En 2016, après 4 années de batailles judiciaires, la Cour d’Assises de Bobigny prononçait la relaxe du policier contre l’avis même du procureur qui avait requis une condamnation et enjoint la cour à ne pas accorder de « permis de tuer » aux forces de l’ordre. Le parquet de Paris a finalement fait appel de cette décision, permettant à la famille Bentounsi d’espérer une issue favorable à ce long combat.

Si chaque affaire est unique, et si son combat a évidemment été d’abord motivé par la quête de vérité et justice pour Amine, la famille Bentounsi sait que le procès à venir est aussi l’un des rendez-vous majeurs de la lutte contre la brutalité policière. Elle sait surtout qu’il s’inscrit dans un agenda particulier avec d’un côté, la récente médiatisation de sordides affaires de violences policières et de l’autre, l’approche des élections présidentielles.

Forcément donc, ce procès sera politique.

En 2012, la mort d'Amine, survenue la veille du premier tour de l'élection présidentielle, avait servi à une surenchère politique : le crime était nié, la victime transformée en coupable et l’affaire utilisée pour promouvoir des lois sécuritaires et abusives.

Cinq après, qu’en sera-t-il ?

Amal Bentounsi, grande soeur devenue malgré elle l’une des figures de proue de la lutte contre les violences policières, espère que « justice sera faite » et que « tous les français touchés par la mort d’Adama, le viol de Théo et par toutes les autres histoires, utiliseront ce moment pour pousser plus loin encore la mobilisation. » Elle interpelle citoyens, associations et médias à s’informer sur ces violences et à agir vite.

C’est d’ailleurs dans cette perspective que la famille Bentounsi mais aussi plusieurs autres familles touchées par ces violences feront du mois de mars un mois de mobilisation contre les violences policières. Familles et collectifs ont pensé à tout le monde en préparant ces différents événements. Chacun devrait pouvoir s’y retrouver.

 

Agenda des prochaines mobilisations :

4 mars : Meeting contre les violences policières et hommage à Amadou Koumé, tué par la police en mars 2015 - Bourse du travail de République

6 au 10 mars : Procès du policier Saboundjian - Paris

15 mars : Journée de formation juridique, médiatique, politique : comment s’organiser face aux violences policières ?

19 mars : Marche pour la Justice et la Dignité - organisée notamment par les familles de Lamine Dieng, Wissam El Yamni, Hocine Bouras, Amadou Koumé, Lahoucine Ait Omghar, Abdoulaye Camara, Morad Taout, Ali Ziri, Babacar Gueye, Rémi Fraisse, Jean-Pierre Ferrara, Amine Bentounsi, Théo Luhaka.

25 mars : Marche de protestation contre le non-lieu dans l’affaire Lahoucine Ait Omghar, tué par la police en 2013, à Montigny-en-Gohelle

 

Comment nous soutenir  :https://www.leetchi.com/c/solidarite-de-amal-bentounsi

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.