marcsolo
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 juil. 2019

1371 personnes arrêtées à Moscou pendant une manifestation

Un des grands sujets de ces derniers jours en Russie: le refus d'enregistrer des candidats indépendants par la commission électorale aux élections municipales de Moscou

marcsolo
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il a été interdit aux plusieurs candidats d'opposition tels que Lioubov Sobol, Ilya Iachine, Ivan Jdanov, Dmitri Goudkov et d'autres de participer aux élections municipales dans la Douma de Moscou. La commission a établi qu'une partie des signatures nécessaires pour se présenter aux élections étaient fausses pour tous ces candidats. Une enquête a été menée par des experts indépendants qui ont prouvé la validité de toutes les signatures. Il a été par ailleurs démontré comment ces signatures ont été "faussées": pendant l'enregistrement des signatures, un chiffre supplémentaire a été rajouté aux numéros des pièces d'identité des signataires, rendant ainsi les signatures invalides. Tous les candidats refusés ont mené une vraie campagne électorale ce que les candidats du parti Russie Unie, le parti dirigeant, n'ont pas l'habitude de faire.

Lioubov Sobol et Ivan Jdanov font partie de la Fondation anti-corruption dirigée par Alexeï Navalny, la figure d'opposition principale contre Vladimir Poutine. Navalny a été arrêté samedi dernier pour une durée de 30 jours après avoir proposé d'organiser une marche de manifestants qui se tient aujourd'hui. Ce n'est pas inhabituel de voir Navalny se faire arrêter avant ou au début des manifestations qu'il organise.

Le 14 juillet, ayant appris le refus d'enregistrement, Lioubov Sobol a déclaré une grève de la faim qu'elle n'a pas l'intention d'arrêter avant de rencontrer la présidente de la commission Ella Pamphilova et de se voir accorder l'accès aux élections. 

Depuis la nouvelle du refus, les candidats indépendants et leurs sympatisants se retrouvent sur la placa Troubnaïa. Le comité d'enquête a engagé des poursuites pénales selon l'article 141 du code pénal russe qui traite de l'obstruction au travail de la commission électorale. Il n'y a pas encore de suspects dans cette affaire, mais depuis le 24 juillet la police convoque les candidats et effectue des perquisitions dans leurs appartements.

Aujourd'hui, une manifestation de soutien aux candidats a lieu devant la mairie de Moscou. Des milliers de personnes sont venues participer, et des confrontations régulières ont eu lieu avec des policiers qui n'hésitent pas à utiliser des matraques et du gaz contre des participants. 1371 personnes ont été arrêtées, parmi les arrêtés quelques personnes n'ayant pas de rapport avec la manifestation, mais se trouvant juste sur le chemin des policiers. Ce nombre est un record depuis les grandes manifestations de 2012 après l'investiture de Vladimir Poutine. En même temps, des perquisitions ont eu lieu dans les bureaux de la Fondation anti-corruption et des chaînes d'information indépendantes comme la chaîne de télévision Dojd' qui diffuse la manifestation.

Une nouvelle manifestation est prévue pour le 3 août.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
Affaire Darty : cinq mises en examen pour blanchiment et association de malfaiteurs
En juillet 2021, Mediapart révélait un système d’encaissement illégal d’argent liquide au sein du groupe Fnac-Darty. Depuis, quatre directeurs de magasins Darty et un directeur régional ont été mis en examen. Selon de nouveaux documents et témoignages, de nombreux cadres dirigeants du groupe auraient eu connaissance de ces opérations réalisées dans toute la France, au-dessus des seuils légaux. 
par Nicolas Vescovacci
Journal — Maghreb
En Libye, l’impasse politique provoque la colère sociale
Un an et demi après le cessez-le-feu, le pays est bloqué, à nouveau divisé entre le camp du maréchal Haftar, à l’est, et le gouvernement reconnu par l’ONU, à l’ouest. À l’instabilité politique s’ajoute une crise sociale alarmante.
par Ariane Lavrilleux
Journal — Éducation
Au Burundi, un proviseur français accusé de harcèlement reste en poste
Accusé de harcèlement, de sexisme et de recours à la prostitution, le proviseur de l’école française de Bujumbura est toujours en poste, malgré de nombreuses alertes à l’ambassade de France et au ministère des affaires étrangères.
par Justine Brabant
Journal — Europe
L’Ukraine profite de la guerre pour accélérer les réformes ultralibérales
Quatre mois après le début de l’invasion, l’économie ukrainienne est en ruine. Ce qui n’empêche pas le gouvernement de procéder à une destruction méthodique du code du travail.
par Laurent Geslin

La sélection du Club

Billet d’édition
La révolution, le martyr et l’avenir
Comme toute chose périssable, une Révolution peut-elle vieillir ? Au rendez-vous des célébrations décennales, elle est convoquée au gré des humeurs présentes. La Révolution se met à la table des incertitudes du moment, quand elle n’est pas mobilisée en morphine mémorielle afin d’endormir les espérances d’émancipation encore vivaces.
par Amine K.
Billet de blog
Abd el Kader au Mucem : une vision coloniale de l'Émir
La grande exposition de l'été du Mucem est consacrée à Abd el Kader, grand résistant algérien à l’invasion coloniale. On pourrait y voir le signe d'une avancée dans la reconnaissance du caractère illégitime de l'entreprise coloniale. Il n'en est rien. Derrière une beauté formelle se dissimule la même vision coloniale du « bon » rebelle Algérien, à l'opposé des « mauvais fellaghas » de 1954.
par Pierre Daum
Billet d’édition
Le purgatoire de grand-père
Dès les premiers instants au camp de Saint-Maurice-l’ardoise, grand-père s’isola. Près des barbelés, les yeux rivés vers l’horizon. Il se rappelait l’enfer. La barbarie dont il avait été témoin. Il avait vu le pire grand-père. La mort qui l’avait frôlé de si peu. Ils avaient tous survécu. Ses enfants, son épouse et lui étaient vivants. Ils étaient ensemble, réunis. C’était déjà un miracle.
par Sophia petite-fille de Harkis
Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
[Rediffusion] Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison