Masques, l'indécence des frimeurs

Il est normal que les masques soient payés sur les budgets publics de l’Etat, des régions, des mairies, de l’Europe aussi. Ce sont les contribuables anonymes qui les paient. En revanche, il est totalement indécent que réapparaissent les méthodes des rois de la com’ politique

Dans la lutte contre la pandémie, il y a tous les anonymes qui vont au front pour se battre au péril de leur vie comme les soignants, qui n’ont même pas les masques dont ils ont besoin (article Médiapart du 26 avril : Faute de protection, des soignants souffrent, contaminent et succombent) et toutes celles et tous ceux qui travaillent bénévolement sans jamais s’exhiber devant les caméras (article Médiapart :La colère des couturières de masques, lasses de travailler gratuitement)

Et il y a ceux qui en profitent pour se mettre en avant.

Les ratés des masques, c’est une occasion en or pour tous les profiteurs.

Il est normal que les masques soient payés sur les budgets publics de l’Etat, des régions, des mairies, de l’Europe aussi. Ce sont les contribuables anonymes qui les paient.

Il est normal que ces masques soient gratuits pour tous et  qu’ils soient de qualité.

En revanche, il est totalement indécent que réapparaissent les méthodes des rois de la com’ politique qui associent leur nom et leur image à la distribution des masques dits « gratuits » avec un message qui suggère « c’est moi qui vous l’offre ».

 Parmi les rois de la com’ politique, comme d’habitude, on retrouve la fine équipe de l’Ile de France, Valérie Pécresse et Vincent Jeanbrun, maire de l’Haÿ-les-Roses (94), ancien attaché parlementaire de Valérie Pécresse, vice président de la région IDF.

Quelle aubaine pour ces politiciens narcissiques et carriéristes ! La distribution des masques ? Un bon plan pour parader avec photos à gogo. Ici, un aperçu de la mise en scène de Valérie Pécresse avec « ses » dons de masques.) (photo). Les cartons sont tournés du bon côté et Mme Pécresse fait la pose, à visage découvert de préférence. 

pe-cresse-sabots
 … Yann Barthès, dans Morning Glory, nous montre les méthodes de com’ « gros sabots » de la présidente de la région IdF.

 

Vincent Jeanbrun, dans le sillage de V.Pécresse, a saisi l’opportunité au vol C’est « nous qui offrons » les masques ! Voici depuis avril, ce politicien  devenu, le temps des photos,  manutentionnaire et livreur de masques, et avec un salaire autrement plus élevé que celui d’un vrai livreur, compte tenu de ses indemnités multiples. Une «  bonne action » qui n’est pas innocente. Il compte bien tirer profit politique de ces masques, et de ses photos avec ses amis. En réalité, V. Jeanbrun ne brille guère par son empathie. En cette période de confinement, il a refusé toute aide aux personnes précaires de l’Haÿ-les-Roses et a été finalement condamné par le Tribunal administratif, le 22 avril, ainsi que 3 autres maires du 94 à « satisfaire aux normes sanitaires dans les squats et bidonvilles. » Bien évidemment, il ne s’en est pas vanté.

ldh-jb-roms-22-avril-2

Mais il s’est donné à fond dans les masques et a inondé les réseaux sociaux de photos de ses livraisons « gratuites » aux maires de l’EPT12  (Etablissement public territorial n°12), au président de l’EPT 12, Michel Leprêtre, à C.Favier, président du Conseil général du Val de Marne (le département du val de Marne est « propriétaire » de la fameuse Roseraie de l’Haÿ), tous, acteurs incontournables dont il a besoin pour l’aménagement et la construction de la résidence de luxe surplombant la Roseraie ,son projet phare controversé car catastrophique. D’où son zèle de livreur de masques « gratuits ».

jeanbrun-masques-pour-blog

 

Les profiteurs de la com’ ont livré aussi en masques leurs amis candidats au deuxième tour des municipales (article le Parisien, Ile de France : Quand les municipales s’invitent dans la distribution de masques, 20 avril 2020). C’est ainsi qu’ Antoine Madelin (29 ans), très proche ami de Vincent Jeanbrun, candidat aux élections municipales à Fresnes et Directeur des Relations publiques et institutionnelles auprès de VJeanbrun à la mairie de l’Haÿ-les-Roses depuis 2014, a récupéré des masques de ses amis et a continué tranquillement sa campagne électorale à Fresnes en les "offrant" aux commerçants de la ville...

 

 A présent, dans toutes les villes, c’est la distribution de masques barrière grand public avant le déconfinement du 11 mai.

A l’Haÿ-les-Roses, V.Jeanbrun se vante d’ « offrir », 2 masques lavables en tissu à chaque L’Haÿssien », masques payés par les contribuables, 

Pour la distribution, il a choisi tout un tralala avec file d’attente et don personnalisé, laissant sous-entendre que c’est Mr le Maire qui remet personnellement les masques.

Mais d'ailleurs, quels masques ?

Le site de la mairie de l’Haÿ-les-Roses livre les informations suivantes :

« Les masques commandés sont d'une qualité nettement supérieure à une fabrication artisanale. Ils sont composés de 3 couches spécifiques : une couche extérieure en micro-polyester pour la filtration, une couche intermédiaire traitée à base d’argent ionique pour assurer une protection hygiénique et une couche intérieure 100% coton contre la bouche. Les masques sont lavables en machine à 60 degrés pour leur désinfection et sont lavables plus de 50 fois. »

La description sanitaire est insuffisante. Pas de norme AFNOR SPEC S76-001. Pas d’homologation DGA respirabilité, filtration, la nature du tissu intermédiaire non mentionnée, etc…

L’expression « couche intermédiaire traitée à base d’argent ionique… » interpelle. Une petite enquête s’impose.

  • Ces masques utilisent de « l’argent ionique » et ne sont donc pas chimiquement neutres, contrairement à la quasi-totalité des masques en tissu utilisés en France qui sont donc garantis non-toxiques , comme les masques qui suivent les normes AFNOR ;

 

       2      L’argent ionique est utilisé dans les tissus pour ses propriétés antibactériennes et anti-odeur (fabrication de chaussettes, alèses, couches, culottes menstruelles lavables...).

  • Ces tissus avec argent ionique ont été testés pour leur non-toxicité au contact de la peau, mais non pas en inhalation continue (avec environ 60 000 inhalations prévues, 300/h x 4h/jour x 50 jours de vie du masque).

 

  • Sur le site Alibaba qui propose 3 000 types de masques antibactériens (on sait que Pécresse s’est fournie en Chine)
    jeanbrun-alibaba-2018
    , on trouve comme fabricant probable de ces masques Guangzhou February Webbing Co, qui décrit le procédé Silvadur breveté par DowDupont pour l’argent ionique. Ce procédé est garanti non-toxique pour la peau (certification européenne REACH), mais sa toxicité n’a pas été testée pour l’inhalation continue (utilisation non-conventionnelle, il faut l’admettre, comme couche intermédiaire d’un masque). Il semble nécessaire d’en avoir confirmation.

 

  • Dans le cas d’un masque, avec environ 60 000 inhalations par masque, l’argent ionique peut être absorbé par les poumons, passer dans la circulation, et atteindre le système nerveux où il a potentiellement un effet toxique sur les neurones et les synapses, donc sur le cerveau, en particulier pour les personnes âgées, les femmes enceintes et les enfants. Compte tenu de l’incertitude, des tests sont nécessaires.

 

Conclusion : Etant donné que la toxicité potentielle de l’argent ionique en inhalation continue, n’a jamais été testée, que la couche traitée à l’argent ionique n’est nullement antivirale, étant donné la disponibilité très importante de masques barrière dont on est sûr qu’ils sont sans dangers potentiels il aurait été sage de ne pas choisir ce type de masques mais des masques « inertes » comme tous les autres masques distribués aux citoyens.

Alors pourquoi ces masques ioniques  à l’Haÿ ? Ne serait ce pas tout simplement pour rajouter une bonne couche de frime à l’acte normal pour un maire en temps de pandémie, celui d'acheter des masques avec l’argent des contribuables ?

 

 

 

 

.

 

                      

 

 

 

 

 

.

 

                      

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.