Derrière les slogans de V. Pécresse et de V.Jeanbrun, une effarante réalité

Slogans versus réalité. Dans ce billet, je confronte les slogans de Valérie Pécresse et de son poulain Vincent Jeanbrun, maire de l'haÿ-les-Roses à la triste réalité. V.Jeanbrun détruit ce qu'il nous reste de nature en ville, deux squares arborés, dont le square bouclier protecteur de la Roseraie, mère des roseraies, directement menacée par cette destruction.

le-on-jouahaux-mediapart
Depuis 2014, le maire de l’Haÿ-les-Roses s’appelle Vincent Jeanbrun, ex LR devenu Libres !

Vincent Jeanbrun, anciennement responsable des jeunes LR du 92 et attaché parlementaire de Valérie Pécresse, a été élu maire de l’Haÿ-les-Roses en 2014 et conseiller régional en 2015. Monsieur Jeanbrun parle la langue de Mme Pécresse et c’est grâce à cela qu’il est depuis peu « vice-président » de la région Ile de France et porte parole de Libres !

 A l’Haÿ-les-Roses, nous pratiquons V.Jeanbrun depuis 5ans et demi. Nous avons appris à décoder son langage truffé de slogans boursouflés. La traduction est violente, mais directe, implacable. Sur le terrain, on en sait quelque chose.

Les propos de V. Jeanbrun font inlassablement écho à ceux de la présidente de la région Ile de France. Lorsqu’elle déclare :« Il y a urgence climatique ! », il embraye : «  A l’Haÿ-les-Roses, j’ai fait voter en conseil municipal l’Agenda 21 qui entre dans sa phase d’élaboration d’un plan d’actions en 5 ans ». La traduction ne se fait pas attendre. Il détruit illico et sous les feux ardents de la canicule(fin août 2019), un bel espace vert arboré qui célébrait Léon Jouhaux et son Nobel de la paix. Le lendemain, il trépigne déjà d’impatience d’en détruire un second, à proximité immédiate de la Roseraie, inscrite à l’inventaire des monuments historiques, réserve exceptionnelle de biodiversité. « Je veux valoriser cette roseraie », martèle-t-il. Traduction : Il confie à Citallios et Emerige la construction d’un complexe de luxe collé au jardin de roses, projet sacrifiant le square du centre ville et ses grands arbres tutélaires et abandonnant délibérément le chef d’oeuvre à l’emprise implacable et délétère du béton.

Notre tandem n’en est pas à quelques dizaines d’arbres près. L’alléchant business que représente le projet avec « vue imprenable » sur la Roseraie, vaut bien une messe. Lors du 70ème anniversaire de l’union internationale pour la conservation de la nature, en août 18, Valérie Pécresse y a déclamé tout son amour pour la biodiversité : « La biodiversité sera au cœur des actions du conseil régional d’Ile de France ».

Cette passion a resurgi le 21 novembre 2019 dans la « Stratégie régionale pour la biodiversité », votée par les élus de la région IDF. Non, je ne rêve pas. Valérie s’élance vers la postérité, portée par un amour de la nature qui nous impressionne vraiment… A l’Haÿ-les-Roses, son porte-parole V.Jeanbrun renchérit et clame, la main sur le cœur, ses grandes résolutions en faveur de l’écologie et de la biodiversité.

La réalité, elle, ne trompe pas. A l’Haÿ-les-Roses, les tronçonneuses, les bulldozers, pulvérisent envers et contre tout, les arbres, les squares. Les canicules, la santé des citoyens, les bienfaits des squares arborés, la protection de la biodiversité, on ne connaît pas. L’Haÿ-les-Roses ne doit pas être vivable, elle doit être rentable. Nous qui sommes sur le front,  pouvons témoigner: derrière les mots se cachent les mauvais desseins.

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.