FI : la preuve du pudding ( 2) ...

En résumé, le bilan des présidentielles et législatives : La période des 40 derniéres années ( dominée par le Ps et la droite issue du gaulisme) est close. L'élection de Macron rend possible le projet bonapartiste dont rêvent depuis longtemps les classes dominantes. Mais ce nouveau bloc historique hégémonique( gauche/centre/droite, entrepreneurs...) construit sur le mode populiste, est fragile.

 Macron a certes perturbé la donne: le FN n'a pas pu continuer sa progression, malgré son enracimenent . La droite traditionnelle a vu sa crise de leadership s'accentuer et son projet concurencé . L'agonie du Ps s'est accentuée ... Mais l'abstention massive et le vote blanc le plombent; ce qui traduit bien une critique profonde du système capitaliste et des institutions de la cinquième ... 

Le deuxième évènement, c'est le succès de JLM avec la France Insoumise : vraisemblablement fondateur- avec ses 7 millions d'électeurs et ses 500 000 adhérentEs numériques. Peu en avait anticipé l'ampleur. Le Front de gauche est mort, la FI s'est imposée avec une forte dynamique citoyenne autour d'un leader charismatique s'apparentant à Podemos Mais plusieurs aspects pourraient en limiter l'ampleur : la méthode de lancement du mouvement, son fonctionnement , les influences " populistes de gauche", la difficulté à apréhender la question du FN et de l'internationalisme en général .... Le succès de la FI a en même temps engendré des faiblesses. Mais ce serait une grave erreur de ne pas considérer ce processus comme décisif et incontournable.
A quoi tient la vague insoumise des présidentielles ?
Le désaveu des partis et du personnel politique a provoqué leur mise aux rencards ( le dégagisme), et permis le developpement de mouvements comme FI , LREM . D'autant que l' incapacité du mouvement social à gagner sur les revendications (retraite,loi travail .../...), incite Les Gens à considérer la nation comme protectrice (souverainisme), face aux méfaits du capital triomphant .... S' Il est fauX de dire que FI est nationaliste ( le drapeau ne fait pas le programme), il faut cependant se coltiner la question des illusions souverainistes ( protectionisme solidaire), qui peuvent nous éloigner de la prédominance de la lutte de classe et de la solidarité internationaliste... Et cela renvoie au debat général sur la question du peuple, avec ses analyses qui renverraient finalement le prolétariat à un rôle subalterne ( ou inexistant) puisque l'opposition de classe aurait été remplacée par l'opposition peuple /oligarchie. 


En même temps, il nous faut conserver le terme de gauche que d'aucuns ne trouvent plus pertinent. Evidemment le "démantèlement" du prolétariat sous les coups des attaques successives et continues du capital l'ont divisé, rendu peu visible, avec un affaiblissement de la conscience de classse. La socialibéralisation du Ps, la marginalisation du Pc, l'incapacité de la gauche altermondialiste à peser sur les évènements ont encouragé ces type d' analyse- Mais on ne peut pas nier certaines pertinences des réponses, qui permettent de comprendre cette ascension électorale- donc soyons modestes. Des mouvements comme Nuit Debout avaient en quelque sorte préparer les esprits. Il y a aussi des similitudes avec d'autres pays comme les USA , avec un double mouvement dynamique et vers Sanders et vers Trump. On aurait aussi, tort d'opposer le concept de gauche à celui de peuple : fédérer le peuple et regrouper la gauche ne devrait pas être contradictoire......
L' émergence de FI va peser dans le paysage politique et social, certes pas autant que laissait espérer les résultats des présidentielle ... Les élus de FI et du PC devront travailler avec le mouvement social et syndical et l'alimenter de leurs analyses et objectifs, face au président Macron et son gouvernement Philippe. Notre inquiétude pourrait venir de ce que le mouvement syndical reste très en deça des nécessités, pour "protéger" le salariat, notamment pour élaborer un projet de transformation sociale ( nouvelle charte d'Amiens) et pour faire converger les luttes...
Pourquoi nous devons construire FI et proposer en son sein, un courant anticapitaliste écologiste et démocratique. Le programme de FI est plus à droite que celui du FdG, mais plus à gauche que celui de Podemos. C'est un programme d'inspiration Keynésienne( donc réformiste), et toute la dimension autogestionnaire manque. L'important est de comprendre que c'est la dynamique qu'il faut rechercher face aux puissants, Avec humilité et modestie, nous devons participer à sa construction, son renforcement à son développement démocratique à partir des groupes d'appui, sans y mettre de préalables, . D'autres lieux de mobilisation et "radicalisation à gauche" continueront d'émerger, style Front social qui pourront pallier les déficiences des syndicats ou de les secouer. 


Quelques repaires sur l'Ille et Vilaine... Un meeting JLM de 10 000 ( préparé par plus de 150 militantEs) à mettre en relation avec l'important mouvement de l'an passé contre la loi travail..., 5000 adhésions numériques, un cortège de 500 personnes le 1er mai, 250 pau meeting des circonscriptions. 15% pour les candidats députés FI sur Rennes au 1er tour . 2 présents au second tour des legislatives Sur la circonscription 35 1 une perte de 10% et 10 O00 voix{ Nous ne faisions pas le poids en terme d'encrage dans la population d'autant que notre electorat jeunes et populaire est le plus éloigné du vote, sans campagne forte sutout télévisuelle} . Rappelons que FI s'est construite péniblement sur le 35 , peut être parce que le Pg avait connu auparavant une sévère crise. Le Pc a fait globalement l'impasse sur la campagne aux présidentielles pour privilégier ses candidatEs aux législatives. Ils se sont lourdement ramassés, malgre( ou a cause) des alliances avec le PS sur Rennes Villejean et Fougères. Idem pour EELV autour des 5%.
Ensemble s'était engagé sur un soutien critique à JLM, apres avoir tenté en vain, de regrouper pour les législatives, les militantEs et forces militantes unitaires. En fait le terme de "soutien critique" est acceptablable dans une AG, mais sur le terrain " ... c'est... tu la fais ou pas cette campagne". La question de la charte s'est révélée pour nous, un non problème ...
Il faut donc aujourd'hui militer dans la France Insoumise, construire démocratiquement les groupes de base, en les faisant vivre par l'autogestion et l'éducation populaire et enfin les coordonner.. C'est là qu'est la dynamique... Inciter le Pc, EELV, la gauche du PS à nous rejoindre . L'important est de prendre racine dans le département pour aider aux mobilisations sociales et préparer les prochaines élections européennes et municipales ...
Yves E! Insoumis Rennes 23 juin 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.