Margot Ginek
Abonné·e de Mediapart

73 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 déc. 2021

Comment les Pécresse boys crament le patrimoine

Valérie Pécresse et ses boys crament la caisse, crament le patrimoine, crament l’environnement et sa biodiversité, crament l’avenir de nos enfants.

Margot Ginek
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Valérie Pécresse et Vincent Jeanbrun, le maire, crament la caisse, crament le patrimoine, crament l’environnement et sa biodiversité, crament l’avenir de nos enfants.

Le Pécresse boy et maire de l’Haÿ-les-Roses,Vincent Jeanbrun crame tout, les maisons historiques, les arbres, les squares, les pelouses. Il enrobe tout, il pave tout , il bétonne tout et ses projets crament aussi la caisse de la ville.

Un square de 7000m2 indissociable de la Roseraie historique a été cramé et livré gratis à une promotion immobilière strictement privée et un supermarché de type Monoprix. Les habitants avaient de grands arbres pour se protéger du soleil. Ils auront une petite place pavée sans ombre. Les préfets, (Val de Marne, Région), la sous préfète de l’Haÿ-les-Roses, l’Architecte des Bâtiments de France ont émis un avis favorable à cette opération, la cour d’appel de Paris et le Conseil d’Etat aussi,.

Un peu plus loin, c’est une autre opération inutile, ruineuse et rétrograde qui a cramé le cadre de vie des habitants. 

Une halle marchande construite en 2020, a détruit un square de 4000m2 et ses grands arbres qui absorbaient le CO2 du trafic de la départementale Fresnes-Porte d’Italie. C’était d’ailleurs le seul espace arboré le long de cet axe très fréquenté.

Eaux de Paris a donné l’autorisation pour la construction de ce bâtiment juste à côté de l’Aqueduc de la Vanne qui alimente les Parisiens en eau potable. C’est la seule autorisation de construction qui ait été donnée sur l’ensemble du parcours de l’Aqueduc.

Sur le site « Maison de banlieue et de l’Architecture »,on peut lire :

Même souterrain, l’aqueduc est un élément marquant du paysage car il forme une ligne continue, inconstructible, dans le tissu urbain.

A l’Haÿ, on a construit une halle de 2000m2

Sur le site de la Fédération pour la circulation douce en Essonne, je lis :

Pour pouvoir aménager l'Aqueduc, le Département a longuement négocié avec la SAGEP, la Société anonyme des eaux de Paris, qui a la responsabilité de la gestion et de l'entretien de l'Aqueduc de la Vanne et du Loing. La SAGEP a clairement donné ses conditions pour autoriser l'utilisation de l'emprise pour les circulations douces. La SAGEP a toujours été très méfiante à l'égard des cyclistes, craignant que les mobylettes suivent apportant des pollutions par infiltration et créant des vibrations. Une convention a été signée avec la SAGEP en 2005, dans laquelle elle donne de strictes réserves. En 2006 une convention a été signée avec la Communauté d'Agglomération des Lacs de l'Essonne. 

Et aussi : 

Les travaux présentaient une difficulté particulière pour la réalisation de cette promenade : les engins lourds et camions ne pouvaient pas être utilisés pour ne pas ébranler les tuyauteries enterrées à entre 50 cm et 1m.

 Ici, on a détruit un square et fait des travaux très lourds pendant six mois, un parking souterrain sur deux étages, une halle de 2000m2. On peut imaginer le nombre de gros engins de chantier qui ont circulé sur et à proximité immédiate de l’aqueduc. Ici aussi, les tuyauteries sont aussi à fleur de terre. Et on se moque de risquer de les ébranler, d’apporter des « pollutions par infiltration ». On a oublié que dans ces tuyauteries, coule l’eau « potable » pour les Parisiens.

 Dans le journal du Grand Paris, je découvre qu’Eau de Paris œuvre en faveur de l’écologie et souhaite préserver les espèces végétales et animales: 

 L’objectif du projet est double : aménager une voie verte pour les piétons et les cyclistes, mais aussi renforcer l’intérêt écologique du site.

 « Ce projet valorise un patrimoine historique hérité d’Haussmann et Belgrand, et est une parfaite illustration de la politique d’Eau de Paris en faveur du développement durable des territoires »(…) « Les aqueducs d’Eau de Paris constituent une véritable trame verte, continuité écologique aussi essentielle à la qualité de vie des habitants qu’utile à la préservation des espèces végétales et animales », souligne l’entreprise publique

Ici, on a détruit toute la biodiversité qui habitait ce square public, tous les arbres et toute la faune. Oubliée, la politique d’eau de Paris en faveur du développement durable.

Les courriers au préfet, à la sous préfète, à Eaux de Paris, un recours au TA n’ont rien changé. Le projet a été réalisé. La Halle, terminée depuis mars 2021, n’ouvrira qu’en mars 22. Elle est devenue pour les l’Haÿssiens la halle fantôme, la halle qui nous prive d’un square arboré depuis un an et demi. Elle s’inscrit dans un plan d’aménagement qui prévoit aussi la cession gratis d’un terrain public de 12000 m2 à l’aménageur Citallios.

 Nous avions un grand marché couvert, ouvert deux matinées par semaine, qui satisfaisait tout le monde. Nous aurons une halle marchande plus petite ouverte 6 jours sur 7, avec des produits ciblés plus chers. Des grossistes de Rungis débarquent avec leurs produits traiteurs, pâtés en croûte, gratins d’andouillette, tripes à la rose, mais aussi fromages, fruits secs, aromates, champagnes,R etc... C’est l’appellation « gastronomique » qui fait vendre cher, et encore plus cher quand on lui accole le terme « bio ». On préférait le marché populaire et le square qui nous apportait de la fraîcheur lors des canicules.

La facilité avec laquelle le Pécresse boy a obtenu toutes les autorisations alors que ces opérations sont réalisées sur des zones historiques donc remarquables et fragiles, pose question.

Un article récent du Canard Enchaîné apporte peut-être un début de réponse. Où il est question de l’influent P. Stefanini, ancien préfet de région. Où l’on découvre son entregent pour faciliter les affaires du promoteur Emerige. Tiens, tiens, Emerige est justement le promoteur qui a le marché des trois barres bling bling à l’orée de la Roseraie…Où l’on découvre que P.Stefanini est très proche de Pierre Bédier, le fondateur de la SEM Citallios. Tiens, tiens, Citallios a justement été choisie par notre Pécresse boy pour les deux projets, Roseraie et Aqueduc de la Vanne… Mais au fait, Stefanini est le directeur de campagne de Pécresse, comme il a été celui de Fillon. A l’époque, V.Jeanbrun, comme V.Pécresse,   soutenait Fillon. Depuis qu’il est maire (2014),V.Jeanbrun est à fond pour V.Pécresse dont il a été attaché parlementaire et V.Pécresse est à fond pour l’Haÿ-les-Roses qu’elle a arrosée de multiples subventions.

Cerise sur le gâteau ou plutôt sur le pâté, le premier maire adjoint de l’Haÿ-les-Roses, délégué aux finances est grossiste à Rungis depuis 40 ans et possède plusieurs sociétés spécialisées dans la vente et la fabrication de produits de charcuterie, dits"gastronomiques ". Or je vois qu’il est prévu dans la nouvelle halle un nombre très important d’étals dédiés à cette activité, au moins 10 sur 28. Pure coïncidence me dira t-on…

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Agriculture
« Le recul démographique du monde agricole n’est pas une fatalité »
Moins 100 000 fermes en dix ans : c’est le résultat du recensement rendu public le mois dernier par le ministère de l’agriculture. Face à l’hémorragie, le retour à un pilotage par l’État et à des politiques publiques volontaristes est nécessaire, selon la sociologue Véronique Lucas.
par Amélie Poinssot
Journal — Europe
Dans leur bastion de l’Alentejo, les communistes portugais résistent au déclin
Lors des législatives anticipées qui se déroulent dimanche, le Parti communiste, tout juste centenaire, espère limiter la casse, malgré la poussée socialiste dans certains de ses bastions, dont l’Alentejo. En embuscade, l’extrême droite de Chega lorgne vers d’anciens électeurs du PCP.
par Ludovic Lamant
Journal
En Syrie, la plus grande prison au monde de djihadistes tombe aux mains… des djihadistes
L’État islamique s’est emparé pendant une semaine d’un centre de détention à Hassaké, obligeant l’armée américaine à intervenir. Des dizaines de prisonniers sont en fuite. Pour les Forces démocratiques syriennes, le retour du phénix djihadiste est une très mauvaise nouvelle.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau