MarcJ
Individu citoyen de genre neutre
Abonné·e de Mediapart

93 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 févr. 2020

Rififi à l’ « Université » Paris-Saclay

A propos du processus électoral en cours pour les conseils de l'"Université" Paris-Saclay. D'université, il s'agit en fait du regroupement d'établissements d'enseignement supérieur et de recherche hétéroclites. Le but est de faire des partenariats avec les entreprises privées.

MarcJ
Individu citoyen de genre neutre
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Et patatras ! La majorité toute nouvellement élue au conseil d’administration de la toute nouvelle construction institutionnelle dite « Université » Paris-Saclay rejette l’autre moitié du conseil.
C’est qu’à coté des 18 membres élus, le CA doit comporter 18 membres nommés proposés par les chefs des établissements formant ce cluster d’enseignement supérieur et de recherche

Bon, c’est pas vrai, ça n’a pas (encore ?) eu lieu. Mais ce qui est sûr, c’est que le législateur acrobate qui avait rédigé les statuts spéciaux du nouvel établissement « expérimental » n’avait pas prévu qu’une majorité contestataire CGT-FSU puisse émerger des élections au sein du regroupement forcé et hétéroclite d’établissements qui ont le Plateau de Saclay pour décor.

Plateau de Saclay

Il s’agit de l’élection des trois conseils : conseil d’administration (CA), commission de la recherche (CR), commission de la formation et de la vie universitaire (CFVU). La liste CGT-FSU a obtenu près de 6 000 voix contre 4 400 pour la liste portée par Sylvie Retailleau, la présidente sortante vue comme la favorite pour ré-entrer à l’issue du processus.

Le CA doit comporter 36 membres, une moitié d’élus, une moitié de nommés. Avec une particularité : le ou la président.e peut être choisi.e à l’extérieur du CA. C’est pratique car si tout se passe comme prévu, avec 3 représentants politiques locaux, 10 représentants économiques, 5 personnalités du monde académique, tou.te.s choisi.e.s par les chefs d’établissements eux-même nommés par le gouvernement, il n’y a plus de rififi à craindre. En effet la moitié plus un, ça donne une majorité absolue.

Dans l’université business créée à Saclay, celle de l’ « excellence » et du partenariat avec les « startups », où on ne garde que les bons bacheliers - les autres mis dans une entité annexe - on peut aller chercher ses contrats et financements privés et faire payer pour les études au niveau Master. Il paraît d’ailleurs que payer, cela rassure les bons étudiants étrangers. Gratuit ou quasi gratuit, ça attirerait les mauvais étudiants. Mais cette philosophie n’est pas celle des élu.e.s CGT-FSU.

Concernant la gouvernance, elle est bien ficelée par le décret n° 2019-1131 du 5 novembre 2019 définissant l’établissement expérimental Université Paris-Saclay.
Bien ficelée sauf l’article 13 qui détaille la composition du Conseil d’administration.
Car :

« une liste de quinze personnalités [les 10 représentants économiques plus les 5 personnalités du monde académique] du présent article est soumise aux membres élus du conseil d'administration [soumise par les chefs des institutions constituantes] »

Une liste soumise à quoi ? A vote, à consultation, à approbation tacite ? Le décret n’en dit pas plus, ne précise aucune modalité et surtout ne prévoit ni choix alternatif, ni rejet par les élu.e.s. Se voir proposer 15 noms pour 15 places et c’est tout, pour finir avec une majorité absolue choisie par ceux que le gouvernement a lui-même nommé, on comprend qu’il soit préférable de passer vite sur les détails.
Alors que se passera-t-il au CA, avec ses nombreux élus contestataires, quand on lui présentera une liste à nommer ?
C’est à suivre de près et voici le calendrier des opérations :

07/02 : transmission de la liste des nommés aux nouveaux élus du CA (qui ont été élus fin janvier)
13/02 : réunion des élus au CA pour la désignation des nommés
17/02 : clôture des candidatures à la présidence
02/03 : réunion du CA et choix du ou de la président.e (la favorite étant Sylvie Retailleau, la présidente sortante)

Ce qui est intéressant, c'est de constater que les gens des facs et labos connaissent eux-mêmes très mal ce processus, qui leur est trompeusement présenté comme un magnifique exemple de démocratie.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85