Marceline des Bords de la Mort
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 oct. 2013

Mon micro-Machoscope

Alors moi j'ai pas l'droit de figurer dans le Machoscope de Mediapart parce que je suis une illustre anonyme, mais y a pas que les députées qui subissent la connerie ambiante en politique. Alors je vous raconte mes deux super zanecdotes et vous me racontez les vôtres !

Marceline des Bords de la Mort
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Alors moi j'ai pas l'droit de figurer dans le Machoscope de Mediapart parce que je suis une illustre anonyme, mais y a pas que les députées qui subissent la connerie ambiante en politique. Alors je vous raconte mes deux super zanecdotes et vous me racontez les vôtres !

1ère anecdote :

C'était l'une des premières fois que je distribuais des tracts sur un marché de ma ville, pour les municipales de 2008.

Je m'approche d'un vieux monsieur, je lui tends le papier ; il refuse de le prendre. J'essaye de discuter mais il m'arrête net : « Tu as rien à faire ici toi, tu devrais être à la maison ! Allez, retourne au bled, tu as rien à faire ici ! ».

Séchée. J'en revenais pas. En deux phrases, le gars m'avait catalogué « femme » et, selon son appréciation, « maghrébine ».

Le sexisme (car vu sa tronche y avait peu de chances qu'il vote FN) ne vient pas que du personnel politique, mais aussi - et surtout - des citoyen(ne)s.

2e anecdote :

En 2011, j'avais travaillé sur un dossier politique qui m'avait amenée à saisir le tribunal administratif. Une journaliste du quotidien local m'avait contactée pour m'interroger sur les détails du recours juridique que j'avais déposé en tant que membre d'un parti politique.

Ma démarche s'inscrivait dans une réflexion politique mêlant enjeux juridiques, environnementaux et sociétaux mais la « journaliste » était manifestement davantage intéressée par mon parcours personnel. Elle me posait des questions sur moi, ma vie, mon œuvre, - mais quel mécanisme freudien avait bien pu me pousser à déposer ce recours lacanien ? - au lieu de me poser des questions sur le fond du dossier. La dimension proprement révolutionnaire et cataclysmique de mon recours lui échappait totalement !

Elle n'aurait jamais fait le portrait d'un homme membre d'un parti politique qui conteste un projet devant un tribunal ; comme si faire de la politique pour une femme était plus impliquant personnellement que pour un homme.

Comme si je n'avais pas la même légitimité que n'importe quel homme pour parler politique.

Comme s'il fallait savoir de quels ressorts personnels, enfouis au plus profond de mon être, naissait cette initiative politique.

A la fin de l'échange, on a parlé féminisme toutes les deux. Mais on ne s'est pas compris. J'ai refusé d'être photographiée, j'ai refusé de participer à un article qui parlerait de moi plutôt que des idées que je défendais. Elle a publié son article, sans ma photo, en ne parlant que du fond du sujet, ou presque.

Au moins elle s'est interrogée sur l'utilité de personnaliser des actions politiques. C'est déjà ça. Puis elle a quitté le journal pour élever son gosse. C'est déjà ça.

Conclusion : le sexisme n'est pas que l'affaire des machos.

Il y une absolue nécessité de relever tout ce qui peut apparaître à nos yeux comme du sexisme. Sans agressivité, mais avec fermeté, quand quelque chose titille mon radar anti-sexisme, je le fais remarquer à mon interlocuteur/trice. Au risque d'exagérer parfois l'interprétation d'une remarque plus maladroite que véritablement sexiste. Dans tous les cas, je discute, pour que l'autre se rende compte du sens ou des implications de son comportement, dont il peut ne pas être conscient. Se taire, ce serait cautionner.

Quitte à passer pour une emmerdeuse.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le ministre, l’oligarque et le juge de trop
Avocat, Éric Dupond-Moretti s’en est pris avec virulence à un juge qui faisait trembler Monaco par ses enquêtes. Ministre, il a lancé une enquête disciplinaire contre lui. Mediapart révèle les dessous de cette histoire hors norme et met au jour un nouveau lien entre le garde des Sceaux et un oligarque russe au cœur du scandale. 
par Fabrice Arfi et Antton Rouget
Journal — Extrême droite
Hauts fonctionnaires, cadres sup’ et déçus de la droite : enquête sur les premiers cercles d’Éric Zemmour
Alors qu’Éric Zemmour a promis samedi 22 janvier, à Cannes, de réaliser « l’union des droites », Mediapart a eu accès à la liste interne des 1 000 « VIP » du lancement de sa campagne, en décembre. S’y dessine la sociologie des sympathisants choyés par son parti, Reconquête! : une France issue de la grande bourgeoisie, CSP+ et masculine. Deuxième volet de notre enquête.
par Sébastien Bourdon et Marine Turchi
Journal — Outre-mer
Cette France noire qui vote Le Pen
Le vote en faveur de l’extrême droite progresse de façon continue dans l’outre-mer français depuis 20 ans : le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen est le parti qui y a recueilli le plus de voix au premier tour en 2017. Voici pourquoi cela pourrait continuer.
par Julien Sartre
Journal
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou de Damien Rieu, fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Monsieur le président, aujourd’hui je suis en guerre !
Monsieur le président, je vous fais une lettre que vous ne lirez sûrement jamais, puisque vous et moi ne sommes pas nés du même côté de l’humanité. Si ma blouse est blanche, ma colère est noire et ma déception a la couleur des gouttes de givre sur les carreaux, celle des larmes au bord des yeux. Les larmes, combien en ai-je épongé ? Combien en ai-je contenu ? Et combien en ai-je versé ? Lettre d'une infirmière en burn-out.
par MAURICETTE FALISE
Billet de blog
Les urgences et l'hôpital en burn-out !
On connaît par cœur ce thème souvent à l'ordre du jour de l'actualité, qui plus est en ce moment (une sombre histoire de pandémie). Mais vous ne voyez que le devant de la scène, du moins, ce qu'on veut bien vous montrer. Je vais donc vous exposer l'envers du décor, vous décrire ce que sont vraiment les urgences d’aujourd’hui ! Et il y a fort à parier que si l'ensemble des Français connaissaient ses effets secondaires, il en refuseraient le traitement, au sens propre comme au figuré !
par NorAd4é
Billet de blog
Toulouse : un désert médical est né en décembre au cœur de la ville rose !
[Rediffusion] Questions au gouvernement, mardi 11 décembre, Assemblée nationale, Paris. Fermeture du service de médecine interne à l’hôpital Joseph-Ducuing de Toulouse… Plus de médecine sans dépassement d’honoraires au cœur de la ville rose. Toulouse privée de 40 lits pouvant servir pour les patients Covid (vaccinés ou pas…)  Plus de soins cancer, VIH etc !
par Sebastien Nadot
Billet de blog
L’éthique médicale malade du Covid-19 ? Vers une banalisation du mal
Plus de deux ans maintenant que nous sommes baignés dans cette pandémie du Covid19 qui a lourdement impacté la vie et la santé des français, nos structures de soins, notre organisation sociale, notre accès à l’éducation et à la culture, et enfin notre économie. Lors de cette cinquième vague, nous assistons aussi à un nouvel effet collatéral de la pandémie : l’effritement de notre éthique médicale.
par LAURENT THINES