Solar Impulse - L'avenir n’est plus ce qu'elle était autrefois

Zurich 16.6.2015

Marco Morosini, Ecole Polytechnique Fédérale de Zurich

Une nouvelle icône est née ces jours-ci. Il s'agit de la silhouette du Solar Impulse, l'avion à la fois fragile et majestueux qui effectue actuellement son premier voyage autour du monde grâce à l'énergie solaire. Parti d'Abu Dhabi le 9 mars, il affrontera bientôt son étape la plus périlleuse: de Nagoya (Japon) aux Hawaii, la traversée du Pacifique en cinq jours. Après deux étapes aux États-Unis, il quittera New York pour traverser l'Atlantique. L'arrivée se fera également à Abu Dhabi, qui abrite le siège de l'IRENA, l'Agence internationale de l'énergie renouvelable, et Masdar City, ville solaire conçue par Sir Norman Foster.

 

Certaines icônes sont appelées à durer.

Si vous cherchez sur le Web "l'une des icônes les plus durables du XXème siècle" ou "l'avion le plus célèbre et reconnaissable du monde", vous ne trouverez pas le Solar Impulse, mais la célébration du glorieux Concorde, le premier et le dernier avion de ligne supersonique, qui a été en service entre 1976 et 2003. Pourtant, au tournant du siècle, une pierre tombale a achevé l'ère du Concorde alors que la première pierre du projet Solar Impulse venait juste d'être posée, en 2003. Ces deux aéronefs révolutionnaires n'ont rien de commun, sauf leur caractère emblématique.

 

Le Concorde, le héraut d'une nouvelle ère

Matériellement et politiquement le Concorde était un poids lourd. Joint-venture financé par les gouvernements français et britannique, ce programme exprimait la grandeur pan-européenne des années 60, bien que les deux gouvernements se disputèrent longtemps sur le "e" final de Concorde. L'avion pesait 184 tonnes, transportait 96 tonnes de kérosène et, potentiellement, 100 passagers - mais 65 en moyenne. Il volait de Londres à New York en trois heures et demie à 2200 kilomètres heure. L'hyperbole abondait: "Arrivez avant de partir! ». Il était la promesse d'avenir de l'aviation : 400 jets supersoniques devaient sillonner les cieux en l'an 2000. Pourtant, ce bijou de technologie a été un fiasco.

 

Comparativement aux avions classiques, le Concorde, deux fois plus rapide, il consommait trois fois plus, et le billet était jusqu'à dix fois plus cher. Il s'agissait essentiellement d'un réservoir géant, comportant une zone relativement petite pour de riches passagers. C'était le seul avion de ligne où le carburant pesait plus que tout le reste. En raison de son bruit excessif au décollage et d'un « bang » assourdissant au moment où il dépassait le mur du son, l'avion fut bientôt interdit sur de larges fractions du territoire.

Puis, dans les années 70 le choc pétrolier changea la donne énergétique mondiale. Bientôt toutes les compagnies aériennes, sauf deux annulèrent leurs commandes. Finalement, les deux entreprises publiques, British Airways et Air France eurent à supporter des coûts exorbitants pour une douzaine d'appareils, tout neufs et  déjà vite obsolètes. Depuis, dans la théorie des jeux "l'effet Concorde"  désigne le moment où un projet est devenu si grand que le coût de l'abandon serait plus élevé que ce qui a déjà été dépensé. Une sorte de "too big to fail» avant l'heure.

Bien que les deux gouvernements aient subventionné une partie des coûts d'investissement, la vente des billets ne couvrait même pas les coûts opérationnels, et encore moins ceux de la recherche, du développement et de la construction. La silhouette du Concorde était mince, mais l'avion était le triomphe de la masse. Cet excès de poids, de puissance et de vitesse générait encore plus de gaspillage d'énergie, de bruit et de pollution de l'air. C'était un avion "futuriste", comme l'aurait voulu Marinetti. L'icône d'un siècle d'excès non durables.

 

Solar Impulse - l'icône d'un siècle nouveau ?

Maintenant, regardez Solar Impulse. Une énorme libellule qui vole avec un léger bourdonnement. Avec son envergure de 72 mètres, il est aussi large que le plus grand avion de ligne au monde, l'Airbus 380, mais ne pèse que 2,3 tonnes. Sa vitesse de croisière est de moins de 100 kilomètres par heure, le projet coûté 100 millions d'euros. Aux prises avec un vent fort, avec une puissance moyenne de seulement 8 chevaux, il ne transporte qu'un seul passager dans des conditions de confort misérables et il décolle à la vitesse d'une bicyclette. Tous ces mots décrivent exactement les particularités de deux avions : le Solar Impulse en 2015, et le Wright Flyer en 1903. Les deux ont démontré des choses jugées jusque là impossibles : pour l'avion de 1903 il s'agissait de voler avec un moteur à combustion, pour celui de 2015 de voler avec des moteurs électriques alimentés par des panneaux solaires. Le moteur à combustion est l'invention qui a changé la face de la terre, ouvrant la voie à un siècle de destruction de l'environnement sans précédent. Quel rôle joueront les technologies actuelles à base d'énergie solaire et renouvelable pour ce siècle ?

 

Sous la bannière solaire

Certains voient dans Solar Impulse un jouet extravagant.  Personne ne s'attend à ce que le photovoltaïque alimente des avions de transport. (Toutefois des implications technologiques positives pourront émerger grâce à ce projet, par exemple dans le domaine des télécommunications. Ce n'est pas un hasard si Google, Swisscom et d'autres grandes industries de haute technologie figurent parmi les sponsors.) Le but du projet, cependant, n'est pas un model de business, mais de démontrer un fait et de promouvoir une idée. Le fait est que la technologie solaire moderne est mure pour relever les défis les plus ambitieux. L'idée est que le siècle qui commence sera celui de l'énergie renouvelable. Cette idée est controversée. Pourtant, c'est peut-être l'idée historiquement la plus importante en circulation. Dans un monde de plus en plus conflictuel, c'est une idée pacifique et pacificatrice. Des dizaines de millions de citoyens, de militants, de politiciens, de scientifiques, d'ingénieurs et d'entrepreneurs de tous horizons en font le pari. C'est une idée ambitieuse, parce qu'elle représente un changement historique pour des milliards de personnes. C'est également une idée pragmatique, car elle indique probablement le seul moyen de sortir de la crise climatique et des conflits internationaux pour l'énergie.

 

100 pour cent de l'énergie à partir de sources renouvelables

Solar Impulse est un prototype expérimental. Mais ce qu'il représente - l'excellence technologique dans les energies renouvelables - est maintenant un fait établi, facteur en croissance rapide sur les marchés du monde. À long terme, le coût unitaire de l'énergie renouvelable continue de diminuer, tandis que les coûts de l'énergie atomique et pour la plupart des combustibles fossiles augmentent ou sont volatils. Bien que considérée comme irréaliste par beaucoup, la vision d'une Europe qui va produire son électricité et la quasi-totalité de son approvisionnement en énergie à partir de sources renouvelables mobilise un nombre croissant de scientifiques, d'ingénieurs, d'investisseurs et de politiques.

 

Ce n'est pas une coïncidence si les fondateurs et les pilotes de Solar Impulse, Bertrand Piccard et André Borschberg, sont suisses, tout comme la technologie de cet avion. Le gouvernement suisse a décidé en 2002 de faire de la Suisse une «Société à 2000 watts» d'ici la seconde moitié de ce siècle. Cela implique une réduction des deux tiers de la consommation d'énergie primaire par habitant. Le principe est de s'appuyer prioritairement sur les énergies renouvelables et d'abandonner pratiquement les combustibles fossiles. Si l'énergie renouvelable permet de survoler la terre entière - disent les pionniers du projet - il parait évident qu'elle peut aussi alimenter un réfrigérateur ou un ascenseur, soit par l'intermédiaire du réseau électrique ou même directement. Schindler, un autre entreprise suisse sponsor de Solar Impulse, commercialise d'ailleurs déjà un ascenseur solaire.

 

Si la forme de Solar Impulse deviendra une icône populaire d'une ère de l'énergie renouvelable et en accélérera l'avènement, ce sera là sa plus importante réalisation. Décidément, si l'on compare les icônes du Concorde et le Solar Impulse, l'avenir n'est plus ce qu'il était !

 solarimpulse.com (route, cockpit, video in real time)

http://www.futureisclean.org

 

https://www.youtube.com/user/SolarImpulseChannel

http://info.solarimpulse.com/en/our-adventure/the-first-round-the-world-solar-flight/#.VQEsnFr5F94

http://it.wikipedia.org/wiki/Solar_Impulse

 

Social media:

https://www.facebook.com/solarimpulse

https://twitter.com/solarimpulse

https://plus.google.com/+solarimpulse

https://instagram.com/solarimpulse

https://www.linkedin.com/company/solar-impulse-around-the-world-in-a-solar-airplane

https://www.pinterest.com/solarimpulse/

https://instagram.com/solarimpulse

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.