sauf sur les affiches du PCF et dans la memoire de quelques autres ). La FI  s'est imposée avec une grosse dynamique citoyenne autour d'un leader charismatique; pour aller vite  çela pourrait  s'apparenter à Podemos : Iglesias a d'ailleurs partagé  l'apéro de JLM la veille du 1er tour ....

 Je ne reviens pas sur certaines critiques f qui ont été faites à JLM : la méthode de lancement du mouvement,  le fonctionnement du mouvement (discutable), les  influences " populistes de gauche", la difficulté à apréhender la question du FN, la révolution  Syrienne, et l'internationalisme en général .... Ce qui a fait le succès de la FI a aussi engendré des faiblesses. Mais ce serait une grave erreur de ne pas s'investir  dans ce processus qui est incontournable.

 Le désaveu des partis  et du personnel politique incite à leur mise aux rencards, au profit de mouvements comme FI et même LR EM  avec la tendance au  dégagisme. La faiblesse du mouvement social et son incapacité à gagner sur les revendications (loi travail), incite Les Gens à considérer la nation comme protectrice (souverainisme), face aux méfaits du capital triomphant ... Je pense qu'il ne faut pas gloser sur le   caractère nationaliste (la  marseillaise et les drapeaux tricolores ne suffisent pas) , mais effectivement il faut  se coltiner la question des illusions souverainistes ( protectionisme solidaire), qui peuvent nous  éloigner de la prédominance de la lutte de classe y compris au niveau mondial... Et cela renvoie à la stratégie globale sur la question  du peuple que  d'aucun et  sans doute Jlm voudraient fédérer. Notion qui renverait finalement  le  prolétariat à un rôle subalterne puisque  l'opposition de classe aurait été remplacée par l'opposition peuple /oligarchie. 

  Dans la mêle logique, le terme de gauche ne  conviendrait plus. Evidemment le "démantèlement" du prolétariat sous les coups des attaques successives et continues du capital l'ont divisé, rendu peu visible, avec un affaiblissement de la conscience de classse. La socialibéralisation  du Ps, la marginalisation du Pc, l'incapacité de la gauche altermondialiste à peser sur les evènements ont  encouragé ce type d' analyse- juste noter la marginalisation du NPA...  Mais on ne peut  pas nier certaines pertinences  de ces réponses, qui permettent de comprendre cette ascension électorale-donc arrêter avec une certaine suffisance , un peu méprisante-.  Des mouvements comme Nuit Debout  avaient en quelque sorte préparer les esprits. Mais on peut voir aussi  des similitudes avec d'autres pays comme les USA , avec un  double mouvement dynamique et vers Sanders et vers Trump. On aurait aussi, tort d'opposer le concept de gauche à celui de peuple : fédérer le peuple et regrouper la gauche  ne devrait pas être contradictoire......

 Cette émergence massive va peser dans le paysage politique et social- en France mais aussi en Europe, il est trop tôt pour dire de quel poids... Le nombre de députés FI sera bien sûr décisif, de même  sa capacité  à alimenter de ses analyses et objectifs le mouvement social en premier lieu syndical, face au président Macron et au gouvernement Philippe. Le mouvement syndical reste très en deça  des nécessités pour "protéger" le salariat, notamment pour élaborer un projet de transformation sociale ( nouvelle charte d'Amiens) et pour faire converger les luttes...

 Il n'est pas difficile et avec  bon sens- d' écrire qu'il faut rejoindre  la France insoumise. Elle a  remplacé le défunt Front de gauche - resté un quartel et qui n'a  pas réussi ( voulu ?) à s'organiser démocratiquement. Certes  le programme de FI est plus à droite que celui du Fdg, mais plus à gauche que celui de Podemos.  Ce n'est pas un programme anticapitaliste,  il est  d'inspiration Keynésienne( donc réformiste), et toute la dimension autogestionnaire manque  cruellement. L'important est de comprendre que c'est la dynamique qu'il faut rechercher face aux puissants, avant  la pertinence du programme( ou alors  c'est la pertinence du programme qui créee la dynamique). Avec humilité et modestie, nous devons participer à sa construction, à son renforcement à son développement démocratique dans les groupes d'appui. Surtout  nous ne devons   poser aucun des préalables { du style , "il n'est pas assez ceci pas assez cela ...". Vraisemblablement les 500 000 adhérentEs ne perséveront pas toutes et tous, à  mettre la main à la construction de ce mouvement politique. On peut aussi affirmer que d'autres lieux de "radicalisation à gauche" continueront d'émerger... Mais on ne peut pas dire que  jusqu'ici, la plupart des tentatives" basiste" aient été une réussite : Faire front, Chantiers d'Espoir, Appel des cents, d'autres collectifs ou mouvements unitaires ont certes eu des succès d'estime. Souvent ce sont des tentatives pour (par exemple) pallier les deficiences des syndicats. Mais sérieusement,  ce n'est c'est pas grand chose à côté de FI, Idem les tentatives de primaires citoyennes ( Charlotte Marchandise ...).

Je n'ai pas une vision globale du ras de marée FI... Mais  un apercu sur l'Ille et Vilaine... Juste ces quelques chiffres, un meeting de 10 000 ( préparé par plus de 150 militantEs) à mettre en relation avec l'important mouvement de l'an passé contre la loi travail..., 5000 adhésions numériques, un cortège de 500 personnes le 1er mai.  Et pourtant FI s'est construite péniblement , peut être parce que  le Pg avait connu auparavant une sévère crise. Le Pc a fait globalement l'impasse sur la campagne aux présidentielles pour privilégier ses candidatEs aux législatives ( conformément à ce qu'il avait voté majoritairement), soucieux de préservé son appareil (en peril).

Ensemble s'est engagé sur un soutien critique à JLM, il avait tenté en vain, de regrouper pour les législatives les militantEs et  forces militantes  unitaires, sans succès. En fait le terme de "soutien critique" est acceptablable dans une AG, mais  sur le terrain " ... c'est... tu la fais ou pas cette campagne". La seule question était celle de la charte - En fait refuser  cette charte comme préalable , était assez ridicule au regard du "gâteau FI" ... Les groupes d'appui se construisent avec un succès étonnant. Le mien regroupe une trentaine d'adhérentEs  aussi divers que variés, en âge, en profession, en origine syndicale,  politique ( ou pas). Notons l'impact très positif de la campagne FI sur les jeunes, au vu notamment des militants mobilisés.  Le groupe du Blosne a diffusé un tract sur le Premier mai qui était un appel large à rejoindre FI pour travailler ensemble - y compris aux organisations politiques de gauche: "La vraie gauche, la gauche insoumise est vivante et bien vivante ". Certes il nous faudra être vigilant principalement pour exiger un fonctionnement démocratique. Il ne faut pas non plus laisser au Pg" le monopole sa construction". Ceci dit, si Ensemble était rentré plus tôt dans la FI, cela aurait sans doute facilité ces choses  ... 

Il nous faut aujourd'hui  militer pour que  Macron n'aie pas "sa" majorité  de droite a ll'A.N. Cela passe par une campagne active  en faveur des candidatEs FI dans les circonscriptions. C'est là qu'est la dynamique... Aller rechercher un Pc,  un EElv, qui gardent un pied avec le PS , c'est le  contraire que nous devons faire... l'unité "des appareils " n'est pas toujours un gage de réussite ...

 Yves E! Insoumis Rennes 20 Mai 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’encombrant « Monsieur sécurité » de Yannick Jadot écarté de la campagne écolo
Insultes, menaces, intimidations : depuis plusieurs années, militants et élus alertent les responsables d’EELV sur le comportement de Philippe Bouriachi. Ce conseiller régional, qui faisait office de garde du corps de Yannick Jadot, a été écarté de l’équipe de campagne parallèlement à notre enquête. Il dénonce une cabale.
par Mathieu Dejean et Sarah Brethes
Journal — France
Affaire Hulot : Jadot met « en retrait » un pilier de sa campagne
Proche de Nicolas Hulot, Matthieu Orphelin a été mis « en retrait » de la campagne de Yannick Jadot, en raison d’interrogations sur la connaissance qu’il aurait pu avoir des agissements de l’ancien ministre, accusé de violences sexuelles et sexistes. Une « décision courageuse » de la part du candidat écologiste à la présidentielle, salue Sandrine Rousseau.
par Mathieu Dejean
Journal — France
Dans le Béarn, des jeunes empêchés de s’installer en maraîchage bio
La communauté de communes de Pau a lancé un projet de « Ceinture verte » : l’installation d’une dizaine de paysannes et paysans par an autour de l’agglomération. Mais six jeunes sont actuellement suspendus au bon vouloir de la Safer, qui privilégie l’agrandissement des fermes existantes.
par Amélie Poinssot
Journal — France
Le procès des attentats du 13-Novembre
Le procès des attentats du 13-Novembre a débuté mercredi 8 septembre à Paris. Durant neuf mois, vingt accusés vont devoir répondre du rôle qu’ils ont joué dans cette tuerie de masse. Retrouvez ici tous nos articles, reportages, enquêtes et entretiens, et les chroniques de sept victimes des attentats.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Un jour dans ma vie militante : l’Etat réprime impunément des familles à la rue
[Rediffusion] Jeudi 28 octobre, soutenues par Utopia 56, plus de 200 personnes exilées à la rue réclamant l’accès à un hébergement pour passer l’hiver au chaud ont été froidement réprimées. L’Etat via son organe répressif policier est en roue libre. Bénévole au sein de l’association, j’ai été témoin direct de scènes très alarmantes. Il y a urgence. Voici le témoignage détaillé de cette journée.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Militer pour survivre
Quand Metoo à commencé j’étais déjà féministe, parce qu’on m’a expliqué en grandissant que les gens étaient tous égaux, et que le sexisme c’était pas gentil. Ce qu’on ne m’avait pas expliqué c’est à quel point le sexisme est partout, en nous, autour de nous. Comment il forge la moindre de nos pensées. Comment toute la société est régie par des rapports de forces, des privilèges, des oppressions, des classes sociales.
par blaise.c
Billet de blog
Penser la gauche : l'ubérisation des militant·e·s
Les mouvements politiques portent l’ambition de réenchanter la politique. Pour les premier·e·s concerné·e·s, les militant·e·s, l’affaire est moins évidente. S’ils/elles fournissent une main d’oeuvre indispensable au travail de terrain, la désorganisation organisée par les cadres politiques tendent à une véritable ubérisation de leurs pratiques.
par Nicolas Séné
Billet de blog
Faire militance ou faire communauté ?
Plus j'évolue dans le milieu du militantisme virtuel et de terrain, plus il en ressort une chose : l’impression d’impuissance, l’épuisement face à un éternel retour. Il survient une crise, on la dénonce à coups de critiques et d’indignation sur les réseaux, parfois on se mobilise, on tente tant bien que mal d’aider de manière concrète.
par Douce DIBONDO